Après Séance : Star Trek – Sans Limites

Star Trek sans limites

Star Trek : Sans Limites est un film de science-fiction américain réalisé par Justin Lin. Il s’agit du treizième long métrage de l’univers Star Trek, et le troisième de la série issue du reboot amorcé en 2009 avec la sortie de Star Trek de J. J. Abrams. Ce dernier a refusé de réaliser ce troisième film du fait de son investissement total sur Star Wars Épisode VII : Le réveil de la Force.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Même si tout n’était pas parfait, j’ai apprécié les deux films de J.J Abrams. Un nouveau souffle a été donné à la franchise. Je n’attend rien de spécial de la part de ce troisième volet, à part qu’il doit être divertissant, cohérent et quand même un peu surprenant. C’est parti, que la séance commence !

De quoi ça parle ?

Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

Les premières minutes ?

Comme pour les deux premiers films, le thème musical de Michael Giacchino nous met tout de suite dans le bain. Les premières scènes nous rappellent en quelque sorte le même départ qu’avait pris J.J. Abrams pour « Into Darkness« . Le Capitaine Kirk se retrouve dans une embrouille dont lui seul a le secret, l’action est un peu expéditive mais l’effet d’optique sur les créatures est astucieux.

Leonard McCoy semble déjà plus mis en avant par rapport aux autres films, n’oublions pas que son interprète, Karl Urban, a bien failli ne pas accepter de reprendre le rôle. Il lui fallait une bonne raison, donc son personnage a été plus développé sur ce troisième film, et ce n’est pas pour nous déplaire.

L’hommage envers le regretté Leonard Nimoy est placé d’entrée. Spock se retrouve sans repère un peu comme Kirk, l’infini de l’espace commence à les ronger. La perte du père que les deux héros ont en commun sera certainement un facteur à développer.

On enchaine ensuite avec l’élément déclencheur de l’histoire, qui est une nouvelle mission de sauvetage. Sans aucun doute qu’elle cache un nouvelle menace pour Kirk et son équipage.

Le titre « Sans Limites » avait pour synonyme d’aller explorer des mondes aux confins de l’univers, finalement on a l’impression qu’on a fait à peine quelques kilomètres et qu’on est déjà sur la principale intrigue du film. En espérant que l’on se trompe et que le voyage commence plus tard, pour le moment le titre ne colle pas au propos.

Star Trek Beyond

Le casting ?

L’équipe de L’Enterprise est au complet, à part que le Dr Marcus interprété par la ravissante Alice Eve ne fasse pas partie de l’aventure cette fois-ci.

On retrouve Chris Pine, toujours aussi convaincant sous les traits du capitaine James Kirk. Zachary Quinto en Spock, ça le fait toujours aussi bien. Zoé Saldana en Nyota Uhura, ça fonctionne également, sauf qu’au niveau de l’écriture, Spock et Nyota sont plus recalés en personnages secondaires.

Simon Pegg, Karl Urban et le regretté Anton Yelchin prennent plus d’importance au sein l’histoire, c’est là que l’on ressent la patte de Pegg au scénario.

En ce qui concerne les nouveaux personnages, on a en tête Jaylah campé par l’actrice Sofia Boutella. Une prestation crédible et un personnage qui se révèle intéressant. On aurait aimé qu’un lien plus fort se tisse entre elle et Montgomery Scott. Espérons qu’on la retrouve dans le quatrième film…

Le méchant de l’histoire est interprété par Idris Elba et c’est une petite déception. L’acteur est sous-utilisé et beaucoup trop camouflé, se qui efface l’impact de son jeu. Dommage !

STAR TREK BEYOND

Et au final ça donne quoi ?

Justin Lin et son équipe nous pondent un bon divertissement, ni plus, ni moins. Il est en dessous des deux premiers films réalisé par J.J. Abrams, mais ça fait le taff qu’on lui demande, c’est à dire nous divertir. Les défauts sont nombreux sur ce film, à commencer par la mise en scène du réalisateur taïwanais. Justin Lin se montre plutôt à l’aise en ce qui concerne les scènes situé dans l’espace, par contre sur la terre ferme c’est autre chose. On retrouve pas la finesse qu’insufflait J.J. Abrams dans les moments posés ou proches des acteurs. Les scènes d’actions et de combats ne sont pas aussi épique qu’auparavant, la confrontation finale est expéditive et sans saveur. Les petits clins d’oeil à la première génération ne sonnent pas comme du fan service, mais bien comme un hommage.

A l’écriture, Simon Pegg et Doug Jung nous proposent une histoire assez simple, qui se focalise principalement sur les personnages. Le côté politique de Star Fleet est un peu laissé de côté par rapport aux deux premiers volets. La volonté des scénaristes a été d’avant tout de poser un équilibre au niveau des personnages. On nous montre un peu plus leurs sentiments, le côté familial et amical. Dommage que certaines relations ne soient pas plus poussées, comme celle entre Kirk et Spock ou encore Scotty et Jaylah. Le méchant de l’histoire tient une base intéressante, mais elle est réduite par le fait que le bad guy tombe au fur et à mesure dans le cliché. La structure narrative s’inspire beaucoup trop des deux premiers volets.

Le titre et les déclarations de J.J. Abrams nous faisaient entendre qu’on allait découvrir un univers bien loin de ce qu’on a pu voir auparavant. Comme le premier quart d’heure le laissait entendre, on n’accède jamais à un grand voyage dans l’espace vers divers mondes inexplorés. Les décors, les accessoires et le design des créatures n’ont rien de vraiment original, ça respire le « déjà vu » et le recyclage.

Michael Giacchino nous propose également du recyclage de ces précédentes compositions pour la saga. On s’attendait à quelque chose de neuf de sa part, dommage.

STAR TREK BEYOND

En résumé, Star Trek : Sans Limites nous montre qu’il est difficile de passer derrière J.J. Abrams. Espérons que le quatrième opus relève le niveau et qu’il nous montre vraiment que cette saga n’a aucune limite.

Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Smadj dit :

    Je suis sorti déçu aussi

    Aimé par 1 personne

    1. Le 4 va devoir redresser la barre

      Aimé par 1 personne

      1. Smadj dit :

        S’il y en a un car il a fait un bide aux States

        J'aime

      2. Le 4 est déjà en cours de développement

        Aimé par 1 personne

      3. Smadj dit :

        On verra s’il est développé alors. Sauf si tu as lu des infos datant Apres les resultats du BO. Dis moi.

        Aimé par 1 personne

      4. On sait pour le moment que l’on reverra George Kirk, la papa de James =)

        Aimé par 1 personne

      5. Smadj dit :

        Ah oui j’en avais entendu parler avant la sortie du 3, ça me revient ^^

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s