Après Séance : La La Land

la-la-land

La La Land est un film américain écrit et réalisé par Damien Chazelle.

Le cinéaste américain a connu la reconnaissance internationale en 2014 avec le chef d’oeuvre qu’est Whiplash. Depuis, on attendait avec impatience son nouveau long métrage, à savoir La La Land.

Le projet La La Land remonte à 2010, Damien Chazelle compose le scénario en attendant que le jour où il obtiendra la renommée et les moyens pour pouvoir le mettre en scène. C’est pourquoi il a préféré miser en premier lieu sur Whiplash pour se faire une place à Hollywood. Le film ne demande pas un gros budget, mais le réalisateur sait qu’il tient quelque chose en béton armé pour obtenir une certaine reconnaissance. Et il ne s’est pas trompé puisque son film a obtenu un florilège de récompenses à travers le monde dont notamment 3 Oscars. A ce moment là, Damien Chazelle retrouve l’espoir pour porter La La Land sur les écrans. Summit Entertainment et Black Label Media acceptent de financer le film et de le distribuer. Patrict Wachsberger de Lionsgate conseille à Damien Chazelle d’augmenter le budget de son film car une comédie musicale de cette ambition méritait un budget en conséquence.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Je considère Whiplash comme l’un des grands chefs d’oeuvre de la décennie. Depuis que j’ai pris cette claque, j’attendais avec impatience la nouvelle œuvre de Damien Chazelle. Il arrive à combiner la musique et le cinéma avec une telle magie, que je me dis que La La Land va être exceptionnel. J’espère ne pas me tromper…

Un mot sur l’histoire  ?

À Los Angeles, deux « rêveurs », Mia et Sebastian, tombent amoureux. Elle est une actrice débutante, alors que lui est un pianiste de jazz quelque peu prétentieux.

Les premières minutes ?

Damien Chazelle nous offre une séquence d’ouverture qui résume à la fois son cinéma et le ton du film. Il transforme un embouteillage en plein soleil en une chorale féérique. On pense bien évidemment à Grease, Chantons sous le pluie ou encore West Side Story. Le jazz tient une place très importante dans le vie du cinéaste et on en a une nouvelle fois la preuve. La magie opère d’entrée !

La direction artistique, la photographie de Linus Sandgren (American Bluff) et la maestria de Chazelle ne font qu’un et nous offre déjà un spectacle magnifique. Les paillettes et les couleurs vives sont une illusion par rapport à la vie que mène la jeune Mia (Emma Stone). Pour le moment, il y a peu de dialogues à proprement dit, on passe principalement par la musique, la danse et le chant.

Le premier quart d’heure se conclut sur le portrait de Mia qui a des étoiles plein la têtes et les yeux. On passe à présent à Sebastian (Ryan Gosling) qui semble être un peu dans le même cas de figure. Damien Chazelle nous englobe dans son univers et sa magie, la suite nous promet de très belles choses…

emma-stone-la-la-land

Le casting ?

En septembre 2014, on parle de Miles Teller (Whiplash) et Emma Watson (Harry Potter) pour être le couple principal du film. Finalement l’actrice n’a jamais voulu signer pour le projet car elle avait déjà en vue le rôle de Belle dans l’adaptation live de La Belle et la Bête. Pour Miles Teller, c’est plus compliqué. Il semblerait qu’il se soit brouillé avec le réalisateur et la production au sujet de son cachet qui était pourtant élevé à 4 millions dollars.

Damien Chazelle n’a pas attendu énormément de temps pour trouver un autre couple digne de sa comédie musicale. Il a alors jeté son dévolu sur Emma Stone et Ryan Gosling, qui ont déjà travaillé ensemble sur Crazy Stupid Love et Gangster Squad. Un duo rodé dont la complicité et l’amitié transpirent au delà de l’écran.

