Après Séance : Comancheria

comancheria-affiche

Comancheria est un western contemporain américain écrit par Taylor Sheridan et réalisé par David Mackenzy.

Le scénariste voit ce film, comme le deuxième volet de sa trilogie intitulé le « Nouvel Ouest ». Le premier chapitre était l’excellent « Sicario » réalisé par Denis Villeneuve.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Voila le genre de film où je vais au cinéma les yeux fermés, enfin façon de parler. Ce type de polar au fin fond du Texas avec une telle équipe autour, on ne peut que foncer pour voir ce que ça donne sur la grande toile. Privilégié du lundi après midi, je suis tout seul dans la salle. Que la séance commence !

De quoi ça parle ?

Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter.

Les premières minutes ?

Scott Mackenzy ouvre son film avec un plan séquence qui dépeint l’arrière pays américain. Un tag sur une maison donne tout de suite le ton du long métrage, il y est inscrit « Trois services en Irak et aucune aide en retour« . Le fameux plan séquence aboutit sur le braquage d’une banque, c’est fluide et réaliste. Une fois leur coup réussi, les deux individus, qui se révèlent être frères (Ben Foster et Chris Pine), sillonnent les routes texanes et ont en vue d’autres banques.

Le réalisateur met l’accent sur le paysage, la marque de fabrique de la production et du scénariste. Bien sûr, cela nous rappelle « Sicario« .

Le premier quart d’heure tient une bonne dynamique, de la tension et du charme. L’atmosphère plombante du Texas, l’envers du décor du rêve américain, deux bandits frères de sang, tous les ingrédients sont là pour passer un très bon moment de cinéma.

Comancheria

Le casting ?

Pour une telle histoire, il faut bien évidemment une distribution qui ait de la gueule et ce paramètre est parfaitement respecté.

Ben Foster interprète le frère fougueux, ex-taulard et qui a la gâchette qui le démange. L’acteur en impose dés la première scène, jusqu’à sa dernière. Une performance épatante !

A ses côtés, Chris Pine livre l’une des meilleures prestations de sa carrière, si ce n’est la meilleure en bandit tourmenté. Sa composition mêle force et sensibilité, et la confrontation finale qu’il entretient avec Jeff Bridges est géniale.

La transition est toute trouvée pour vous parler de l’acteur californien. Jeff Bridges tient un rôle sur mesure, celui du ranger en partance pour la retraite, qui n’hésite pas à lancer des blagues racistes et des leçons de morale à deux balles à son partenaire mi-indien, mi-mexicain. Comme un poisson dans l’eau, Jeff Bridges nous démontre une nouvelle fois que ce genre lui colle très bien à la peau.

Gil Birmingham interprète de manière juste et sobre le collègue en question. L’acteur texan n’est souvent reconnu que pour son rôle de Billy Black dans « Twilight« , mais aujourd’hui ça devrait peut être changer.

david-mackenzie-nous-raconte-comancheria

Et au final ça donne quoi ?

La rentrée ciné 2016 commence sous les meilleurs auspices après un été bien triste du côté des salles obscures. David Mackenzy confirme une nouvelle fois sa maestria en nous offrant une œuvre multi-genres, qui fait des étincelles.

Le réalisateur britannique frappe fort et juste ! Sa mise en scène alterne admirablement les moments posés et ceux plus mouvementés, tout en restant au plus près des personnages afin de nous donner un réalisme à tout épreuve. Les séquences dosées comme il faut, sans être trop courtes , ni trop longues, ce qui nous donne un rythme optimal pour ce genre de long métrage. L’environnement aride et quelque peu hostile du Texas est magistralement retranscrit. Le travail sur la lumière naturelle est sublime, les scènes de matinée sont magnifiquement captées. Un contrat parfaitement rempli pour MacKenzy, qui continue à nous montrer du grand spectacle à travers son regard attentif et investigateur.

Bien sûr, la griffe de Taylor Sheridan fait corps avec le travail de MacKenzy, de la première à la dernière minute. Le scénariste caractérise à merveille l’injustice qui règne de son pays et en l’occurrence sa région natale (le Texas), la détresse et la haine que cela peut engendrer. Pour cela, il oppose deux histoires de fraternité, celle de deux frères aux caractères très différents et de deux rangers tout aussi hétérogènes. Une partition intelligente, dramatique avec quelques notes d’humour salées. Taylor Sheridan prouve encore une fois son talent de scénariste et d’observateur. On a hâte de découvrir ses prochaines œuvres, qui sont « Soldado » (suite de « Sicario« ) et son premier long métrage intitulé « Wind River« .

Pour la bande son, Nick Cave et Warren Ellis apportent le côté dramatique et sombre. On a également d’excellents morceaux rock/country avec Chris Slapleton ou encore Waylon Jennings. Bref, un délice pour les tympans.

hell-or-high-water-still

En résumé, Comancheria est sans aucun doute la perle ciné de la rentrée et l’un des meilleurs films américains de l’année. Le trio Pine/Foster/Bridges est surpuissant !

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Smadj dit :

    J’étais deja tenté mais tu me donnes tres envie là !!!

    Aimé par 1 personne

  2. Frédéric dit :

    entièrement d’accord. J’ai adoré ce film avec Jeff Bridges. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s