L’Enjeu (1998)

L’Enjeu est un thriller américain de Barbet Schroeder.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

La première fois que j’ai vu ce long métrage, je devais avoir 10 ou 11 ans, soit en 1999. Le souvenir que j’en ai n’est pas si mauvais que ça et je me souviens notamment d’un Michael Keaton étincelant dans un rôle à contre-emploi. Aujourd’hui, j’ai envie de le revoir pour deux raisons. La première, c’est parce que le film a récolté un sacré nombre de critiques négatives et qu’il a été un échec au box-office lors de sa sortie en salles. Est-ce tant mérité que ça, après 20 ans ? La seconde raison tient tout simplement d’une envie de revoir un face à face électrisant entre deux acteurs que j’affectionne.

Un petit mot sur l’histoire ?

Le fils de Frank Conner (Andy Garcia) est atteint de leucémie et la greffe est sa seule chance de survie. Selon les données, la seule personne pouvant le sauver est un tueur en série nommé Peter McCabe (Michael Keaton). Frank persuade ses supérieurs de transférer le tueur dans un hôpital de San Francisco. McCabe en profite pour s’évader.

Les premières minutes ?

D’entrée, les codes du thriller 90’s sont plantés mais de manière expéditive. On s’attend à un peu plus de finesse de la part Barbet Schroeder. Le relationnel entre les personnages est bâclé alors que l’on sent un réel potentiel lors de la première rencontre entre Frank et McCabe. Les dialogues sont assez percutants et l’opposition entre les deux hommes fonctionne, mais il est difficile de faire abstraction du manque de finesse scénaristique.

Malgré ça, le premier quart d’heure reste intriguant, notamment grâce à un Michael Keaton en grande forme.

Le casting ?

La seule réussite marquante de cette distribution, c’est la composition de Michael Keaton. Ce dernier se montre en grande forme sous les traits de l’antagoniste Peter McCabe. Les intentions de l’acteur sont toutefois un petit peu gommées par les incohérences scénaristiques et le côté « déjà vu » du grand méchant.

Face à lui, Andy Garcia piétine dans son personnage conçu à la truelle. Des clichés et des invraisemblances à répétitions rendent son interprétation anecdotique. Pourtant, il y avait clairement la place pour nous pondre un grand duel rempli d’intensité et d’intelligence, cela se ressent dans la première scène entre les deux acteurs.

Marcia Gay Harden, Brian Cox et Richard Riehle ne proposent pas grand chose. Là encore, la faute au scénario mais aussi de Barbet Schroeder.

Le jeune Joseph Cross trouve ici son premier rôle au cinéma, et il s’en sort lui aussi comme il peut. La même année que ce film, il a retrouvé Michael Keaton dans le conte de noël Jack Frost.

Et au final ça donne quoi ?

Avec un budget de 50 millions de dollars, Barbet Schroeder signe un thriller bas de gamme proche du téléfilm. Méchant coup de vieux en plus d’un scénario tiré par les cheveux. On se demande comment le cinéaste suisse a pu laisser de telles incohérences à l’écran, surtout qu’à l’époque on avait déjà passé un sacré cap dans le genre avec notamment Le Silence des agneaux,  Seven et Volte-Face.

La mise en scène essaye d’enrôler le spectateur dans une course poursuite qui se veut intense entre un flic intelligent et un méchant intelligent. Un duel qui aurait pu être remarquable, sans la fainéantise du réalisateur et du scénariste. Le rythme est expéditif, puis tombe dans l’embourbement des rebondissements invraisemblables et l’overdose de clichés. On est tout de même proche de nanar, c’est marrant car quand on est gosse, on ne voit pas tous ce type de défauts. Sauf qu’avec avec un tel budget, un réalisateur de renom et ce casting, l’objectif est bien sûr de ne pas plaire qu’à un enfant d’une dizaine d’années.

On a connu Barbet Schroeder, Andy Garcia et David Klass (scénariste) bien plus inspiré que ça. On ne retient que Michael Keaton en psychopathe chantant Proud Mary remontant la ville de San Francisco au volant d’un pick up.

En résumé, L’enjeu est un thriller fourretout, sans saveur. A oublier, même si Keaton prouve quand même qu’il méritait des projets plus sérieux pour exprimer tout son talent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s