Watchmen, l’excellence du comics au cinéma par Zack Snyder

watchmen

Watchmen est un film de super héros réalisé par Zack Snyder, sorti en 2009. Il s’agit de l’adaptation du comic Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons, édité par DC Comics.

« J’ai le sentiment que nous avons réussi quelque chose de particulier – un film qui ne satisfait pas uniquement les fans que compte le roman graphique depuis sa parution, mais attire également les néophytes. Les inconditionnels pourront découvrir la transposition sur grand écran des personnages et scènes qu’ils aiments, ainsi que la réalité alternative complexe du roman graphique, tandis que le reste du public verra des super-héros agir d’une façon qu’ils n’avaient jamais envisagée auparavant. Et si, au final, Watchmen est considéré comme une bande-annonce de 2h30 pour le livre, ce sera ma plus belle récompense. »

Zack Snyder – Allociné

L’idée d’une adaptation au cinéma germe en 1986, lorsque les producteurs Lawrence Gordon et Joel Silver obtiennent les droits d’adaptation pour le compte de la 20th Century Fox. Quatre années plus tard, après l’écriture d’une première version du scénario, le studio met en vente ses droits et conclut un arrangement avec Gordon, qui prévoit que la Fox aura une petite option de participation si le projet était relancé.

En 1994, Lawrence Gordon propose le projet à la Warner, qui ébauche Terry Gilliam pour le réaliser. A ce moment là, on parle d’Arnold Schwarzenegger pour le Dr Manhattan, Sigourney Weaver et Jamie Lee Curtis pour le Spectre soyeux, Robin Williams pour Rorschach, Kevin Costner et Richard Gere pour le Hibou et Gary Busey pour le Comédien.

Le projet connait un gros coup d’arrêt lorsque le budget beaucoup trop élevé et en plus de ça, Terry Gilliam estime que l’adaptation sous forme d’un film live est impossible. Le réalisateur penche plutôt pour une mini-série. La Warner décide finalement de lâcher le projet.

Automne 2001, Lawrence Gordon s’associe avec Lloyd Levin et relance la machine. Ils trouvent tout deux un terrain d’entente avec Lloyd Levin et Universal Pictures. A ce moment là, David Hayter (X-Men) est engagé pour écrire et réaliser le film. Nouvelle désillusion, suite à des différents artistiques, Hayter et Universal quittent le navire. Encore une fois, Lawrence Gordon se retrouve tout seul.

Trois ans plus tard, nouvel échec puisque la Paramount rejoint le projet mais revend les droits quasi aussitôt. Ce n’est qu’en octobre 2005, que Gordon et Levin vont enfin voir le bout du tunnel. Les deux producteurs font le forcing chez Warner pour que cette adaptation voit enfin le jour et leurs efforts ont payé. Après de quelques négociations entre Paramount et Warner, il est convenu que Paramount, qui a déjà dépensé 7 000 000 $ dans le projet, conserve les droits de distribution internationaux ainsi que 25 % sur la propriété du film. Warner Bros pense immédiatement à Zack Snyder pour réaliser le film, la firme a été bluffée par le travail du réalisateur sur 300.

Zack Snyder - Watchmen

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

La cinquième séance des abonnés nous emmène tout droit sur l’un des meilleurs films des années 2000. Je considère Watchmen comme une figure emblématique de l’adaptation parfaite de comics au cinéma. Zack Snyder est sans aucun doute au sommet de son art.

Un petit mot sur l’histoire ?

L’action se déroule en 1985 dans une Amérique alternative, dans laquelle des héros costumés ont modifié l’histoire. Une première équipe de super-héros, les Minutemen, s’est constituée à la fin des années 1930 et une deuxième équipe, les Watchmen, s’est formée quelques décennies plus tard. Les États-Unis ont gagné la guerre du Viêt Nam grâce au docteur Manhattan et Richard Nixon en est à son cinquième mandat présidentiel, mais les héros costumés ont été déclarés illégaux par le Congrès. Ils ont tous pris leur retraite sauf deux : le brutal et cynique Comédien, qui travaille à présent pour le gouvernement, et le paranoïaque et incontrôlable Rorschach qui est recherché par la police. Le monde se dirige quant à lui vers une guerre nucléaire entre les États-Unis et l’Union soviétique.

Les premières minutes ?

D’entrée, Zack Snyder nous met tout de suite dans le bain avec une ouverture fracassante. Sa mise en scène nous en met déjà plein la vue, tout s’accorde parfaitement. On est dans l’essence même du cinéma selon Snyder. La photographie fait corps avec le regard du réalisateur. La scène de combat est autant un plaisir pour les yeux que pour les oreilles.

Ensuite le générique se pose et là, c’est grandiose ! Il s’agit certainement d’un des plus beaux génériques qu’il m’ait été donné de voir. Sur fond de Bob Dylan avec « The Times They Are a-Changin« , on découvre l’histoire des watchmen à travers le temps, les anciens comme la relève. C’est fluide, magnifique et intelligemment orchestré.

On sort de ce premier quart d’heure avec plein de paillettes dans les yeux. Il s’en dégage énormément de richesses, qui est de très bon augure pour la suite.

watchmen-comedian-dies

Le casting ?

