Actors Studio : Quand les acteurs se donnent à 200% pour un rôle

actors studio Marlon Brando

Pour ne faire plus qu’un avec leurs personnages, certains acteurs et actrices n’hésitent pas à repousser les limites de leur métier. Ils usent de procédés très particuliers pour se construire une composition plus réaliste que jamais. On appelle ça plus communément la méthode « Actors Studio ».

Qu’est ce que c’est l’Actors Studio ? Il s’agit de l’expression employée pour nommer la méthode de l’acteur américain d’origine ukrainienne Lee Strasberg. Ce dernier a contribué énormément à la réputation de l’école d’art dramatique l’Actors Studio et il a révolutionné le métier d’acteur. Strasberg avait expliqué que « La Méthode, c’est la recherche de la vérité, comment ne pas mentir, comment être vrai. La vérité nous est donnée par les sens et c’est par les sens que nous la retrouvons, reliée alors directement a notre instinct et notre inconscient. » 

Lee Strasberg et Al Pacino - Le Parrain 2
Lee Strasberg et Al Pacino – Le Parrain 2

Au début des années 50, Lee Strasberg est directeur artistique de l’école et il enseigne son savoir à de jeunes acteurs comme James Dean, Paul Newman, Dustin Hoffman, Al Pacino, Robert De Niro ou encore Marlon Brando. Strasberg décède en 1982, alors qu’il est le directeur de l’Actors Studio. Sa méthode reste toutefois intemporelle et encore très utilisée par les acteurs et actrices d’aujourd’hui.

marlon brando apocalypse now

« Marlon n’a jamais réellement eu besoin d’apprendre à jouer. Il savait ! » Stella Adler.
« Marlon Brando a été ma principale influence dans ce métier. Les gens ont du mal à réaliser l’impact que Brando a provoqué au cinéma. Il était toujours le saint patron des acteurs. » Jack Nicholson.

Dés ces premiers pas en tant qu’acteur, Marlon Brandon a développé une façon de travailler assez particulière. Il compose de façon improvisée et fait abstraction du scénario originel. Au cours de sa carrière, de grands cinéastes comme Francis Ford Coppola ou Elia Kazan ont été subjugués par cette méthode. Pour son rôle de paralysé de guerre dans « C’étaient des Hommes », Marlon Brando a vécu pendant plusieurs mois aux cotés de paraplégiques à l’hôpital de Van Nuys.

Les compositions dans « Le Parrain« , « Apocalypse Now«  ou encore « Le Dernier Tango à Paris » nous montre à quel point Marlon Brandon était un acteur incroyable et mystifiant. Son travail autour de certains rôles a inspiré un réalisme fou. Il faisait corps avec le personnage, il était le personnage.

Norman-Stansfield-Leon-The-Professional
« Gary Oldman est un acteur aux talents multiples et possédant du génie et du flair pour exprimer sa créativité. » Anthony Hopkins.

Au milieu des 80’s, Gary Oldman est considéré comme un grand espoir du théâtre anglais et à l’époque, n’a qu’un seul objectif travailler dans le cinéma. Il obtient son premier grand rôle dans « Sid et Nancy » où il interprète Sid Vicious, le chanteur et bassiste du groupe des Sex Pistols. L’acteur veut coller au plus près de ce personnage et il va alors s’inspirer du travail de Robert De Niro ou en Al Pacino. Pour sa composition, Gary Oldman va échanger énormément avec la mère du défunt Sid Vicious pour y comprendre ses habitudes, sa gestuelle et son caractère. La femme ira jusqu’à offrir à l’acteur le collier et le bracelet en cuir de son fils, qu’il porte tout au long du tournage. En ce qui concerne la prestation physique, Oldman ira jusqu’à perdre environ 13 kilos et fréquenter plusieurs toxicomanes.

En 1991, l’acteur accepte d’interpréter Lee Harvey Oswald, l’assassin présumé de John Fitzgerald Kennedy dans le film « JFK » d’Oliver Stone. Gary Oldman n’apparaît qu’une dizaine de minutes en tout dans le film et pourtant il va livrer une composition incroyable. Il s’est imprégné du personnage de façon bluffante, que même certains spectateurs ont pensé que certaines des scènes dans lesquelles il jouait étaient en fait des images d’archive. Oliver Stone ira même jusqu’à faire venir un vrai policier pour interroger l’acteur et il devait connaître les réponses qu’aurait donné Oswald. Oldman ira jusqu’à rencontrer Marina, la veuve d’Oswald afin de mieux peaufiner son rôle. Sa performance lui a valu une reconnaissance internationale.

