Après Séance : Alien Covenant

Alien: Covenant est un film de science-fiction horrifique américano-britannique réalisé et co-produit par Ridley Scott.

Le réalisateur américain signe là le sixième film de la saga Alien et son troisième long métrage dans celle-ci. Il a été vendu comme la suite directe à Prometheus (2012), ainsi que d’une préquelle du film Alien (1979). Ridley Scott affirme à travers plusieurs interviews que Alien : Covenant apportera les réponses aux questions laissées en suspens et permettra de boucler la boucle avec le tout premier Alien.

Le projet de suite à Prometheus est né aussitôt la sortie en salles de celui-ci. Le scénariste Damon Lindelof avait ébauché quelques grandes lignes pour cette suite, il décide finalement de quitter le projet en décembre 2012. La Fox et Ridley Scott font alors appel à Jack Paglen (Transcendance) pour reprendre la plume. Son script est officiellement terminé en octobre 2013, toutefois Michael Green (Logan) arrive en 2014 pour quelques réécritures. Ridley Scott souligne le fait qu’il n’y aura pas d’alien xénomorphe. Le tournage est annoncé pour courant 2014 pour une sortie prévue en 2016.

En 2015, le réalisateur annonce que la suite prendra un autre virage au vu des violentes critiques reçues pour Prometheus. Il annonce que finalement que les xénomorphes seront présents. D’ailleurs, Ridley Scott a fait son méaculpa concernant sa deuxième réalisation dans la saga : « Elles sont montées d’un coup, et elles nous ont permis de comprendre que les fans étaient vraiment frustrés. Ils voulaient voir davantage la créature originale, et moi je pensais qu’elle était définitivement cuite, avec une orange dans la bouche. Alors je me suis dit : “Wow, d’accord, j’avais tort”. Étrangement, les fans, même si ce ne sont pas eux qui ont le dernier mot, reflètent les doutes que vous pouvez avoir sur quelque chose, et vous réalisez que vous aviez tort ou raison. (…) Je pense qu’on n’est pas raisonnable si on ne prend pas en compte leurs réactions. »

Le tournage démarre finalement en avril et s’achève en juillet 2016. Un mois plus tard, Michael Fassbender déclare « Vous savez, quand le film va commencer et la machine se mettre en marche, les gens vont vraiment flipper dans la salle. »

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Même si Prometheus m’a tout de même déçu sur certains aspects et que Ridley Scott n’a plu l’inspiration d’antan, je garde un petit espoir en me disant qu’il est capable de nous offrir du grand spectacle. Je mise beaucoup sur Alien : Covenant pour me renouer avec la franchise qui a tout de même pas mal souffert lors de ces deux dernières décennies. Ridley Scott a affirmé un vrai retour aux sources, les premières images allaient effectivement vers cet axe. Aura t-on un film du niveau de Alien ou Aliens ? Telle est la question. Que la séance commence !

Un petit mot sur l’histoire ?

Les membres d’équipage du vaisseau Covenant, à destination d’une planète située au fin fond de notre galaxie, découvrent ce qu’ils pensent être un paradis encore intouché. Il s’agit en fait d’un monde sombre et dangereux, cachant une menace terrible. Ils vont tout tenter pour s’échapper.

Les premières minutes ?

La scène d’ouverture fait immédiatement écho à Prometheus et fixe clairement David comme le maillon central de cette suite. On enchaine ensuite 10 ans après les évènement du film précédent où l’on fait la connaissance de l’USCSS Covenant et de son équipage. Sur la forme c’est plutôt séduisant, mais sur le fond ça cafouille déjà et ça fait un peu peur pour la suite.

Ridley Scott et la Fox auraient mieux fait d’inclure les premières minutes qu’ils ont vendu dans les vidéos promo, cela apporte un démarrage intéressant, qui prend son temps pour faire le tour des personnages et ça aurait permis de contraster efficacement avec ce que l’on voit dans la version cinéma. Encore une fois, on a un film amputé et que pour voir sa version director’s cut, il faudra attendre le blu ray. Ce procédé commence à atteindre réellement ses limites, prendre le spectateur pour un simple « con »sommateur ça devient insupportable.