Pour La La Land, le couple s’est investi à 200% ! Les chorégraphies, le chant ou encore le piano, ils réalisent tous les deux de véritables prouesses. L’alchimie est parfaite, cela nous rappelle bien évidemment de grands couples de comédies musicales tel que Gene Kelly et la récemment regrettée Debbie Reynolds dans Chantons sous la pluie. Un duo charmant et magique faisant corps avec la vision de Damien Chazelle. A mes yeux, Emma Stone part favorite pour les Oscars.

Pour son premier rôle au cinéma, John Legend se montre à l’aise sous les traits de Keith, un rôle sur mesure pour le musicien. J.K. Simmons fait une petite apparition et se montre une nouvelle fois charismatique.

Le reste de la distribution est solide comme il faut et participe aussi à la magie du film.

La La Land

Et au final ça donne quoi ?

MAGNIFIQUE ! Damien Chazelle réalise son rêve et nous y emporte de la première à la dernière minute. C’est simple, on a envie de rester sur son siège pour la prochaine séance. Une fois sorti de la salle, j’ai éprouvé un sentiment triste en vers le film mais aussi une joie d’avoir vécu un tel bijou dans une salle obscure. Le cinéaste arrive à nous pondre quelque chose de tellement différent de Whiplash, mais il y a quand même le lien avec le jazz. Il rend magnifiquement hommage à cette musique, aux comédies musicales qui ont bercé son enfance.

Comment qualifier le travail titanesque dans la mise en scène de Chazelle ? C’est tout simplement brillant, intelligent et millimétré. Techniquement, c’est impressionnant et fluide. Il se dégage une souplesse dans le cadre et une véritable communion de travail au sein de l’ensemble de l’équipe du film. On prend de plein fouet l’énergie déboursée sur le plateau. La direction artistique est phénoménale et c’est bien évidemment l’une des grandes forces de cette comédie musicale. On est absorbé par chaque séquences et chaque notes de musique, c’est tout simplement magique !

Le cinéaste inclut, dans cette ode de fraicheur et de féérie, une mélancolie qui fait mouche et qui vient questionner le spectateur. Faut-il suivre sa propre voie et faire les efforts en conséquence ou alors choisir la facilité quitte à s’y perdre dedans ? On y parle d’amour, de destiné, de musique, des rêves, la réalité et le sens du sacrifice. On s’approche de quelques thématiques déjà abordées dans Whiplash. Chazelle jongle avec une certaine virtuosité et audace sur l’ambition personnelle, l’amour et le mépris. Il rend hommage au genre, tout y implantant ses propres codes.

Pour la bande originale, Damien Chazelle a fait à nouveau appel à son ami et ancien camarade l’Université Harvard, Justin Hurwitz. J’ai tapé des pieds, claqué des doigts, j’ai vibré sur ses notes et j’ai également ému. Cet homme est un génie, tout comme son ami cinéaste. « Another Day of Sun », « City of Stars » et « Epilogue » font partie des meilleurs morceaux de ce sublime score.

Bref, j’ai pris un pied de dingue devant cette merveille. Damien Chazelle y inclut subtilement un petit bout de sa vie, celui où ses chances de devenir un cinéaste reconnu à Hollywood étaient inaccessibles. Aujourd’hui, il met à nouveau tout le monde d’accord sur son talent de metteur en scène et de scénariste. Il est fort possible qu’il rafle cinq ou six Oscars en février prochain.

lalaland

En résumé, La La Land est la hauteur de l’énorme attente suscitée. Damien Chazelle confirme son talent, tout comme l’ensemble de l’équipe autour de ce bijou. Chapeau et merci pour cette nouvelle gifle !

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. thomasmorelon dit :

    Super ! J’ai le projet d’aller le voir dès que mes examens se terminent, et cette critique achève de me convaincre que j’en ai pour un bon moment de cinéma !

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai hâte de lire ton avis dessus =)

      J'aime

  2. Monsieur R. dit :

    Un film qui fera date !

    Aimé par 1 personne

  3. J’adhère totalement, j’ai ressenti la même chose. Je suis sortie de la salle en ayant déjà hâte de le revoir. C’est difficile de retransmettre mes sentiments en mots.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s