Emprise (2001)

emprise-affiche

Emprise est un thriller fantastique américain réalisé par Bill Paxton.

Il s’agit de la première réalisation de Bill Paxton, qui devait à l’origine n’être que l’un des interprètes et le co-producteur du film. Suite à son engagement dans le projet, l’acteur a souhaité passé le cap et de s’occuper également de la mise en scène. Pour l’anecdote il faut savoir que le scénario est officieusement inspiré d’une nouvelle de Stephen King.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Cette critique était prévue depuis plus d’un mois et coïncidence regrettable, Bill Paxton nous a quitté récemment à l’âge de 61 ans. Emprise est un film très intéressant, qui s’est fait dégommer par la critique française à sa sortie. L’occasion de rendre un modeste hommage à cet acteur et réalisateur sous-estimé.

Un petit mot sur l’histoire ?

Un homme entre dans le bureau du FBI à Dallas, Texas par une nuit pluvieuse, et se présente comme Fenton Meiks. Il veut parler à l’agent Doyle sur sa conviction que son frère Adam est le fameux tueur en série surnommé la Main de Dieu…

Les premières minutes ?

Un générique à l’ancienne articulé par des images et une musique étranges nous donnent le ton du film, celui d’un thriller presque horrifique. C’est à la fois kitch et efficace. On enchaine ensuite avec l’arrivée d’un certain Fenton au FBI, qui balance que son frère est un tueur en série. L’entrevue avec entre l’agent et Fenton dégage immédiatement une certaine tension et intelligence. Le mystère s’installe progressivement à travers les dires de Fenton qui sont accompagnés de flashbacks.

Le premier quart d’heure se révèle accrocheur et très proche de l’esprit Stephen King. Bill Paxton propose une mise en scène bien réfléchie pour un premier long métrage.

emprise-2001

Le casting ?

Bill Paxton livre une composition troublante et solide pour un rôle complexe. Il incarne efficacement ce père de famille bouleversé et déstabilisé par ce qu’il ressent et ce qu’il voit.

Matthew McConaughey apparait en tout une bonne dizaine de minutes à l’écran et il est saisissant. Étrange et intelligent, cela m’a rappelé un peu le rôle Rust pour True Detective.

Sous les traits de l’agent Doyle, Powers Boothe (Sin City) se montre assez à l’aise dans son personnage et son charisme naturel y est pour beaucoup. Matt O’Leary et Jérémy Sumpter font leurs premières armes au cinéma et leurs interprétations sont plus que convaincantes.

Sur le papier, la distribution ne paye pas de mine et pourtant elle se montre cohérente et sérieuse avec l’histoire et les personnages.

emprise

Et au final ça donne quoi ?

Premiers pas réussis pour Bill Paxton en tant que réalisateur. Il s’est inspiré de son ami Sam Raimi et de certaines adaptations de romans de Stephen King (Stand by me, Shining) pour nous offrir un thriller fantastique inquiétant et maitrisé.

A travers une mise en scène crépusculaire accordé un montage redoutable, Bill Paxton nous emporte dans une histoire passionnante qui nous tient en haleine de la première à la dernière minute. Il instaure une ambiance qui joue entre le film noir et le thriller fantastique des 80’s, d’ailleurs on ne dirait pas du tout que ce film est de 2001. Une saveur quelque peu nostalgique qui est la bienvenue. L’utilisation de la musique de Brian Tyler et des bruitages sonores prennent une place importante au sein de la réalisation et c’est plutôt efficace.

Pour ce qui est du scénario, on retrouve les thèmes de prédilection de Stephen King, à savoir la famille, l’enfance, la religion, la folie ou encore la mort. Globalement, c’est assez bien traité sur le papier et à l’écran. Les personnages sont subtilement caractérisés et reliés. On peut y voir aussi quelques liens assez proches de Shining. En terme d’histoire, c’est intelligemment composé de part la structure narrative, les rebondissements et la conclusion.

Clairement, si vous aimez l’univers fantastique de Stephen King, vous allez tomber sous le charme. Emprise est un film sous-estimé qui s’est fait injustement conspué lors de sa sortie en salles.

emprise-2001

En résumé, Emprise est un petit bijou obscure méconnu qui marque les débuts très intéressants du regretté Bill Paxton derrière la caméra.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s