Braveheart : un projet périlleux pour un chef d’oeuvre incontournable

Le 24 mai prochain sera le 22e anniversaire de la sortie au cinéma (États-Unis) du populaire film de Mel Gibson, Braveheart. Nous avons tous, du moins la plupart, déjà entendu parler de ce film et de son personnage héroïque prénommé William Wallace. Plusieurs d’entre nous ont vu plus d’une fois ce « Must-See » hollywoodien mais ne connaissent pas la petite histoire derrière le projet. Si les choses s’étaient passées différemment, ce film aurait bien pu changer l’histoire du cinéma. En premier lieu, ce métrage qui inspire le courage et la liberté aurait peut-être jamais vu le jour et, … Voici ce qui s’est passé avant la production de Braveheart.

Peu d’années avant sa sortie, le scénariste Randall Wallace (Hacksaw Ridge, Pearl Harbor, We were soldiers) met sur papier le scénario de Braveheart. La société de production de Mel Gibson, Icon Production, est très intéressée à produire le film et Gibson croit à son succès. Cependant, celle-ci éprouve de la difficulté à trouver des investisseurs pour financer le film et ce, même si Mel Gibson y incarne le personnage principal du film. Plus tard, les studios Warner Brothers acceptent de payer pour produire Braveheart mais ce, à la condition que Mel Gibson signe pour un autre volet de la saga Lethal Weapon. Pour des raisons personnelles, l’acteur refuse et le tout est à recommencer pour trouver du financement.

Par la suite, Paramount Pictures montre son intérêt pour distribuer le film en Amérique du Nord si la 20th Century Fox accepte de prendre en charge les droits internationaux. Les studios en viennent finalement à une entente. Toutefois, le projet de Braveheart s’étire et Mel Gibson prend beaucoup de temps pour commencer la production du film, ce qui pousse Luc Besson à abandonner l’idée de lui offrir le rôle principal dans son film Le Cinquième Élément. Mel était pourtant attiré par le rôle du personnage de Korben Dallas, qui est finalement offert à Bruce Willis. Le tout est presque prêt pour Braveheart, il ne reste qu’à trouver un réalisateur. Mel Gibson a un homme en tête et contacte Terry Gilliam, mais ce dernier rejette l’offre de Gibson pour diriger le film alors Mel décide donc de prendre les rennes du projet et de réaliser Braveheart lui même, en plus d’y incarner William Wallace. Le reste s’enchaîne rapidement et le tournage commence enfin en Écosse. Certaines scènes requièrent même jusqu’à 1600 figurants. La production du film se termine et Braveheart sort dans les cinémas américains le 24 mai 1995. Le film connaît le succès espéré par Gibson et lors de la 68e cérémonie des Oscars, il obtient 5 statuettes dorées pour 10 nominations. Braveheart est nommé meilleur film et Mel Gibson remporte l’Oscar du meilleur réalisateur. 22 ans plus tard, ce film est un classique du cinéma et un des meilleurs films historiques jamais réalisés.

En conclusion, la production aura été longue et difficile pour Mel Gibson mais cela en valait amplement la peine. Ce film avec son héros William Wallace, qui fut preuve de courage et qui donna sa vie pour défendre sa liberté et celle de l’Écosse, aura marqué l’histoire du cinéma à Hollywood et nous aura livré un produit incroyablement inspirant.

Pouvez-vous imaginer le monde du cinéma sans Braveheart ? Auriez-vous aimer voir Mel Gibson dans L’arme fatale 5 ou dans le 5e élément ? Un chose est sûre, Warner Bros a dû regretter longtemps de ne pas avoir financé le film.

William T.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s