Harry Potter, une saga magique, épique et intergénérationnelle

harry potter

Harry Potter est sans conteste l’une des sagas cinématographiques les plus populaires de ces vingt dernières années. Les huit films sont les adaptations des sept romans écrit pas JK Rowling. C’est en 1997, alors que le roman n’est encore qu’à l’état de manuscrit, que David Heyman, qui vient tout juste de créée sa société de production « Heyday films », tombe amoureux de l’histoire du jeune sorcier à lunettes. Il ignore donc totalement le phénomène que deviendra la saga romanesque. Peu de temps après, totalement enthousiasmé par le projet, Heyman contacte Lionel Wigram, un ami d’enfance et cadre de la Warner Bros, qui lui aussi tombe immédiatement sous le charme de ce manuscrit. Après une année de négociations tous deux obtiennent les droits d’adaptations de Harry Potter à l’école des sorciers et des tomes à venir. La saga s’étendra sur dix ans le premier opus étant sorti en 2001 , le dernier en 2011.

à la recherche d’une équipe :

Le succès mondial du roman est maintenant évident et Heyman comprend qu’il n’a pas intérêt d’en louper l’adaptation. Il réunit donc une équipe exceptionnelle pour mettre en chantier ce qui deviendra la saga la plus magique du cinéma. Dans un premier temps il approche l’équipe de la comédie à succès « Quatre mariages et un enterrement » à savoir Richard Curtis et Mike Newell , ceux-ci refusent cependant la proposition , c’est finalement Steve Kloves , scénariste et réalisateur de Flesh and bone , qui sera le scénariste de ce premier opus ainsi que de six autres. Il termine le scénario d’Harry Potter à l’école des sorciers en 1999 , il s’agit maintenant de trouver celui qui saura retranscrire la magie de l’univers de J.K Rowling à l’écran. Nombres de réalisateurs sont très intéressés par le projet , c’est le cas notamment de Steven Spielberg , Jonathan Demme est également pressenti pour cette adaptation.

C’est à Chris Colombus , à qui l’on doit nombres de succès commerciaux tels que «  Maman j’ai raté l’avion » et « Madame Doubtfire » , qu’est confié la réalisation de Harry Potter à l’école des sorciers. Maintenant l’équipe se doit de trouver des acteurs à la hauteur pour porter pendant 10 années les personnages de la saga romanesque.

Susie Figgis, directrice de casting, est chargée de cette mission de taille. Elle recevra des milliers de candidatures dont celle d’Emma Watson , Tom Felton et Rupert Grint. Daniel Radcliffe ne passera les auditions que très tardivement. Réunir trois enfants pour incarner les personnages principaux est un travail extraordinaire, il fallait miser juste et Susie Figgis l’a fait. Si les jeunes acteurs sont tous quasiment inconnus , ce n’est évidemment pas le cas du casting d’adultes , on retrouve donc une farandole d’acteurs plus talentueux les uns que les autres , pour ne citer qu’eux la grande Maggie Smith , Ian Hart , Alan Rickman et Richard Harris. Harry Potter c’est également des thèmes musicaux exceptionnels, pas moins de quatre compositeurs ont travaillés sur la saga, évidemment le grand John Williams qui n’est autre que la deuxième personne la plus nommé aux oscars derrière Walt Disney, il l’a d’ailleurs remporté à cinq reprises , mais aussi Patrick Doyle , Nicholas Hooper et le compositeur français Alexandre Desplats. Entre les auditions, la création de lieux, de costumes, de décors, de créatures, c’est un travail de titan qui attend l’équipe d’Harry Potter.

