Après Séance : 50 nuances plus sombres

50-nuances-plus-sombres-
50 nuances plus sombres est un film américain de James Foley adapté du roman éponyme d’E.L James.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Aventurier (j’avais regardé pour vous Les nouvelles aventures d’Aladin) j’ai vu le premier film lors de sa sortie. J’en avais conclu que c’était une immondice dans le paysage cinématographique.

J’y suis retourné pour deux raisons. La première parce que j’avais promis à ma douce chérie que j’aime à la folie de l’accompagner voir le film, la deuxième raison c’est que je laisse toujours une deuxième chance…

Un petit mot sur l’histoire ?

Franchement y en a une ? Je pose la question sérieusement. Histoire de rire un peu, je suis allé voir le synopsis du film sur WIKIPEDIA et j’ai décidé de vous le mettre ici. Et ça vous permet de cibler un peu le bordel ambiant du métrage car personnellement je suis largué pour vous raconter l’histoire.

« Ana est convaincue qu’elle et Christian ne sont pas compatibles. Après leur rupture, Anastasia commence à travailler pour une maison d’édition. Mais, Christian réapparaît vite dans sa vie en se rendant à l’exposition de photo de José. Il l’invite ensuite à une soirée à laquelle une personne ayant marqué la vie passée de Christian refait surface. Cependant, leur relation passionnée recommence, mais cette fois-ci, tout sera différent : Christian accepte d’essayer d’avoir pour la première fois de sa vie une relation amoureuse. Néanmoins, leur courte séparation a causé chez le jeune homme des problèmes de confiance et une angoisse permanente. Il lui fait une proposition qu’elle ne peut pas refuser. Christian se dévoile et Ana fait face à des personnes ayant marqué le passé de ce dernier. »

Même le synopsis du film est écrit avec le cul sérieux… (Évitons les jeux de mots hasardeux)

Les premières minutes ?

Le film démarre sur une intro musicale clipesque. La musique est là pour vendre des CDs, la scène d’ouverture uniquement pour montrer qu’Ana, la petite Ana toute fragile souffre de l’absence et du manque de son beau et riche Christian. Car même si elle lui en veut et sent qu’ils ne sont pas vraiment compatibles, il lui manque. D’ailleurs j’ai eu mon premier petit rictus durant le visionnage et mon premier désespoir. Tout d’abord Ana reçoit des fleurs de Grey, un bouquet énorme qu’elle veut mettre à la poubelle, mais la poubelle est 10 fois trop petite par rapport au bouquet, est-ce une métaphore pour montrer que toute cette histoire est trop grosse pour elle ? (Oui c’était les premières minutes, je cherchais encore à travers les plans et la mise en scène quelques éléments analytiques…), bref j’ai rigolé de ma propre bêtise. Et mon désespoir est venu du fait que cette intro était très mal réalisée et montée, aucun rythme, aucune recherche, c’était totalement vide.

fifty-shades-darker-6

Le casting ?

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOMGGGGGGGGGGGGGGGG MAIS QU’EST-CE QU’ILS JOUENT MAL ET SONT MAL DIRIGES ! Franchement le duo Dakota Johnson et Jamie Dornan fonctionne encore moins bien que dans le premier, il y’a aucune alchimie entre les acteurs, alors que bon c’est un peu ce que le casting impose normalement lorsqu’il y’a autant de passion (ahah) entre deux personnages. Et ils jouent mal, tous les deux, c’est hallucinant, j’ai rarement vu d’aussi mauvaises prestations et le tout est desservi par un doublage français digne des feux de l’amour. Fin bref, aucun des acteurs ne tirent son épingle du jeu, tout le casting est à côté, à chaque fois. Et franchement les textes qu’ils jouent sont tout aussi mauvais… Aucune chance de faire quelque chose avec ça…

ht-fifty-shades-darker-mem-170103_31x13_1600

Et au final ça donne quoi ?

Et bah c’est une merde. Et le pire c’est que je vais devoir argumenter tout ça mais c’est nécessaire. N’allez pas croire que je fais cette critique à contre cœur, c’est juste que ça me fait mal à mon petit cœur et à mes yeux de devoir repenser au déroulement du film, à ses scènes, à ses dialogues, à tout en fait… Car 50 nuances plus sombres excellent dans une chose : N’avoir aucune qualité et ça c’est fort. Ah, je tiens à prévenir qu’à ce niveau-là je ferai des spoilers. Bon, aller, c’est parti.