Revenons à ce premier quart d’heure intéressant mais tout de même expéditif. Ridley Scott privilégie l’action au dépend des personnages qui ont toujours été un maillon très important chez Alien. Côté esthétique dans les sens du terme, on est dans la lignée de Prometheus.

Le casting ?

On retrouve Michael Fassbender dans la peau de deux androïdes, à savoir David et Walter. L’acteur germano-irlandais tient bien les deux personnages qu’il incarne. En revanche, au niveau de l’écriture et de l’évolution des androïdes, c’est une autre paire de manches.

Katherine Waterston dévoile un réel potentiel tout comme c’était le cas de Noomi Rapace dans Prometheus, sauf qu’il manque quelques éléments scénaristiques qui auraient permis de voir une nouvelle héroïne se démarquant un peu plus de Ripley. J’aurais aimé voir la relation Walter/Daniels se développer un peu plus, on aurait tenu une véritable originalité.

Danny McBride interprète le pilote du Covenant sous le nom de Tennessee. Sa prestation reste assez banale et son personnage quelconque, c’est dommage. Billy Crudup n’a pas un personnage digne de son talent, tout comme James Franco. Un beau gâchis quand on a deux acteurs de cette trempe de les voir réduis à tout simplement mourir. Et c’est la même chose pour tout le reste de la distribution.

Déjà sur Prometheus la conception des personnages étaient bâclée et c’est encore une fois le cas dans cette suite, voir pire même. Quelle déception !

Et au final ça donne quoi ?

Sérieux ? Ridley Scott était derrière la caméra ? Il a vraiment aimé ce scénario et ce montage ? Quelle grosse déception ! Je peux déjà vous dire que je n’irais pas voir les prochaines suites au cinéma. Alien : Covenant est encore plus indigeste et flemmard que Prometheus c’est vous dire. On a de multiples incohérences sur le fond et la forme, ce qui le détache complètement des films de la saga.

La mise en scène n’est clairement pas à la hauteur d’un Alien et de ce que Ridley Scott nous a proposé tout au long de sa carrière. Ici, on a plus l’impression de voir Paul W.S. Anderson (AvPResedent Evil) derrière la caméra. L’action et le suspens n’ont aucune saveur. Les effets spéciaux sonnent parfois faux, pourtant le budget du film est quand même de 111 millions de dollars. On se demande vraiment qu’est ce qui s’est passé avec tout cet argent quand on voit le résultat final. La question se pose aussi sur le montage, qu’est-il arrivé à Pietro Scalia (Gladiator, JFK) ? C’est tronqué, sans réelle cohérence artistique. A la rigueur, on peut sauver les décors et la photographie qui sont assez dignes envers le propos.

Pour ce qui est de l’écriture, c’est insultant envers la saga et ses fans. Ils se sont mis à trois pour une histoire et des personnages de ce niveau ? C’est vraiment prendre les spectateurs pour des abrutis. Aucune audace, aucune originalité, c’est encore du réchauffé et ça devient terriblement agaçant. Les thématiques sont balancées à l’arrache sans vraiment aboutir, que c’est triste de voir une telle fainéantise sur un film qui devait réconcilier les fans de la première heure avec la saga.

Il faut en revanche souligner l’excellente bande originale de Jed Kurzel, qui elle au moins, correspond parfaitement à l’univers Alien. Cela reste tout de même une maigre consolation, à côté de la grande désillusion qu’est ce film.

Quand le générique de fin s’est posé, une nouvelle grande question s’est posée : Quel est réellement l’intérêt de ce film ? Ridley Scott semble vouloir rebooter la saga qu’il a ouvert y a près de 40 ans, sauf qu’il le fait sans se soucier de tout ce qui a été fait auparavant et surtout sans prendre en compte toutes les déclarations qu’il a fait sur cet univers. Quand je pense qu’il va y avoir encore deux ou trois suites à ce film et que Ridley reste à la barre, en tout cas ça sera sans moi.