(attention cet article risque de vous spoiler si vous n’avez vu tous les films de la saga)

Harry Potter

Harry Potter à l’école des sorciers

Harry Potter , un jeune orphelin , est élevé par sa tante Pétunia et son oncle Vernon Dursley à qui il n’inspire que haine et mépris. Le jour de ses 11 ans il reçoit la visite de Rubeus Hagrid qui lui révèle qu’il est un sorcier. C’est ainsi qu’Harry part pour Poudlard , la célèbre école de sorcellerie. Il apprendra au cours de cette année, la vérité sur le décès de ses parents alors qu’il n’était qu’un bébé , et bien sur l’origine de sa cicatrice. Il devra à l’aide de ses nouveaux amis Ron et Hermione percer le mystère qui se cache sous la trappe gardée par le géant chien à trois têtes.

Ce premier film nous invite dans la magie de JK Rowling , on y découvre des personnages hauts en couleurs , des escaliers magiques , des banquets de roi , des boutiques insolites , des salles communes éblouissantes . Les quatre maisons Serdaigle , Poufsouffle , Gryffondor et Serpentard nous sont présentés brièvement mais efficacement. On comprend très vite quels personnages mettront des bâtons dans les roues de notre héros tels que Drago Malefoy , Crabbe et Goyle , et lesquels lui apporteront leur soutien. On apprend également la vérité sur la mort des parents de Harry , sur l’existence de Voldemort et sur sa motivation pour trouver la Pierre philosophale qui est au cœur de ce premier film.

Harry Potter à l’école des sorciers devient immédiatement une immense réussite commerciale et il est donc évident que la suite sera engagée très rapidement. Le film a de quoi se vanter, réussir à trouver un casting d’enfants aussi convaincants et à les diriger est une véritable prouesse. Le fait que Chris Colombus ait déjà travaillé avec des enfants n’y est sûrement pas étranger. Visuellement le film est une vraie réussite , bien sur à l’heure actuelle certains effets visuels , le troll notamment, ne paraissent plus aussi spectaculaires, cependant on assiste à un pur tour de magie de 2h20. La scène d’échec est absolument grandiose. Les costumes sont magnifiques, les décors sont époustouflants , nombres d’entre eux sont créées de tout pièce en studio. Cet opus est sans conteste le plus enfantin, ce qui fait qu’il ne figure pas parmi mes préférés. Cela dit cette première adaptation tient ses promesses , elle est extrêmement fidèle et ravie donc les fans de saga littéraire qui attendaient avec impatience , mais non sans appréhension, la sortie sur grand écran des histoires de leur sorcier préféré.

harry_potter_and_the_chamber_of_secrets

Harry Potter et la chambre des secrets

Dobby un elfe de maison fait irruption dans la maison de l’oncle Vernon et de Tante Pétunia et somme Harry de ne pas retourner à Poudlard car il y courrait un grand danger. Harry retourne cependant à l’école de magie qu’il considère comme sa véritable maison , très vite des événements sinistres vont perturbés le jeune sorcier. Il entend une voix qui lui annonce que la chambre des secrets a été ouverte permettant à l’héritier de Serpentard de semer le trouble au sein de l’école. Des élèves seront pétrifiés et Harry va de nouveau devoir endiguer le mal qui menace son école et ses amis.

C’est également Chris Colombus qui réalise Harry Potter et la chambre des secrets. Ce second volet d’Harry Potter voit débarquer de nouveaux personnages dont Dobby , l’elfe de maison , Lucius Malefoy incarné à la perfection par Jason Isaacs et l’inoubliable Gilderoy Lockart interprété par le génial Kenneth Branagh , acteur et réalisateur de renom. Le personnage de Bonnie Wright , Ginny , a un rôle capital dans ce volet de la saga et la jeune actrice s’avère très convaincante.

Dans cet opus , nos jeunes sorciers vont devoir faire face à un immense basilic qui tue d’un seul regard , plus encore Harry devra affronter un souvenir. C’est dans Harry Potter et la chambre des secrets que l’on comprend tout l’animosité qui règne entre certaines famille de sorciers , pour illustrer ceci les familles Weasley et Malefoy prennent beaucoup d’importance. Le mot sang-de-bourbe est prononcé pour la première fois , la métaphore du fascisme est bien évidente.