C’est vraiment compliqué de prendre un point de départ concernant la critique de ce film, car ce dernier va tellement dans tous les sens qu’il ne laisse aucune accroche, aucun rattachement permettant une construction sensée et réfléchie de la critique. C’est un coup à partir dans tous les sens aussi, ne rien structurer. En même temps le long-métrage n’est pas structurer non plus, ce serait lui rendre hommage ou être dans le thème. Et adieu la prose, les jolies tournures de phrases, je vais écrire ça avec le cul, histoire de toujours coller au film, au plus proche de lui, faire corps avec ce dernier avant de l’attacher et de le fouetter jusqu’à ce que toutes les copies soient détruites et que plus personnes ne puissent le voir. Je m’emporte un peu, c’est une intro écrite avec le cœur, j’écrirai le reste avec ma tête, promis.

Pour démarrer il est important de se plonger dans le plus gros des problèmes de ce long-métrage ; le scénario.

Il est où ? Il n’est pas là. Il est loin, très loin. Si je devais résumer le film de la façon la plus simple, je ferais ainsi : Petite problématique, sexe, Grey = Connard, sexe, j’ai souffert dans ma vie, sexe, j’ai un passé sombre, sexe, mon patron a voulu me faire des choses bizarres, sexe, j’ai eu un accident d’hélicoptère ! Épouse-moi ! sexe, Le patron veut tuer Grey dans le prochain film – Générique. En gros c’est ça et ces deux lignes durent en tout et pour tout 2h00.

Pour entrer dans les détails, cette histoire est un simple prétexte pour mettre en avant des scènes de cul et montrer les acteurs nus et surtout le torse musclé de Grey qui, à chaque fois, à déclencher des onomatopées de satisfaction de la part de la gente féminine.

En même temps c’est le but du film, cibler le public féminin, le faire fantasmer mais la façon dont c’est fait est assez révoltant et prend tout de même le spectateur en général pour des cons. Montrer Ana dans un gigantesque dressing avec des robes, dentelles et chaussures, faire un tour de bateau au soleil, avoir un Iphone 7 tout neuf (avec le numéro préenregistrer de Grey à l’intérieur) me fait plus penser à une immense vitrine publicitaire qu’un réel fantasme, après je suis un homme ça ne marche pas forcément sur moi, le film ne m’est pas adressé. Mais je trouve le concept hyper réducteur pour la femme. (Je cale ici l’organisation de soirées spéciales en marge de la projection pour faire acheter des produits cosmétiques et autres accessoires…)

Autre point important et qui me dérange énormément, Ana souhaite évoluer et s’émanciper, être une femme forte et autonome ce qui est intéressant pour le personnage quand on connait la volonté de soumission que Grey souhaite avec ses conquêtes. Ana commence donc un job, qui lui plait vraiment, Grey de son côté n’est pas trop d’accord avec ça, il considère qu’elle en a pas besoin sachant qu’il est milliardaire… Eeeeet pour tout contrôler il ira quand même jusqu’à racheter la boite où elle travaille… C’est tellement romantique… MDR. Autre petit détail elle avait un chèque de 24 000$ de Grey, qu’elle déchire car elle ne veut pas de son argent pour rester autonome, alors qu’est-ce que Grey fait ? Bah il appelle une assistante pour qu’elle fasse un virement de 24 000$ sur le compte d’Ana. So romantic cet homme qui contrôle tout et rend sa douce indépendante… Il y a des dizaines d’exemples comme ça dans le film…

Mais bon c’est un peu le festival des connards côté masculin : Entre Grey qui a un dossier réalisé par des détectives privés sur Ana et son patron (oui je vais parler du patron) qui réduit Ana à une femme qui ne cherche qu’à jouir en baisant, c’est chaud.

Petit arrêt – Une scène symbolique (Parce que le patron n’est qu’une figure symbolique) intervient avec ledit patron ; Un soir, Ana quitte du travail et il ne reste plus qu’eux dans les locaux. Le patron bloque Ana contre une porte et lui fait un rentre dedans des plus surprenant et réducteur en lui disant en gros « Je suis un vrai homme, je te ferai jouir et encore plus jouir que ton Christian ». Mais lol quoi. –

Je ne comprends pas comment la catharsis peut marcher à ce point dans ce film.

