Après Séance : Premier Contact

premier_contact

Premier Contact (Arrival) est un film de science fiction américain réalisé par Denis Villeneuve.

Il s’agit de l’adaption d’une nouvelle de Ted Chiang, L’Histoire de ta vie (Story of Your Life). Le projet s’est développé dans l’ombre depuis 2012. Denis Villeneuve et la production sont restés discrets, comme ça avait été le cas pour Enemy. Après le tournage de Sicario, le cinéaste canadien a enchainé celui de Premier Contact et ensuite Blade Runner 2049. Un rythme de travail impressionnant surtout qu’avec Denis Villeneuve, le qualité est souvent au rendez-vous.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Denis Villeneuve est un cinéaste que je suis de très près depuis Incendies et je n’ai jamais été déçu par son travail. Il fait partie des grands réalisateurs de la décennie. Chaque film qu’il réalise est pour moi un évènement à ne pas manquer en salles. Que la séance commence !

Un petit mot sur l’histoire ?

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions.

Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain…

Les premières minutes ?

La douce voix d’Amy Adams vient nous chercher pour nous conter de manière métaphorique son histoire. On comprend tout de suite que les premières images feront échos à autre moment dans le film. Comme pour Prisoners et Sicario, Denis Villeneuve met en avant la musique de Johann Johannsson et sur l’environnement. Des plans larges additionné au mystère, nous donne des images sublimes et froides.

D’entrée, Denis Villeneuve nous embarque dans une atmosphère singulière propre au cinéaste. On est littéralement absorbé par cette histoire intrigante et par la mise en scène. Ce premier quart d’heure inspire à un grand film et je pense ne pas me tromper…

Premier contact

Le casting ?

Amy Adams confirme une nouvelle fois qu’elle est grande actrice en signant une prestation toute en nuance. Elle véhicule les émotions avec aisance et justesse. Elle pourrait peut être décrocher une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice.

A ses côtés, Jeremy Renner et Forest Whitaker sont plus en retrait, mais ils sont tout de même crédibles dans leurs rôles, tout comme Michael Stuhlbarg (A Serious Man).

Premier contact

Et au final ça donne quoi ?

MAGNIFIQUE ! Pour son premier film de science-fiction, Denis Villeneuve réalise un très très grand film ! On sort de la salle ému et conquis par le huitième long métrage du canadien. Il confirme encore une fois, qu’il est l’un des réalisateurs les plus talentueux de la décennie.

Sa mise en scène est d’une beauté qui transperce le spectateur, de part sa simplicité et fluidité. L’intelligence et la virtuosité du cinéaste crèvent l’écran. On est ébloui par tant de maitrise, on vibre à chaque moment du film. Denis Villeneuve arrive a tenir un équilibre entre les différentes thématiques et l’évolution des personnages, notamment Louise (Amy Adams). Visuellement parlant, on a une belle approche froide et poétique. Autres grandes forces non négligeables, la photographie grisonnante et la dynamique labyrinthique du montage. Une richesse indéniable sur la forme qui fait corps avec la force implacable du fond.

La transition est toute trouvée pour vous parlez maintenant de l’écriture. Indéniablement, Denis Villeneuve était l’homme de la situation pour porter à l’écran un script aussi intelligent et complexe. Contrairement à beaucoup d’autres films avec des aliens, ici on s’intéresse avant tout au dialogue et au temps sous toutes ses formes. D’ailleurs le réalisateur prend son temps pour ne rien laisser au hasard. Où est la place de l’humain par rapport au reste de l’univers ? Quelle est sa plus grande faille ? C’est à travers ses questions que l’histoire se déroule mais aussi que le destin de Louise prend forme. Je ne vais pas trop vous en dire pour ne pas vous gâcher la surprise. En tout cas, c’est réglé au millimètre pour faire réfléchir, émouvoir et divertir le spectateur.

Pour la bande originale, Jóhann Jóhannsson signe un score magnifique et très émouvant, à l’image du titre On the Nature of Daylight. Le compositeur islandais confirme lui aussi, qu’il a du talent et que son travail fusionne parfaitement avec la vision de Villeneuve.

premier-contact

En résumé, Premier contact est incontestablement l’un des chefs d’oeuvre de l’année. Bravo et merci Denis Villeneuve !

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. lecturedunebouquineuse dit :

    Super chronique ça donne envie de le découvrir.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s