Gary Oldman Dracula

L’année suivante, Gary Oldman va une nouvelle fois mettre tout le monde d’accord. Sa prestation dans le « Dracula » de Francis Ford Coppola, est stupéfiante. L’acteur a même effrayé Winona Ryder et Sadie Frost sur et en dehors des plateaux, tellement il était habité par le rôle. Ryder a confié par la suite qu’elle n’a pas rencontré Oldman pendant le tournage mais quelqu’un d’autre. L’acteur ne retirait pas son costume, ni son maquillage en dehors des scènes. Il déambulait dans les couloirs, on peut dire qu’il les hantait même. Avec son rire machiavélique, sa démarche et sa gestuelle, Gary Oldman est resté Dracula quasi 24 heure sur 24. Il n’est sorti de son personnage qu’après le fin du tournage.

En 1994, l’acteur britannique accepte de camper le redoutable Norman Stansfield dans « Léon« , sans avoir lu le scénario. Luc Besson donne carte blanche à son acteur, en ce qui concerne sa vision du personnage. Deux ans plus tard, les deux hommes réitèrent la chose pour « Le Cinquième Element« .

Autre particularité de Gary Oldman, il arrive à perdre son accent anglais à chaque fois qu’il doit jouer le rôle d’un américain. Regardez « Batman The Dark Knight » et « La Taupe » en VO, vous verrez la différence. Il consulte un orthophoniste pour pouvoir le récupérer.

dernier-des-mohican Daniel Day-Lewis

« Un acteur comme Daniel Day-Lewis me fascine. Lui, il est vraiment passé de l’autre côté et n’est pas revenu ! Arriver à ce niveau-là, c’est formidable. Oublier que l’on joue, entrer en schizophrénie. » jean dujardin.

Après avoir enchainé les petits rôles dans les années 80, Daniel Day-Lewis impressionne dans My Left Foot de Jim Sheridan, où il interprète le poète irlandais infirme Christy Brown. L’acteur livre une performance incroyable, pour laquelle il a été récompensé par l’Oscar du meilleur acteur. A travers cette prestation exceptionnelle, Day-Lewis dévoile son incroyable talent, mais aussi sa méthode implacable. En effet, tout au long du tournage, l’acteur n’est jamais sorti de son personnage. Il est resté en fauteuil roulant pendant des mois et nourrit à la petite cuillère, afin d’être au près de ce qu’a été la vie de Christy Brown. Cette composition personelle lui a couté deux côtes cassées à cause de la position voûtée qu’il a occupé sur sa chaise roulante. Le dos de l’acteur a également souffert. Cette prestation est classée comme l’une des plus extrêmes dans l’histoire du cinéma.

Quelques années plus tard, il se retrouve sous la direction de Michael Mann dans « Le Dernier des Mohicans« . Daniel Day-Lewis campe le rôle d’un européen recueilli dès la naissance par un Mohican. Pour la préparation du rôle, l’acteur britannique va s’isoler plusieurs mois dans la forêt à chasser et pêcher, et il apprend à dépecer des animaux, à construire des canoës, à se battre avec un tomahawk, et à charger un pistolet à poudre en pleine course, qu’il a porté sur lui pendant tout le long du tournage. Une nouvelle fois, sa performance est saluée par le public et les professionnels.

daniel day lewis

En 1993, Martin Scorsese engage l’acteur pour « Le Temps de l’innocence » aux côtés de Michelle Pfeiffer. Le film se déroule en 1870, pendant la période dorée  américaine. Pour sa composition, Daneil Day-Lewis s’est promené pendant deux mois dans les rues de New-York vêtu des costumes de l’aristocratie des années 1870, avec un haut-de-forme, des chemises à jabot, une canne et une cape pendant l’hiver. Ensuite, il s’est isolé dans un hôtel dont l’architecture était proche des endroits où se déroulait le film, puis disparaît littéralement, jusqu’à ce que la production se rende compte qu’il était enregistré sous le nom de Newland Archer, le nom de son personnage dans le film. Daniel Day-Lewis est un acteur caméléon, qui n’est vraiment comme les autres.