Pour le côté sombre et torturé de Grey le cinéma justifie une explication, ça se fait, c’est courant, les livres doivent le faire, (Je me garderai de critiquer les livres ou de dire quoi que ce soit dessus, ne les ayants pas lu je suis très mal placé, je traite ce film comme film à part entière) mais les justifications sont tellement abusives. Sa mère est morte jeune, overdose, son père était violent. Réaction : il cherche des femmes qui ressemblent à sa mère et les soumets… Fiou. Psychologiquement un peu plus de profondeur serait vraiment intéressant, mais vu que le film ne traite rien du tout de ses sujets, bah on peut se brosser, faut le prendre argent comptant. Tu acceptes ou tu sors.

D’ailleurs, la scène où l’on apprend une partie du passé de Grey est risible à souhait. Tout démarre dans le vernissage des photos de José ; Grey achète 26 photos d’Ana (parce qu’il ne supporte pas que quelqu’un d’autre puisse l’avoir dans son salon) et l’invite ensuite à manger. Intervient ici une des choses les plus drôles du film : Les dialogues pouraves. La réponse d’Ana à l’invitation est magique : « Je veux bien manger avec toi parce que j’ai faim ». Putain. J’ai retenu un rire.

Autre exemple ; Grey ne veux pas qu’Ana touche son torse en expliquant qu’il y’a des limites à ne pas franchir, réponse d’Ana « Je suis perdu, il me faut une carte pour me repérer ». Explosion de rire au grand dam de mes voisines et de ma chérie (qui n’a pas aimé le film non plus d’ailleurs). Attendez, j’en ai encore une autre sympa, Grey annonce son mariage prochain avec Ana, la mère adoptive de Christian va féliciter Ana en disant « Il faut que j’arrête de pleurer où je vais me dessécher » le tout surjoué au possible avec un doublage… Mon dieu… bref encore à mourir de rire.

Stop les digressions. Pour revenir à la scène en question Christian livre son âme torturé et Ana lui répond grosso-modo « fesse-moi ça te fera du bien ». Ridicule.
Bon j’exagère un petit peu mais en résumant le dialogue on en vient à cette conclusion car la conversation mène directement à une scène de cul. Et c’est tout le temps comme ça. La mise en scène ne montre rien, les personnages parlent et expliquent absolument tout et en plus c’est très mal écrit et joué… – Les petits problèmes qu’ils ont sont ridicule et ne fait en rien un nœud dramatique. Et la plupart du temps se sont eux qui sont à l’origine de leurs problèmes et la résolution se passe toujours sur un lit…

Il y a quand même deux autres petits problèmes supplémentaires qui totalise en gros 15 minutes du film.
Le numéro 1 – le patron qui veux Ana pour lui, on le voit 10 minutes, il veut Ana, il y à la scène de pseudo rentre-dedans presque viole, Grey le fait virer, le patron veut tuer Grey, merci terminé bonsoir. Où est l’enjeu ? Un énorme conflit s’annonce, woulala, folie totale. Sérieux. Rôle fonction par excellence, aucune profondeur, aucun background, rien.

Le numéro 2 – l’ancienne soumise de Grey. Présente en gros 5 minutes, furtivement, elle fait surtout acte de présence dans une scène où elle menace Ana d’un revolver blablatant qu’elle était une soumise de Grey, qu’elle est jalouse et patati patata et ça permet uniquement de monter que Grey à encore une énorme emprise sur cette fille, d’ailleurs c’est la seule scène ou Jamie Dornan joue à peu près bien, car il l’a retournée et désarmée en un regard avant de l’envoyer dans un asile psychiatrique EEEEEEEEET voilà problème résolue avec le deuxième antagoniste que la bande annonce promettait comme centrale à l’histoire et au passé sombre de Grey, que d’émotions…

À noter que la tension dans ce film est inexistante. Que ce soit avec le patron, la soumise ou le pseudo accident d’hélicoptère de Grey. Car il s’écrase mais se retrouve le soir même, ensanglanté dans sa propriété pour embrasser « sa douce ». Fuck le temps et la logique, à ce niveau le film n’en a plus rien à foutre lui-même, à se demander si les scénaristes, producteurs réalisateurs en avaient déjà quelque chose à foutre en fait, je pense qu’ils voyaient seulement la machine à billet tourner, à l’instar d’un Danny Elfman qui se fou totalement de sa musique et de ses compositions tellement elle est oubliable et écraser par des musiques commerciales qui ne sont là que pour vendre plus de CDs de la BO…

fifty-shades-darker-elevator-1481131638

On va terminer en parlant d’un autre moteur de la pompe à fric, euuuh du film, le sexe, car c’est aussi sur ça que ce long-métrage se vend ! Et on arrêtera là car sinon je vais finir par écrire 50 pages. (ahah)