La qualité des décors et des créatures créées pour cet opus est exceptionnel. On y découvre une multitude de nouvelles créatures , Fumseck le phénix est un animatronique si réaliste qu’il en a dupé Richard Harris (Dumbledore) qui croyait être face à un véritable oiseau , Aragog l’énorme acromentule , a elle aussi été créée de toute pièce en augmentant les proportions d’une véritable araignée , le basilic est très réussi et figure parmi les créatures que je trouve les plus impressionnantes de la saga. La porte qui permet à Harry d’entrer dans la chambre des secrets n’est pas un effet spécial , elle s’ouvre réellement mécaniquement. Harry Potter et la chambre des secrets est plus mature et plus sombre que son prédécesseur. La seconde adaptation est également très fidèle , c’est à partir du troisième film que ceux-ci vont vraiment s’émanciper du matériau d’origine.

harry-potter-et-le-prisonnier

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

Harry s’enfuit de chez les Dursley en Magicobus pour se rendre sur le chemin de traverse. Le ministre de la magie , Cornelius Fudge , lui apprend que le dangereux criminel , Sirius Black , qui aurait dénoncé ses parents à Celui-dont-on-ne-doit-pas-pronnoncer-le-nom , s’est évadé de la prison d’Azkaban.

Chris Colombus quitte la réalisation mais reste producteur des films, c’est donc Alfonso Cuaron qui prend les rennes de ce chapitre des aventures de nos trois héros . La production de Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban a cependant un goût amer suite à la disparition soudaine de Richard Harris, le talentueux interprète d’Albus Dumbledore. C’est Michael Gambon qui prend la suite de ce rôle. Une fois encore le casting est enrichi de nouveaux acteurs plein de talents, Gary Oldman campe un Sirius black rock’n’roll et inoubliable, David Thewlis est attachant en professeur Lupin qui apporte un soutien sans faille à Harry , Hermione et Ron et Emma Thomson interprète le professeur Trelawney avec talent et humour. Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban est le film qui apporte une véritable démarcation entre les romans et les films, Alfonso Cuaron impose son style, le film porte véritablement la patte du réalisateur espagnol et s’avère le plus à part de la saga.

Les personnages sont désormais plus âgés , les enjeux amoureux commence à prendre forme, c’est dans le prisonnier d’Azkaban que l’on assiste au tout premier rapprochement entre Ron et Hermione. Les effets visuels sont à nouveau aux rendez-vous , Buck l’Hippogriffe est une créature magnifique. C’est également dans cet opus que l’on en apprend d’avantage sur les parents de Harry , le professeur Lupin étant l’un de leur meilleurs amis. Alfonso Cuaron arrive parfaitement à retranscrire le quotidien des jeunes sorciers qui ne sont désormais plus des enfants. C’est à ce moment qu’il est décidé que les sorciers ne seraient plus vêtus de leurs robes mais de vêtements moldus , décision qui a choqué nombres de fans de la saga de romans. J’aime personnellement beaucoup cette évolution car elle permet de voir les élèves s’émanciper et c’est une manière d’afficher leurs personnalités. Globalement c’est un opus que je trouve particulièrement réussi , qui a su s’écarter du matériau d’origine sans le dénaturer.

Harry Potter et la coupe de feu

Harry potter et la coupe de feu

En vacances chez les Weasley , Harry assiste au tournoi de Quidditch avec son ami Ron. A la fin du match la marque des ténèbres apparaît dans le ciel. C’est au cours de cette quatrième année à Poudlard qu’a lieu le tournoi des trois sorciers. Le nom d’Harry sort de la coupe de feu alors qu’il n’a pas l’âge légal pour y participer. Accusé d’avoir volontairement mis son nom dans la coupe, Harry va devoir faire face à la colère de Ron qui est choqué du fait que son ami ne l’ai pas mis dans la confidence.