La même année, il enchaine avec « Au nom du père » où il retrouve le réalisateur Jim Sheridan pour la seconde fois. Day-Lewis y interprète Gerry Conlon, l’un des Quatre de Guildford (Guildford Four), injustement accusé d’un attentat perpétré par l’IRA provisoire. Une nouvelle fois, l’acteur va appliquer sa méthode pour être complètement habité par son personnage. Il va perdre plusieurs kilos, reprendre son accent sur et en dehors du plateau. Il ira jusqu’à s’isoler plusieurs semaines dans une cellule et demander à subir une séance d’interrogatoire musclée pendant trois jours, exigeant des techniciens qu’ils lui balancent des seaux d’eau glacée et qu’ils l’insultent. La performance lui vaudra plusieurs prix et nominations à travers le globe.

Gangs of new york day lewis

Après quelques années de semi-retraite, Daniel Day-Lewis revient sous la houlette de Martin Scorsese pour « Gangs of New-York« . L’acteur est tout simplement méconnaissable, une performance glaçante et inoubliable. Pour cette prestation sensationnelle, Day-Lewis va prendre des cours en tant qu’apprenti boucher et va prendre l’accent new-yorkais de façon stupéfiante. Il ne quitte jamais son personnage et d’ailleurs même lorsqu’il tombe malade, l’acteur refuse toute assistance (médicaments, vêtements chauds), parce que tout ça n’existait à l’époque. Martin Scorsese arrivera quand même à convaincre l’acteur de suivre un diagnostique et un traitement, l’acteur était atteint d’une pneumonie. Daniel Day-Lewis obtiendra une troisième nomination à l’Oscar du meilleur acteur pour cette excellente composition.

En 2007, l’acteur s’enferme pendant trois mois pour préparer son rôle de Daniel Plainview, pour « There Will Be Blood« . Il reste en contact étroit avec le réalisateur Paul Thomas Anderson, afin d’affiner au millimètre sa composition. L’acteur va s’est documenté énormément sur l’époque de la conquête de l’or noir en Amérique.

Pour « Lincoln« , Daniel Day-Lewis a demandé à Steven Spielberg de lui laisser plus d’un an de préparation pour incarner président américain. L’acteur est fasciné par l’homme qu’était Abraham Lincoln, il lit une centaine de livres le concernant. Il recherche également différents témoignages, qui racontent les gestes familiers, le timbre de voix ou encore la posture de Lincoln. Comme à son habitude, Day-Lewis veut coller au maximum au personnage. Il dirige même les maquilleurs, afin d’être le plus authentique possible.

A ce jour, Daniel Day-Lewis est considéré comme un acteur hors du commun. Il prend au pied de la lettre la méthode actors studio pour la pousser jusqu’au bout, à la limite de la schizophrénie.

VOL AU DESSUS D'UN NID DE COUCOU Jack Nicholson

« J’ai eu la chance de travailler avec Jack Nicholson. Il sait ce qu’il fait et pourquoi il le fait, il est là pour jouer et se donner à fond. Il donne une véritable épaisseur à un film et c’est à ça qu’on reconnait les très grands acteurs. » Rob Reiner.

Jack Nicholson est reconnu pour son talent incroyable de composition. Il a toujours su surprendre le public et les réalisateurs qui le dirigent. A la différence d’acteurs comme Day-Lewis ou Oldman, Jack Nicholson travaille principalement à partir de documents, il ne se coupe pas du monde ou autres. Par exemple pour le rôle du Joker, il s’inspire des comics Batman, de malades mentaux et de comiques tels que Jerry Lewis et Charlie Chaplin. La façon dont l’acteur utilise la méthode actors studio, se rapproche plus de celle de Marlon Brando. Jack Nicholson aime improviser et donner sa propre vision au personnage. On peut le voir clairement dans « Shining » (scène de la hache), « Vol au dessus d’un nid de coucou » (la partie de baseball imaginaire), « Des Hommes d’honneur » (le monologue final) ou encore « Les Infiltrés » (le face à face avec DiCaprio).

Jack Nicholson est un acteur remarquable, qui a laissé derrière lui des performances unique en son genre. On aimerait beaucoup le revoir chez Scorsese ou pourquoi pas chez Tarantino… ?

Robert-de-Niro

« Robert De Niro est un acteur formidable, un partenaire et un ami formidable. Quand on est face à lui, on obligé et on se doit d’être à son meilleur niveau ! » Al Pacino.

