Après Séance : Silence

silence-affiche

Silence est un film américain réalisé par Martin Scorsese, adapté du roman du même nom de Shusaku Endo.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Je considère Martin Scorsese comme un des trois voir deux meilleurs réalisateurs de l’histoire. À l’instar d’un Steven Spielberg, son travail est caractérisé par la variété des thèmes qu’il explore. Selon moi, l’un des thèmes où Scorsese excelle est celui de la religion. La Dernière Tentation du Christ est un des meilleurs longs-métrages de Scorsese. C’est pour cela que j’attendais tout particulièrement ce film. Sachant que c’est un projet sur lequel Scorsese planche depuis des années, je ne pouvais pas rater ça.

Un petit mot sur l’histoire ?

Le film se déroule au Japon au XVIIème siècle. Après avoir reçu d’intrigantes nouvelles de leur précepteur Cristóvão Ferreira (Liam Neeson) parti au Japon dans une mission d’évangélisation, deux jeunes prêtres Sebastião Rodrigues (Andrew Garfield) and Francisco Garupe (Adam Driver) décide de partir à sa recherche. Cette terrible entreprise dans un Japon devenu hostile au Christianisme, mettra leur foi à l’épreuve.

Les premières minutes ?

Le film s’ouvre un flashback, on y voit Ferreira assister à la torture de chrétiens japonais par les hommes de l’Inquisiteur Inoue-Sama (Issey Ogata). La narration est faite par la voix de Liam Neeson qui explique les échecs du christianisme au Japon. Cette séquence est en faite la retranscription de la lettre écrite par ce dernier à ses deux anciens élèves.

Le récit se recentre ensuite sur Rodrigues et Garupe, dont on découvre progressivement les différentes personnalités. Le voyage est ellipsé, il y’a juste une séquence en Chine où l’on comprend vite la difficulté de ces deux prêtres européens à appréhender la culture asiatique.

Techniquement, c’est très propre. Scorsese montre encore une fois toute sa maîtrise. On est plongé dès les premiers instants dans la brutalité et la froideur du récit. Ces premières minutes donnent vraiment le ton, et m’ont fait plonger directement dans l’univers du film.

silence

Le Casting ?

Le film bénéficie d’un casting solide, entre des têtes d’affiche hollywoodiennes (Neeson, Garfield) et des acteurs japonais moins connus mais eux aussi sont excellents. Il n’y pas beaucoup d’acteurs dans ce film. A vrai dire, le film se concentre quasi-exclusivement sur Rodrigues (Andrew Garfield). C’est d’ailleurs de lui que je vais principalement parler.

Cependant pour parler rapidement des autres acteurs, bien que peu présents Driver et Neeson sont vraiment convaincants. Le rôle de Ferreira est taillé sur mesure pour Neeson, il donne une véritable impression de naturelle dans ce rôle de vieux prêtre tourmenté. Issey Ogata dans le rôle de l’Inquisiteur est lui aussi totalement crédible dans son rôle de général sadique et cynique. Je ne connaissais pas cet acteur avant donc je ne peux pas vraiment m’étendre sur lui, mais il est en tout cas très bon dans ce film.

Je reviens désormais à Andrew Garfield, car il y’a énormément de choses à dire sur sa performance. Tout d’abord je ne suis pas spécialement fan du bonhomme à la base. Que ce soit dans The Amazing Spider Man, The Social Network voir même Tu Ne Tueras Point pour lequel il a fait l’unanimité totale et a été nominé aux Oscars, je ne l’ai pas trouvé exceptionnel.

Pourtant dans ce film, il démontre que c’est un acteur incroyable. C’est selon moi pour ce film qu’il aurait dû être nominé. C’est l’une des meilleures performances de la décennie, je ne saurais la qualifier autrement. Prenons l’évolution du personnage, il passe progressivement d’un prêtre naïf et plein de bonté à un homme en proie au doute et à la souffrance. Dans l’un comme dans l’autre registre il est incroyable. De part ses mimiques, ses intonations de voix, sa gestuelle tout est réussie. Lors du climax du film, il montre vraiment tout son talent. C’est une séquence déchirante et c’est vraiment son jeu d’acteur couplé à la réalisation qui donne à cette scène toute sa puissance visuelle et émotionnelle. Si on ajoute à tout ça l’épreuve physique qu’a dû représenter ce tournage (à l’instar d’un DiCaprio dans The Revenant), il y avait sincèrement de quoi mériter une nomination pour Garfield.

Silence

Et au final ça donne quoi ?