C’est Mike Newell , qui avait pourtant refusé de réaliser le premier opus de la saga magique, qui prend la suite d’Alfonso Cuaron à la réalisation. Cet opus marque un tournant de l’histoire , c’est en effet celui du retour du grand mage noir , Voldemort , interprété avec brio par Ralph Fiennes. Brendan Gleeson prend le rôle du professeur Alastor Maugrey et Robert Pattinson incarne Cédric Diggory , un élève de poufsouffle dont c’est l’heure de gloire. On y retrouve aussi la jeune actrice française Clémence Poesy qui colle parfaitement au rôle de la vélane Fleur Delacour.

C’est cette année là qu’à lieu le bal de noël dans lequel on découvre Hermione plus resplendissante que jamais dans cette robe en mousseline de soir rose à volants absolument magnifique qui est une création de la costumière française Jany Temine. Les costumes créées à cette occasion sont d’ailleurs tous superbes que ce soit le sari des sœurs Patil ou la robe d’inspiration chinoise de Cho Chang. Les trois taches sont particulièrement bien mises en scènes , la première consiste à voler un œuf d’or à une maman dragon , la seconde à chercher sous l’eau ce qui a été enlevé au champion , la dernière est celle du labyrinthe. Bien que le déroulement des taches se déroulent très différemment de ce qui est décrit dans les romans , le dragon par exemple y apparaît solidement attaché tandis qu’il pourchasse Harry dans le film, leur transcription à l’écran est très efficace usant d’effets visuels plus ingénieux et réussis les uns que les autres. Harry Potter et la coupe de feu est probablement l’un des films qui prend le plus de liberté avec les romans mais n’en demeure pas moins une adaptation très réussie et un excellent divertissement.

Harry Potter et l'ordre du phoenix

Harry Potter et l’ordre du Phénix

Après le tragique décès de Cédric Diggory, Hermione, Harry et Ron entame leur cinquième année à Poudlard. Ils vont devoir faire face à de nombreux sorciers qui ne croient pas, ou refusent de croire , au retour du seigneur des ténèbres. Le ministre de la magie Cornélius Fudge met en effet tout en œuvre pour tenter de dissimuler la prétendue résurrection de Voldemort. Pour se faire il impose un nouveau professeur de défense contre les forces du mal à Poudlard , Dolores Ombrage. Celle-ci donne aux élèves des cours totalement théoriques sans aucun intérêts. Les trois sorciers vont devoir mettre en place un groupe secret , l’armée de Dumbledore , dans lequel Harry donnera lui même cours aux autres sorciers et les préparera à la guerre qui s’annonce contre les forces du mal.

Quatrième et dernier réalisateur , c’est David Yates qui remplace Mike Newell pour ce cinquième opus et pour les trois suivants. Nouveau scénariste également , Steve Kloves ressent le besoin de faire une pause , c’est donc Michael Goldenberg qui s’occupe de l’écriture du script. David Yates voit Harry Potter et l’ordre du Phénix comme un film politique traitant de l’abus de pouvoir mais ne veut pas pour autant en faire un film trop stricte ou sérieux .Encore une fois de nouveaux acteurs sont de la partie , Natalia Tena dans le rôle de Nymphadora Tonks , Evanna Lynch qui possède cette parfaite loufoquerie qui colle à la peau de Luna Lovegood , Imelda Staunton qui donne une saveur particulière au personnage détestable de Dolorès Ombrage. Et bien évidemment on notera , pour notre plus grand plaisir , l’arrivée du personnage de Bellatrix Lestrange campé par une Helena Bonham-Carter parfaite.