Les scènes olé-olé de ce film sont ratées et plates, montrer Grey et Ana utilisé des boules de Geisha ou baiser en missionnaire 5/6 n’a rien d’extraordinaire, la partie SM du film est totalement abandonné mise à part 2-3 accessoires qui sont rapidement exclu de la scène pour repartir sur la normalité pure et dure d’une baise dominicale (rythmé grâce à la synchronisation des coups de butoirs de Grey avec les temps forts des musiques. Ridicules). Et d’accord leur relation devient un petit peu plus « gnian gnian gaga bisous bisous » mais le film était vendu sur une idée de « Plus aucune limite etc etc).

Bref, au pire si vous voulez un peu de frisson et du cul avec du SM il est préférable que vous regardiez soit un porno soit Nymphomaniac de Lars Von Trier, au moins y’a une histoire et c’est impeccablement réalisé et les scènes de culs ne font pas téléfilm érotique d’M6 du dimanche soir et niveau SM c’est une autre chose que 2-3 claques sur les fesses.

Ah aussi, parce que je suis lancé sur ce sujet et ça m’évitera d’y revenir par la suite, le SM est tellement stigmatisé dans ce film. Ana répète à longueur de scène que ce n’est pas bien de faire ça MAIS elle le demande… Un jour c’est oui, le lendemain c’est non, tout en répétant que ce n’est pas bien. Fin sinon il fait ce qu’il veut si elle n’est pas d’accord et dans l’envie de faire ça elle s’en va… Même sans être pratiquant, je ne vois pas en quoi le SM est une mauvaise pratique sexuelle comme essaye de le faire entendre le film.

La tristesse c’est que le film s’est vendu là-dessus, l’histoire d’amour entre les deux personnages (MOUAHAHAHHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAH la love story de Twilight était plus passionnante…) et sur la sexualité un peu différente du personnage principal milliardaire et beau-gosse. Et dans ce volet tout s’écroule, l’histoire d’amour est gnian-gnian au possible et les scènes de sexes sont ennuyeuses et mal filmé au possible. Et si on retire ça à 50 Nuances de Grey en générale bah il ne reste rien. Et le rien symbolise de la meilleure des manières ce film.

En bref, c’est un très très très mauvais film. À éviter absolument, en priant que les producteurs ne décident pas de faire le dernier volet en 2 parties…

C’est long et chiant, aucun intérêt, vide, mal foutu, mal écrit, c’est une catastrophe à tous les étages. Et le pire c’est que la moitié de la salle (blindée) à applaudie cet étron cinématographique en fin de séance, ça m’a achevé après ce que je venais de voir. Applaudir un film de qualité d’accord mais ce film prend les gens pour des cons. D’où l’importance de regarder de temps en temps un film avec autres choses que des émotions, en bouffant le film images par images sans essayer de voir plus loin. Ça forcera peut-être certains producteurs et réalisateurs à se bouger le cul pour faire autre chose qu’un téléfilm raté, calibré pour essayer de vendre le plus. Et ça me fait mal de me dire que maintenant c’est ça le film estampillé « pour le public féminin », le cinéma mérite autre chose, nous méritons autre chose, arrêtons deux secondes de dire aux producteurs « c’est de la merde, mais on l’a pas vu, on en veut encore s’il vous plait » et cette remarque n’est pas valable que pour 50 nuances plus sombres.

fiftyshadesdarker

Merci d’avoir lu, c’était long et laborieux à écrire, ça doit se ressentir et je m’en excuse d’avance. Mais ça doit être la critique la plus compliqué que j’ai dû écrire, en essayant de rester clair et sensé. Je vous dis à bientôt pour une nouvelle critique sur Cinéma avec un Grand A.

Maxime Herbillon.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Fab!en dit :

    Ahaha ! ❤ Je ne l'ai pas encore vu (je le regarderai chez moi illégalement – je n'ai aucune honte à l'avouer !), mais les mauvaises critiques sont tellement jouissives à lire ❤ Déjà que je me suis tapé les livres (le premier était pas mal cela dit)…
    Je surkiffe la BO par contre xD

    Aimé par 1 personne

  2. Faire la suite d’un navet fallait oser, rien que pour ça bravo au réalisateur !!! J’ai vu le premier (enfin le quart du premier) et ce sera non………..

    J'aime

  3. Ah je pense attendre avant de le voir ! Avec des amis et quelques bières, ça passe bien ! Les soirées nanars, c’est la vie ! ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s