Silence est une réussite totale, encore une fois Scorsese montre qu’il est encore capable de faire d’excellents films. Contrairement à beaucoup, je n’ai pas particulièrement apprécié Shutter Island et Le Loup de Wall Street cependant j’ai été totalement conquis par Silence.

Commençons par les légers défauts. Certes le film n’est pas parfait. Premièrement, il n’est pas très accessible, un film de 2h45 qui parle exclusivement de religion risque d’en rebuter plus d’un. De plus, la conclusion est légèrement longue. Le seul autre léger reproche que je puisse faire au film c’est l’excès de scène de torture, Scorsese cherche à insister sur la souffrance des chrétiens japonais mais parfois ça devient vraiment peu supportable et légèrement voyeur.

Mais ce ne sont vraiment que des défauts mineurs. Silence compense largement par ses nombreuses qualités. Visuellement c’est magnifique, la jungle et l’océan sont rendus impressionnants par la réalisation de Scorsese. La représentation de la souffrance bien que parfois excessive, contribue elle aussi à la réussite du film. La souffrance est vraiment au cœur du récit, mais ce qui la caractérise c’est son réalisme. L’authenticité de la souffrance est l’un des points qui rend le film si immersif et facilite l’identification aux différents personnages. Pourtant, ce sont des personnages auxquels il est difficile de s’identifier à première vue, dans la mesure où il s’agit d’hommes de foi. Ce que tout le monde n’est pas.

Silence se caractérise aussi par sa profondeur, des thèmes tels que la rédemption, la croyance sont explorés intelligemment tout au long du film. De plus, il dépasse aussi le cadre religieux. C’est avant tout une fresque sur la relation entre la croyance et la souffrance. Une croyance quelle qu’elle soit, religieuse ou pas. Le titre “Silence” renvoie à la difficulté qu’ont les différents personnages à garder la foi alors que Dieu ne répond pas à leur appel et les laisse souffrir. Le sujet est dieu en l’occurrence, mais la difficulté de garder ses convictions personnelles dans l’adversité est un questionnement qui concerne tout le monde.

Le film est rempli de ces multiples questionnements qui ne concernent pas uniquement la religion, mais l’existence humaine de manière générale. L’intérêt du film est aussi historique, on aperçoit certains aspects de la vie dans le Japon de l’époque et on découvre cette histoire méconnue du public qu’est celle des missionnaires au Japon.

Une autre qualité est aussi la relative objectivité du film, je m’explique: Malgré l’intransigeance et la cruauté des Japonais dans le film, on comprend leur motivation, leur attachement à leur culture. Je sais que Silence a été qualifié par beaucoup de “pro-chrétien” mais ce n’est pas l’impression qu’il m’a laissé. Il n’y a pas vraiment de gentils ni de méchants de le film, juste des personnes aux convictions diamétralement opposées.

La justesse des dialogues et des acteurs sont aussi des points positifs qui s’ajoutent aux qualités que j’ai précédemment expliquées. Cependant comme j’ai pu le lire dans une autre critique, Silence est un de ces films qu’on vit plus qu’on ne voit. C’est pour cela qu’il m’est assez difficile de décrire le film. C’est avant tout une expérience, c’est pour cela que je vous invite à le voir vous même pour vous faire votre propre avis.

silence-scorsese-garfield

En conclusion, Silence est un des films les plus fins et personnels de Martin Scorsese. Il ne plaira certainement pas à tout le monde. Cependant il est indéniable qu’il s’agit d’un film marquant, et puissant. Scorsese avec l’appui d’un casting solide et d’un Andrew Garfield exceptionnel réussit un énième tour de force. Je le considère personnellement comme l’un des meilleurs films du réalisateur. Il montre encore une fois, qu’il sait parler des sujets religieux avec la brutalité et la finesse qui sont justement deux caractéristiques intrinsèques au thème religieux.

Jérémie A.

 

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je suis impatiente de voir ce film rien qu’en voyant la sélection d’acteur et Martin Scorsese !! Merci pour ce superbe article ! si tu as le temps pense à suivre mon blog serialfoodieleblog.com et mon webzine serial-foodie.com merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Je vais y faire un tour ce soir quand je rentre du boulot =)

      Aimé par 1 personne

      1. COUCOU MERCI à Toi et franchement MERCI pour ces articles qui nous font découvrir de merveilleux films à regarder 😊😊

        Aimé par 1 personne

  2. belette2911 dit :

    Lui, je veux le voir ! Faut aussi que je me fasse « tu ne tueras point » !!

    Aimé par 1 personne

  3. Les deux sont excellent et suscite de la réflexion 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s