Contrairement à ce que l’on peut s’attendre d’un film de cette ampleur, Zack Snyder mise sur une distribution quasi méconnue. Un gros pari qui mis tout le monde d’accord sur le talent du réalisateur à bien choisir ses acteurs. Chacun d’entre eux remplit parfaitement sa tache et colle à merveille à son personnage. Snyder a bien fait de ne pas miser sur des acteurs trop en vue comme Matt Damon par exemple. Chaque comédien prend conscience qu’il incarne un héros encore jamais vu au cinéma et c’est pourquoi il se sent encore plus investi par le personnage qu’il incarne. Une manière de laisser sa trace, comme l’a fait Michael Keaton pour Batman.

Rentrons un peu plus dans le détail avec tout d’abord Jackie Earle Haley qui se fond comme il faut dans la peau de Rorschach. A la fois attachant, mystérieux et dérangeant, sa composition constitue une véritable réussite pour le film. Mention spéciale pour la narration.

Patrick Wilson se montre également en grande forme. On le pense au départ un peu gnian gnian mais il se révèle au fil des minutes. Son interprétation du Hiboux est plus que crédible.

Si l’on devait désigner une révèlation dans ce casting, ça serait pour moi Malin Åkerman sous les traits de Laurie alias Spectre Soyeux. Elle dégage une telle sensualité et une telle justesse dans ses émotions. A ce jour, cela reste la meilleure performance de sa carrière.

Pour le personnage du Comédien, Jeffrey Dean Morgan montre clairement qu’il était l’homme de la situation. Même constat pour Billy Crudup (même si il est principalement en motion capture et à la narration) et Matthew Goode. Leurs prestations sont justes, en adéquation avec leurs personnages et le comics.

Carla Gugino confirme que les adaptations comics lui correspondent plutôt bien.

A mes yeux, il y a clairement un après et avant ce film pour plusieurs membres de cette magnifique distribution.

watchmen-movie-lineup-153630

Et au final ça donne quoi ?

Impossible disait Terry Gilliam en 1994, heureusement que Zack Snyder le contredit quinze ans plus tard. Le réalisateur américain dépoussière le genre tout en offrant une adaptation fidèle à l’œuvre de d’Alan Moore et Dave Gibbons. Une adaptation murement réfléchie sur tous les plans. Zack Snyder et son équipe vont dans le même sens, une cohésion et une cohérence de travail sans faille qui nous offre la perle du genre.

Pour commencer, Watchmen est une énorme claque visuelle. La direction artistique est somptueuse, tout comme la photographie de Larry Fong. Ajoutez à ça la virtuosité de Zack Snyder, on en prend plein les yeux et les oreilles. Ça respire la passion et le respect envers le comics. Les effets spéciaux sont également époustouflants, sans tomber dans la surenchère et le grossier. J’ajoute un petit mot sur la richesse des costumes et des décors, ce qui nous donne un peu plus de relief à la réussite visuelle du film. La mise en scène est orchestrée de la plus belle des manières, je vais même aller jusqu’à dire qu’on est dans une maitrise totale du sujet. Zack Snyder a réussi à établir un équilibre dans son rythme et aussi dans le développent de chaque personnage, tout en faisant avancer l’intrigue principale. Il se dégage un soin tout particulier sur les ralentis, la narration et les flashbacks. Tout est réglé comme du papier à musique, rien n’est laissé au hasard, tout est entièrement justifié. Le réalisateur est tout simplement au sommet de son art !

Sur le papier, c’est tout aussi brillant ! Même si on n’est pas un adapte du comics, on ne peut qu’être passionné par cette histoire et ses personnages. Les scénaristes ont œuvré pour ne pas nous proposer une banale histoire de méchants contre les gentils. Ici, la frontière reste entre les deux est très mince, voir même difficile à cerner. Sur fond de Guerre Froide et de menace apocalyptique, on accède avec ingéniosité à la place et à la psychologie des différents « héros ». On est loin d’un Spider-Man ou d’un Superman, les Watchmens sont très loin d’être des enfants de cœur. Par exemple, Rorschach est un psychopathe déterminé et dérangé ou encore le Comédien est un assassin et un violeur. Cette noirceur est intelligemment menée sur le fond comme la forme. La combinaison entre la politique, les héros et les humains, est parfaite !

La bande originale est signée Tyler Bates et c’est là aussi un pur bonheur pour les tympans. On a quelques sonorités proche du groupe U2 par moments, mais aussi de grands envolées épiques en adéquation avec les images. Zack Snyder a pris un grand soin d’établir une fusion entre la musique et les images, comme nous le prouve son somptueux générique. On a du Simon & Garfunkel, du Iggy Pop, du Bob Dylan ou encore du Jimi Hendrix, que demander de mieux ? Surtout quand c’est utilisé avec intelligence.

watchmen

En résumé, Watchmen est une révolution ! Un spectacle à couper le souffle et une histoire palpitante et profonde. Zack Snyder livre un chef d’oeuvre incontournable des années 2000.

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Super chronique pour un super film !

    Aimé par 1 personne

  2. pauseblogging dit :

    Dans mon top 10 incontestablement ! Et le Comics quant à lui dans mon top 1 ! Il faut savoir que la structure et pas mal de plan du film sont extrêmement fidèle au Comic’book ! Donc double big up à Zack Snyder pour ce bijou !

    Aimé par 1 personne

  3. Gregory J. dit :

    J’ai trouvé le film esthétiquement beau et une ambiance complètement immersive. Par contre l’histoire n’est pas claire dès le début. Il faut s’accrocher voire avoir 2 visionnages.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s