Bien sûr, Robert De Niro rime aussi avec Actor’s studio. Dés l’âge de 16 ans, il quitte l’école pour rejoindre les cours au Stella Adler Conservatory, puis à l’Actors Studio de Lee Strasberg. Le jeune sait qu’il est fait pour ce métier, une passion qui va faire de lui l’un des plus grands acteurs du Septième Art. Comme pour ces confrères ci dessus, quand Robert De Niro s’engage dans un rôle, ce n’est à moitié. Il n’hésite pas à se métamorphoser physiquement et varier ces compositions de façon saisissante. 

Pour interpréter à la perfection Vito Corleone (jeune) dans « Le Parrain II« , l’acteur est parti s’installer en Sicile pendant quelques mois. Il s’imprègne de la langue, des mimiques et de la culture italiennes. Son travail sera récompensé par l’Oscar du meilleur dans un second rôle.

Robert De Niro Taxi Driver

Robert De Niro enchaine ensuite avec « Taxi Driver » sous la houlette de son ami Martin Scorsese. Il va pratiquer un régime et ira même jusqu’à devenir un vrai chauffeur de taxi pendant quelques semaines. L’année suivante, l’acteur trouve le réalisateur (3éme collaboration) pour « New-York, New-York » aux côtés de Lisa Minnelli. Robert De Niro va apprendre le saxophone pour les besoins du rôle, afin d’être le plus authentique possible.

En 1980, il incarne l’un des plus grands rôles de sa carrière, celui du boxeur Jake LaMotta. Sa composition va comprendre des cours et des matchs de boxe ainsi qu’une prise de poids atteignant les 27 kilos. L’acteur met tout le monde d’accord et il se voit récompenser par l’Oscar du meilleur acteur.

Après avoir été excellent chez Terry Gilliam dans « Brazil » et « Mission » de Roland Joffé, Robert De Niro accepte le rôle de Louis Cyphre dans « Angel Heart » sous la direction d’Alan Parker. Ce dernier a donné carte blanche à l’acteur pour sa composition. Le réalisateur avouera avoir été tétanisé et même effrayé par derrière sa caméra. Robert De Niro a travaillé sa diction, son regard, son physique et le résultat est scotchant.

robert de niro intouchables

La même année que « Angel Heart« , De Niro livre une autre grande performance, celle dans la peau du gangster américain Al Capone dans « Les Incorruptibles » de Brian De Palma. L’acteur ne déroge pas à la règle et compose de tout cœur son personnage. Il se rend en Italie, où il se nourrit uniquement de plats copieux locaux. De Niro prend 12 kilos en cinq semaines et va aller jusqu’à ce rasé le crâne pour simuler la calvitie de Capone. Ce n’est pas fini, l’acteur retrouve les tailleurs de costumes de Capone et leur commande des vêtements sur mesure identiques à ceux du truand. Brian De Palma a bien fait d’insister auprès de la production pour engager De Niro, le résultat à l’écran parle de lui même.

Bref, Robert De Niro appartient à ce cercle très fermé des très très grands acteurs, ceux qui même après avoir tout fait, peuvent encore nous impressionner.

meryl-streep

« Quand je l’ai rencontrée, elle m’a fait un gros câlin et je me suis dit que j’allais vivre le meilleur tournage de ma vie. Elle m’a dit : ‘Ah, ma chérie, c’est la dernière fois que je suis gentille avec toi.’ Puis, elle est repartie dans sa caravane et en est ressortie en reine de glace, celle qu’on voit dans le film. Et c’est la dernière fois que j’ai vu la vraie Meryl, jusqu’à ce qu’on commence la promo ensemble des mois après. » Anne Hathaway.

Meryl Streep est considérée, et à juste titre, comme la plus grande actrice américaine dans l’histoire du cinéma. L’actrice a prouvé à plusieurs reprises, que ce soit au théâtre ou au cinéma, sa capacité à se transcender derrières les personnages qu’elle incarne. Sa filmographie est riche et variée, aucun rôle n’est commun à un autre, à chaque fois l’actrice ose l’inconnu. Son palmarès est l’un des plus impressionnants du métier, on compte 19 nominations aux Oscars dont 3 remporté et 23 nominations aux Golden Globes dont 8 remporté.

L’actrice américain a tout d’abord fait ses armes au théâtre pendant quatre ans avant d’arriver aux portes du métier d’actrice au cinéma. Après avoir obtenu son premier rôle dans « Julia« , la carrière de Meryl Streep fait un bon grâce à sa performance dans « Voyage au bout de l’enfer » où elle écrit elle-même les répliques de son personnage, afin de lui donner un peu d’importance au sein du film. Elle obtiendra sa première nomination aux Oscars grâce à sa prestation juste et émouvante.