Le début de cette cinquième aventure se déroule au quartier général de l’ordre du phénix , le 12 square Grimmaurd , qui n’est autre que la demeure de Sirius Black. C’est en ce lieu que l’on rencontre Kreattur , l’elfe de maison dévoué à la famille Black en dehors de Sirius. Ici aussi que l’on découvre le lien familial qui uni Sirius et Bellatrix sur l’immense tapisserie représentant l’arbre généalogique de la famille Black. Nous découvrons ensuite que la diligence que prennent les élèves pour se rendre à Poudlard n’avance pas seule mais est tiré par des sombrals , créatures qui n’apparaissent qu’aux yeux de ceux qui ont vu la mort , le film se permet donc une petite incohérence qui était , cela dit , déjà présente dans le roman. Harry vit sa première relation amoureuse et Daniel Radcliffe son premier baiser de cinéma avec Katie Leung , interprète de Cho Chang. Ceux-ci vivent cependant un amour compliqué car la jeune femme était amoureuse de Cédric qui a périt dans le volet précédent. Les différents lieux visités au cours de ce film sont particulièrement réussi , le bureau rose bonbon de Dolores Ombrage pour lequel pas moins de quarante chats ont été filmés pour prendre vie sur les assiettes , la salle des prophéties qui est le premier décor entièrement en image de synthèse de la saga Harry Potter , tout est grandiose.

La scène la plus marquante de cette opus demeure , selon moi , l’affrontement entre Dumbledore et Voldemort au ministère de la magie. Voldemort lance un sort de feu en forme de serpent impressionnant que Dumbledore repousse en le piégeant dans l’eau de la fontaine. Cette scène est extraordinaire visuellement et repousse les limites des effets spéciaux encore plus loin que tout ce que l’on a pu voir avant. Là encore le film prend de grosse liberté avec le roman , notamment dans la salle des prophéties où l’on voit les mangemorts de déplacer en planant , mais excelle totalement , l’ordre du Phénix est une absolue réussite.

Harry potter et le prince de sang mélée

Harry Potter et le prince de sang-mêlé

Marqué par la mort de son parrain , Sirius Black , Harry a toujours plus de mal à faire face. La menace Voldemort plane plus que jamais sur le monde des sorciers et moldus. Dumbledore est bien décidé à préparer Harry pour la lutte à venir. Pour cela il va chercher de l’aide auprès d’Horace Slughorn , ancien professeur de potion , qui semble détenir des informations capitales sur Voldemort. Parallèlement Harry est de plus en plus attiré par Ginny , la sœur de son meilleur ami Ron , qui quant à lui , se retrouve prisonnier des sentiments de Lavande Brown. Drago Malefoy quant à lui semble plus seul et plus mal que jamais, ce qui n’annonce rien qui vaille.

Le prince de sang mêlé signe le retour du scénariste Steve Kloves , c’est à nouveau David Yates qui se tient derrière la caméra. Jim Broadbent rejoint le casting pour incarner Horace Slughorn , on découvre aussi un Voldemort enfant incarné par Hero Fiennes qui n’est autre que le neveu de Ralph Fiennes , et un Voldemort adolescent interprété par Frank Dillane , fils de l’acteur Stephen Dillane qui a joué notamment dans la série Game of thrones. Le film passe beaucoup de temps sur les péripéties amoureuses des adolescents , et je dois admettre que ce volet a été une réelle déception et qu’elle n’a été que renforcé lorsque j’ai lu le roman.

On assiste donc à très peu de scènes relatant de la jeunesse de Voldemort. C’est un choix scénaristique que je respecte et le film a tout de même de bon côté. Cependant je trouve dommage de ne pas s’être attardé d’avantage sur la partie la plus intéressante du récit. Une énorme incohérence prend d’ailleurs vie dans ce film qui me convainc d’autant plus que le prince de sang mêlé est la moins bonne adaptation de la saga , il s’agit de l’incendie du terrier. En effet celui-ci étant protégé par un tas de sortilèges , il est totalement impossible pour les mangemorts d’y accéder , et si l’on se dit que le film peut prendre cette liberté , pourquoi dans ce cas ne pas y être aller avant ? Pourquoi ne pas y retourner ? Cette scène me pose un réel souci. Cela dit les scènes où l’on voyage dans la jeunesse de Voldemort sont vraiment plaisantes , le petit Hero Fiennes se montre particulièrement doué et capte très bien l’essence de son personnage. Le personnage de Drago Malefoy vit une évolution plutôt intéressante et Tom Felton tire vraiment son épingle du jeu dans cet opus. On découvre qu’il s’est vu confié une mission par le seigneur des ténèbres ce qui terrifie sa mère Narcissa qui demande à Severus de faire le serment inviolable d’aider son fils. La scène avec les inferis est très réussie visuellement. Harry qui a échanger son premier baiser avec Ginny dans cette épisode va maintenant devoir partir à la recherche des Horcruxes. Vous l’aurez compris , en dehors ses immenses qualités visuelles et des qualités habituelles dans la création de costumes , de décors et de créatures , l’adaptation d’Harry Potter et le prince de sang mêlé ne m’a pas convaincue.