En résumé, Alien : Covenant est une trahison ! Une série B indigne de l’univers Alien, aucune prise de risque, aucune originalité et surtout aucune cohérence.


L’avis de Jérémie :

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Les bandes-annonces​ promettaient un retour aux sources pour la saga Alien. Une simplification et une horreur digne du premier film. Ridley Scott semblait donc avoir corrigé les erreurs de Prometheus. Aimant beaucoup le premier épisode de la saga, que je considère comme le plus abouti, j’espérais donc voir un grand film.

Les premières minutes ?

Le film commence avec un flashback sur M. Weyland (Guy Pearce) le créateur des Androïdes. Il s’ensuit une discussion très intéressante entre lui et David, l’androïde de Prometheus sur la nature humaine et la mort.

Le retour au présent nous amène au sein du vaisseau Covenant. On voit son fonctionnement, ce qu’il contient etc…etc…

Cette séquence est techniquement impressionnante, même si il n’y a rien de particulièrement​ notable par rapport aux productions actuelles. La présentation des personnages est faite de manière rapide, c’est beaucoup moins travaillé que dans le premier volet. Cependant, on est rapidement plongé dans l’atmosphère du film qui rappelle vraiment celle du Huitième Passager.

Le casting ?

Les personnages d’Alien Covenant n’ont pas tous le développement qu’il mérite. Les deux personnages qui se détachent sont David et Daniels (Katherine Waterston).

David est le personnage le plus développé du film, et Fassbender donne j’en performance plus que convaincante. Il s’agit du seul personnage qui se démarque réellement dans le film, car malheureusement même si Covenant est un divertissement efficace il ne se démarque pas par ses personnages.

Pour ce qui est du personnage de Daniels, il fait écho à Ripley, mais sans avoir le même charisme ni le même développement et c’est fort dommage.

Et au final ça donne quoi ?

Alien : Covenant est un divertissement réussi, alors certes ce n’est pas ce que beaucoup attendent d’un film Alien. Mais si on le prend pour ce qu’il est, on a un bon blockbuster de SF horreur.

Sur la forme c’est réussi, la réalisation Ridley Scott est correcte rien de bien extraordinaire. Mais ça fait le job, les acteurs aussi sont tous bons même si il est difficile de juger leur performance à cause de la superficialité de leur personnage.

Par ailleurs, le point fort d’Alien Covenant réside aussi dans les questionnements qu’il pose par rapport à l’humanité. Quels sont les origines de la vie ? L’évolution est-elle toujours positive ? Inévitable ?

Enfin les deux gros bémols du films résident dans le développement des personnages comme je l’ai dit précédemment mais aussi beaucoup dans le design des Aliens. Le numérique ne passe pas du tout, les Aliens font cheap et le CGI ressort vraiment trop. Ça entache de manière significative les scènes d’horreurs qui sont censés nous faire peur.

Pour conclure, Alien : Covenant est un film qui divise par nature. Si vous recherchez un blockbuster SF sans prétention il vous conviendra. Si vous cherchez un film Alien terrifiant et mémorable, vous serez déçu.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. princecranoir dit :

    Pas mémorable du tout. Effectivement, le scénario fait l’impasse complète sur les personnages, y compris sur celui de Daniels (background expédié en un Skype). Le côté mystique du commandant (pompé sur Alien3) est survolé. Quant à l’androïde qui se prend pour l’empereur Commode dans « Gladiator », il ressemble à une vulgaire caricature qui n’a pas sa place ici.
    Côté action, je suis complètement d’accord, on se croirait plus sur « Event Horizon » parfois. Comme vous, je sauve la plastique du film (un des derniers points forts des films de Scott) et le score (qui se prive pas de recycler malgré tout lui aussi).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s