L’année suivante, l’actrice interprète Joanna Kramer dans « Kramer contre Kramer« , rôle qui lui vaudra sa première statuette aux Oscars. Pour ce film, l’actrice a eu carte blanche pour sa composition et a conçu elle-même les dialogues de son personnage.

meryl-streep

Meryl Streep affectionne les rôles de femme naturelle, fragile et battante. Son jeu s’éloigne de ce qu’on voit à Hollywood à l’époque. L’actrice a le sens du détail, elle est rigoureuse dans son travail et le résultat est sans appel à l’écran.

On n’est pas vraiment dans la méthode de l’Actors studio proprement dit, c’est plutôt le contraire avec Meryl Streep qui cherche avant tout de mettre en avant de la délicatesse et de la sobriété dans son jeu. L’actrice écrit énormément autour de ses personnages et n’hésite pas aussi à esquisser quelques dessins.

Autre particularité avec l’actrice américaine, c’est qu’elle arrive a s’approprier n’importe quels accents. Par exemple, pour « Le choix de Sophie« , elle apprend l’allemand et prend l’accent polonais et ce n’est pas donné à tout le monde. C’est d’ailleurs elle-même qui double son personnage en français, afin de garder une cohérence totale dans sa composition.

Meryl Streep a également appris à jouer du violon en pratiquant six heures par jour pendant six semaines pour le rôle de Roberta Guaspari dans « La Musique de mon cœur« .

meryl-streep-rock

Autre talent de l’actrice, c’est le chant. On a pu le voir dans la comédie musicale « Mama Mia« , « The Last Show » ou encore « In the Woods« .

Bien sûr, il s’agit là d’un très court résumé du travail titanesque de l’actrice, mais il suffit de voir quelques films pour se rendre compte de l’immense talent de Meryl Streep. Aujourd’hui encore, elle est capable de nous prendre à contre-pied comme elle nous l’a si bien démontré dans « Ricki & the flash » en rock star, « La dame de fer » en Margaret Thatcher ou encore dans « Florence Foster Jenkins » cantatrice d’opéra.

christian-bale

« Je suis très fier des acteurs qui ont commencé avec moi et qui ont réussi à bâtir leur propre carrière. J’ai toujours été impressionné par tout ce que Christian Bale a fait. Il est intrépide et il l’a été depuis l’âge de 12 ans. Je suis de plus en plus impressionné à chacun de ses nouveaux rôles. Et il y a une petite partie de moi qui se dit ‘Yeah c’est mon petit’ » Steven Spielberg.

Christian Bale esquisse une tout autre carrière par rapport aux acteurs ci-dessus, il a démarré au cinéma dés l’âge de treize ans sous la houlette de mister Steven Spielberg dans « L’Empire du soleil » aux côtés de John Malkovich. Des débuts remarqués qui vont propulser le jeune acteur sous les projecteurs hollywoodiens qui placent en lui de grands espoirs pour la suite de sa carrière.

Au fil des années, Christian Bale se forge tout doucement auprès de Jane Campion, Todd Haynes ou encore Kenneth Branagh. C’est finalement en 2000, que l’acteur va éclaté aux yeux du public et de la critique, à travers sa performance dans « American Psycho » sous es traits du golden boy psychopathe Patrick Bateman. Une prestation remarquable qui nous laisse entrevoir un acteur qui prend son rôle très sérieux, aussi bien du point de vue émotionnel que physique.

Quatre ans plus tard, il livre l’une des plus grandes interprétations de sa carrière dans le thriller « The Machinist » dans la peau de Trevor Reznik, mécanicien insomniaque sombrant dans la parano criminelle. Pour ce rôle, Christian Bale a perdu 28 kilos en l’espace de 3 mois. Son partenaire à l’écran Michael Ironside s’est même dit impressionné et effrayé par cette transformation physique. Christian Bale ira jusqu’à s’empêcher de dormir et de se nourrir d’une pomme et d’une boite par jour.

the-machinist

 L’année suivante, il retrouve un poids dit « normal » pour incarner le justicier de Gotham dans « Batman Begins« . Il atteint à ce moment là les 86 kilos et fait immédiatement un régime à la fin du tournage pour perdre environ 25 kilos pour interpréter le Lieutenant Dieter Dengler dans « Rescue Dawn » de Werner Herzog. Encore une fois, l’acteur impressionne dans la peau d’un prisonnier américain au Laos.

