Juste la fin du monde (2016)

juste-la-fin-du-monde

Juste la fin du monde est un film dramatique franco-canadien écrit, coproduit, réalisé et monté par Xavier Dolan.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Malheureusement je n’ai pas eu le temps d’aller le découvrir en salle, pourtant il faisait partie de mes grosses attentes de 2016. Xavier Dolan m’a scotché avec Mommy en 2015 et j’avais hâte de voir ses premiers pas dans l’hexagone. La distribution regroupe du beau monde, qui sous le regard et la direction de Dolan pourrait envoyer du lourd ! Le film a remporté le Grand prix au Festival de Cannes 2016.

Un petit mot sur l’histoire ?

Louis, auteur de pièces de théâtre à succès, revient dans une famille qu’il n’a pas revue depuis douze ans. Son retour qui a pour but d’annoncer sa mort prochaine ravive souvenirs, tensions, amours et incompréhensions. Quelle que soit la fin du film, qui ne peut être ici dévoilée, comme en toute chose, c’est ce parcours de quelques heures qui importe bien plus que l’annonce de sa mort qui est un prétexte à mettre au jour des liens familiaux complexes.

Les premières minutes ?

D’entrée, la voix de Gaspard Ulliel vient nous adoucir les oreilles et nous transporter au milieu de sa vie et de sa  famille. Il se dégage une certaine sérénité dans cette narration alors que son sujet principal est la mort. La patte Dolan transpire sur chaque mot, chaque regard et ça nous englobe dans un huis clos très intime. La musique de Gabriel Yared donne un peu plus de corps au travail du cinéaste et de ses acteurs.

Personnellement, j’ai accroché immédiatement à ce premier quart d’heure. A la fois, on se pose quelques questions et on est émerveillé par l’émotion que véhicule chaque personnage. Xavier Dolan a mis des bases très intéressantes et j’espère qu’elles vont tenir leurs promesses par la suite.

Juste la fin du monde

Le casting ?

Pour ce huis clos, chaque personnage correspond à un point de vue et un caractère spécifique. Tout tourne autour de Louis, interprété à la perfection par Gaspard Ulliel. Il dégage énormément et de manière très subtile. On sent que Xavier Dolan est proche du personnage et de l’acteur. Un effet miroir se met en place dés les premières minutes.

A ses côtés, Marion Cotillard livre une prestation saisissante de la femme perdue, sans l’être réellement. Vincent Cassel dégage une interprétation frontale, son corps est souvent engagé tout comme ses paroles. Il arrive à être attachant alors qu’il antipathique au possible.

Léa Seydoux se montre convaincante dans l’ensemble, même si elle reste un peu plus en retrait par rapport aux autres. Nathalie Baye est géniale dans la peau de la mère un peu désaxée mais qui reste très attachante.

L’ensemble de la distribution fait corps avec l’histoire et leurs rôles. Xavier Dolan a su tirer une nouvelle facette de jeu pour certains et c’est tout bonnement magnifique.

Juste la fin du monde

Et au final ça donne quoi ?

Waaaah ! Plus j’ai de recul sur ce film, plus mon estimation envers lui grandit. Xavier Dolan m’a mis une nouvelle gifle avec cette œuvre forte en émotions. Il laisse le spectateur réfléchir et faire sa propre interprétation de l’histoire. C’est le genre de film que l’on remet une deuxième fois aussitôt l’avoir fini. Je m’attendais à du lourd et c’est une nouvelle fois le cas, Xavier Dolan confirme qu’il est le prodige de sa génération.

Sa mise en scène est somptueuse, techniquement c’est en cohérence avec l’histoire et le personnage de Louis. Le cinéaste québécois insiste sur les regards et les gestes, sans tomber dans la lassitude et le toc. Le dialogue passe avant tout par le corps et la parole vient appuyer tout ça pour mieux nous scotché et émouvoir.  Pour ce huis clos, Dolan conserve ses fondamentaux en ce qui concerne la lumière. Il l’utilise de manière extérieure pour qu’elle contraste efficacement avec l’obscurité intérieure de la maison. A travers ce travail, le réalisateur obtient des scènes fortes et même déchirantes. Il en découle une atmosphère oppressante et mystérieuse. Un ensemble qui ne laisse pas indifférent et qui colle parfaitement avec le scénario.

Xavier Dolan s’est approprié la pièce de Jean-Luc Lagarce, le mot adaptation prend tout son sens. Les personnages et l’histoire ont été revus par Dolan et cela se ressent dés l’ouverture. Chaque personnage tient sa caractéristique qui est entretenue jusqu’à la dernière minute. C’est mené avec intelligence et émotions, le cinéaste livre une partie de lui dans ce script comme à chaque fois. Ce qui est génial dans ce scénario et dans sa structure, c’est que Dolan laisse le spectateur découvrir le pourquoi du comment. Des interrogations qui se posent au moment où il faut pour mieux faire résonner l’impact de l’histoire et de la détresse des personnages.

La bande originale de Gabriel Yared est sublime et inspire la mélancolie qui règne autour de cette famille. Les chansons additionnelles ont plus pour rôle de nous envouter et ainsi contraster légèrement avec les composition de Yared. Là aussi, Xavier Dolan ne laisse rien au hasard et reste fidèle à son cinéma et à lui même.

juste-la-fin-du-monde-xavier-dolan

En résumé, Juste la fin du monde est un chef d’oeuvre qui ne laisse pas indifférent. Xavier Dolan fait murir son cinéma et c’est magnifique. L’ensemble de la distribution hexagonale est excellente !

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bon article. J’ai aimé Juste la fin du monde, mais mon film préféré de Dolan reste Les amours imaginaires. Et la réalisation de Laurence Anyways était autant sinon plus enlevante que celle-ci. Vraiment un cinéaste à suivre!

    Aimé par 1 personne

  2. worldcinecat dit :

    Oui, un cinéaste à suivre mais ce film là m’a terriblement déçue, le jeu des acteurs était outré, m’a mise mal à l’aise ; j’avais adoré Mommy

    Aimé par 1 personne

  3. Yuko dit :

    J’ai prévu de le voir très prochainement, j’espère qu’on aura l’occasion d’en reparler ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s