4168822-harry-potter-and-the-deathly-hallows-part-1-hd

Harry Potter et les reliques de la mort – partie 1

L’emprise de Voldemort est maintenant totale sur le monde de la magie. Harry , Hermione et Ron vont devoir continuer le travail commencé par Dumbledore et retrouver les horcruxes pour vaincre le seigneur des ténèbres.

Harry Potter et les reliques de la mort est la seule adaptation des romans de J.K. Rowling a être scindé en deux parties. Cette première partie des reliques de la mort annonce le départ définitif d’Harry de chez les Dursley partis se mettre à l’abri. Hermione quant à elle décide de s’effacer de la mémoire de ses parents afin de les protéger. Pour la première fois de la saga , l’intrigue ne se déroule pas du tout à Poudlard. Dumbledore est mort , tué par Rogue qui est le nouveau directeur de l’école de magie.

Nos trois héros sont maintenant proche de l’âge adulte et devront se démener plus que jamais pour sauver le monde magique. Harry , Ron et Hermione héritent , de la part de Dumbledore, d’objets qui leur seront très utiles dans cette épreuve. C’est dans cet opus que se déroule l’une de mes scènes préférés , celle du conte des trois frères , une séquence en animation absolument sublime inspiré par les théâtres d’ombres asiatiques , l’intention était de faire ressembler les dessins à des marionnettes aux mouvements très expressifs et l’on peut que le résultat est plus que convaincant. Il s’agit d’ailleurs d’une scène clé , puisqu’elle nous apprend l’existence des reliques de la mort , la baguette de sureau , la cape d’invisibilité et la pierre de résurrection. L’amitié des jeunes sorciers va être mise à rude épreuve , Ron ne supportant plus l’éloignement avec sa famille et le fait de mettre tant de temps à trouver les horcruxes décide même de quitter ses compagnons pendant un moment. C’est au moment de les retrouver qu’il comprend l’utilité du déluminateur légué par Dumbledore. Le rythme est lent et permet l’immersion dans l’atmosphère sinistre dans laquelle vivent nos personnages à ce moment de l’intrigue , on est loin de la magie enchanteresse du premier opus. On ressent une véritable fragilité chez les jeunes sorciers qui sont , pour la première fois , totalement livrés à eux-mêmes.

Cet épisode offre à nouveau de magnifiques effets visuels et de somptueux paysages. Comme il est décidé de couper les reliques de la mort en deux parties , il fallait trouver le bon moment pour la fin du premier film. Terminer sur la mort tragique de Dobby fut envisager durant un temps mais il est finalement décider de clore se chapitre sur Voldemort ouvrant la tombe de Dumbledore pour lui subtiliser la baguette de sureau , ainsi le suspens est à son comble et l’attente impatiente du dernier film est inévitable.

voldemort-harry-potter-duel-harry-potter-and-the-deathly-hallows-wallpaper

Harry Potter et les reliques de la mort – partie 2

La guerre entre le bien et le mal est plus que jamais d’actualités. Nos héros vont devoir redoubler d’efforts pour trouver les derniers horcruxes. Plus personne n’est en sécurité ni dans le monde magique , ni dans le monde moldus. L’affrontement entre Voldemort et Harry est inévitable.