Christian Bale reprend ensuite le rôle de Bruce Wayne/Batman pour « The Dark Knight » et il y retrouve son poids de 86 kilos. La presse et certains de ces partenaires commencent à s’inquiéter pour la santé de l’acteur qui joue au yoyo avec son physique.

En 2010, il incarne Dicky Eklund, un ancien boxeur devenu coach de son frère et toxico. Christian Bale met une nouvelle fois tout le monde d’accord, sa performance est incroyable. Il a perdu pas moins de 20 kilos pour le rôle. Il sera récompensé en toute logique par le Golden Globe et l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

the-fighter-the-fighter-09-03-2011-13-g

En 2012, il interprète une dernière fois Bruce Wayne/Batman pour « The Dark Knight Rises » où il affichera un poids de 90 kilos. A ce moment là, on se dit que l’acteur va désormais ralentir la cadence en terme de transformation physique, mais pas du tout.

L’année suivant, il collabore à nouveau avec David O. Russell (« Fighter« ) pour « American Bluff« . Cette fois-ci, Christian Bale va prendre plus de vingt kilos pour incarner le magouilleur Irving Rosenfeld. Sa partenaire Amy Adams, le trouve impressionnant et sans limite.

Christian Bale

Christian Bale est l’acteur-caméléon des temps modernes, qui aime repousser les limites de son travail et de son physique. Aujourd’hui, il a décidé de ralentir ce genre de métamorphose car sa santé pouvait être en danger.

Et il y en a d’autres…

Joker

Pour préparer son rôle du Joker dans The Dark Knight, Heath Ledger n’a pas hésité à s’enfermer dans une chambre d’hôtel pendant un mois. A la fin, il a reconnu qu’il avait adopté la façon de penser d’un psychopathe. Il tenait même un journal intime du Joker. Sa performance reste la plus mémorable de la trilogie de Christopher Nolan.

Charlize Theron Monster
Dans « Monster« , Charlize Theron est incroyablement méconnaissable.  Elle incarne y Aileen Wuornos, une tueuse en série. Pour cela, elle a dû totalement changer d’apparence physique. Dans le but de ressembler à son modèle, l’actrice a beaucoup donné d’elle-même. Outre un masque en latex et de fausses dents qu’elle arborait durant toute la durée du tournage, elle a pris une quinzaine de kilos.

nymphomaniac-shia-labeouf

Pour le rôle de Jerôme dans « Nymphomaniac » de Lars Von Trier, Shia Labeouf a souhaité incarner son personnage de manière totale, c’est pourquoi il a décidé de réellement faire l’amour à sa partenaire à l’écran. Peu de temps après il s’est fait larguer par sa petite amie de l’époque.

Pour « Fury », l’acteur américain a refusé de se laver pendant tout le tournage afin de mieux coller à la peau du soldat qu’il incarnait. Brad Pitt s’est d’ailleurs souvent plaint auprès de David Ayer.

pianiste-2002-01-g

Pour son rôle dans Le Pianiste, Adrien Brody s’est retiré de la société pendant plusieurs mois, a renoncé à sa voiture et son appartement, est parti en Europe avec deux sacs et s’est fait quitter par sa copine de l’époque.

kingstoncastaway

Tom Hanks a pris du poids afin d’avoir un aspect d’homme aisé et gourmand durant le tournage de Seul au Monde. Puis le tournage a été interrompu pendant un an afin qu’il perde 20 kilos et que ses cheveux poussent, afin d’obtenir une authenticité d’un homme qui ait passé plusieurs années sur une île. L’acteur a également souhaité resté seul pendant quelques jours sur l’île, afin d’obtenir plus de facilité à incarner son personnage.

L’acteur avait déjà travaillé son apparence physiques pour les besoins de deux grands rôles dans deux chefs d’oeuvre qui sont « Philadelphia » et « Forrest Gump« .

Val-Kilmer The Doors

Pour le rôle de Jim Morrison dans « The Doors« , Val Kilmer a appris plus de 50 chansons du groupe. A la fin, il chantait tellement bien que les membres du groupe n’arrivait pas à faire la différence entre lui et Jim Morrison. Oliver Stone a conservé au sein du film, les moments où l’acteur chante et c’est bluffant.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. belette2911 dit :

    Bravo à eux, des acteurs qui se donnent à fond pour leurs rôles ! Merci pour cet article hautement instructif 😉 J’adore.

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s