Ron a détruit un horcruxe dans la première partie des reliques de la mort , il en reste désormais quatre à trouver. Pour se faire Hermione utilise du polynectar afin de prendre l’apparence de Bellatrix Lestrange et entrer dans son coffre , qui contient la coupe d’Helga Poufsouffle , à la banque de Gringotts. Les derniers horcruxes sont le diadème perdu de Rowena Serdaigle , Nagini le serpent de Voldemort , et Harry lui même , ce qu’il n’apprend que tard dans l’aventure. La première partie de la bataille nous révèle les compétences magiques hors du commun du professeur Minerva McGonagall et met en avant des personnages tels que Seamus Finnigan et Neville Londubat.

C’est dans cet opus que l’on comprend les véritables intentions de Dumbledore et de Severus Rogue qui meurt de la main de Voldemort. Harry comprend ainsi le fardeau que Rogue a enduré toutes ces années. Voldemort somme les sorciers de prendre soin de leurs morts pendant une courte trêve de la bataille et invite Harry à le rejoindre pour en finir. Harry s’y rend donc et « succombe » au sort de l’avada kedavra. Voldemort détruit lui même l’un des horcruxes qu’il n’avait pas voulu créer. Le seigneur des ténèbres se rend à Poudlard invitant ceux qui le souhaite à le rejoindre. Neville qui a gagné en importance depuis l’ordre du phénix s’oppose courageusement au maître du mal et Harry se relève , le grand duel entre Voldemort et lui est plus proche que jamais. Dans le même temps Hermione et Ron , qui ont enfin échangés leur premier baiser dans la chambre des secrets , cherche Nagini pour qu’Harry puisse véritablement triompher. Ils se retrouvent malheureusement désarmé face au serpent et c’est Neville qui l’achève avec l’épée de Gryffondor , permettant ainsi à notre héro de vaincre le mal. Cet épisode ne souffre d’aucun temps mort , l’action est au cœur du film.

Encore une fois les effets spéciaux sont d’une qualité exceptionnelles , l’affrontement entre Harry et Voldemort est particulièrement réussi à tout les niveaux , on les voit s’affronter dans toute l’école , chuter ensemble et ainsi changer de visage. Une fois n’est pas coutume le film se permet quelques entorses au roman mais le fait avec brio. C’est le cas notamment d’une des scènes finales dans laquelle Harry en possession des trois reliques de la mort brise la baguette de Sureau. C’est un sentiment doux amer qui habite toutes les personnes ayant participées à la magie d’Harry Potter , la destruction du Poudlard créée par Stuart Craig pour le premier film symbolise la fin d’une époque , la fin de la magie. La dernière scène apporte son lot d’émotion au plus sensibles , en effet on y retrouve nos trois héros , adultes , à la gare de King’s cross , tout prend fin là où tout a commencé. C’est un bouleversement pour l’ensemble de l’équipe , notamment pour ceux qui travaille sur Harry Potter depuis dix ans , de se dire qu’ils ne retrouveront plus réunis , que c’est bel et bien la fin d’une saga magique. Harry Potter et les reliques de la mort partie 2 est un des meilleurs films de la saga , il offre un final explosif à une saga qui nous a émerveillés et qui continuera longtemps encore à nous faire rêver.

Harry Potter

La saga Harry Potter divise car les films sont les adaptations de romans au succès international et comme toute adaptation la saga souffre de nombreuses comparaisons. Selon moi , le pari est relevé haut la main, même si l’on peut reprocher au films de prendre des libertés avec les romans , l’ensemble est cohérent et surtout très divertissant. Une personne n’ayant pas lu les romans n’a pas besoin d’avoir toutes les informations pour comprendre les films. Que l’on en pense du mal ou du bien , une chose est certaine , la saga cinématographique a marqué les esprits. Harry Potter est une saga merveilleuse pleine d’inventivités et de magie.

Marine.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. belette2911 dit :

    Comment il a changé, notre petit Harry… c’est devenu un homme sous nos yeux. J’ai apprécié les films, mais je reste une accro de la saga littéraire 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s