5 films cultes pour 15 anecdotes croustillantes ! « Chapitre 3 »

Notre rendez-vous du dimanche nous emmène pour une troisième investigation autour de vos films préférés. Au programme, Secrets et Anecdotes de films et de tournages. Découvrez sans plus tarder les secrets que vous ignoriez peut-être sur des œuvres cultes du Septième Art.

Cette chronique est bien partie pour s’inscrire dans la durée et de devenir incontournable pour les abonnés. En ce dimanche, « 5 films cultes pour 15 anecdotes croustillantes » revient avec 5 grands films dans son programme. On a tout d’abord un passage à Gotham City, une séquestration inoubliable en Corée du Sud, une magnifique fresque sur l’Amérique, des Tontons pas comme les autres et une virée mouvementée avec Ryan Gosling.

The Dark Knight (2008) réalisé par Christopher Nolan

Avec ce deuxième volet de la trilogie The Dark Knight, Christopher Nolan a signé l’un des meilleurs de super-héros dans l’histoire du cinéma. Une en scène implacable pour un scénario original et abouti, sans oublier la performance inoubliable du regretté Heath Ledger dans la peau du Joker. Une œuvre de ce niveau cache forcément un bouquet de secrets de fabrication.

ANECDOTES :

Adrien Brody, Sean Penn et Robin Williams se sont montrés tous les trois très intéressés à l’idée d’incarner le Joker. D’ailleurs, Robin Williams avait déjà postulé pour le rôle en 1987 sous la direction de Tim Burton. Finalement, la vision du personnage, la détermination et l’investissement d’Heath Ledger ont immédiatement conquis Christopher Nolan.

La première fois que Michael Caine a vu Heath Ledger interpréter le Joker, c’était lors de la scène du penthouse, lorsqu’il jette Rachel Dawes par la fenêtre du bâtiment. L’acteur britannique a révélé avoir été bluffé et terrifié par Heath Ledger, ce dernier était complétement habité par son personnage. Il ne voyait plus Heath Ledger, il n’y avait plus que le Joker. Michael Caine en a même oublié sa réplique une fois le Joker entré dans la pièce. Rarement, il avait opposé à une telle interprétation dans sa carrière.

Pour sa composition du Joker, Heath Ledger s’est donné à 200%. Il a tout d’abord expérimenté plusieurs déguisements seul et ensuite avec l’équipe de maquillage et la costumière. En plus de cela, il s’est enfermé plusieurs semaines dans sa chambre d’hôtel afin de se fondre totalement dans le rôle et a tenu un journal intime du Joker. Certaines personnes de son entourage estiment que c’est en s’aventurant autant dans la noirceur de son personnage que Ledger s’est conduit lui-même vers la mort. Bien sûr, ce n’est que des « on dit ».

Old Boy (2003) réalisé par Park Chang-Wook

En 2004, Park Chang-Wook débarque au Festival de Cannes avec le deuxième volet de sa « trilogie de la vengeance ». Le chef d’oeuvre repart de la Côte d’Azur couronné du Grand Prix et d’éloges de la part de la profession et de la critique. Old Boy a permis et permet encore aujourd’hui à certains cinéphiles de se lancer dans la découverte du cinéma sud-coréen. C’est tout simplement une pierre angulaire du cinéma de genre contemporain, rien de moins. Une œuvre qui mélange disproportionnellement l’absurde, le drame, la violence ou encore la perversion. Une bouffée aussi sombre que lumineuse, qui donne un nouveau souffle au genre et lui trace une nouvelle voie.

ANECDOTES :

Choi Min-sik a suivi un régime strict durant six semaines pour perdre les 10 kilos nécessaires à son rôle. En plus de ça, quatre poulpes vivants ont été mangés par l’acteur pour la scène du bar à sushi, une scène qui a quelque peu choqué à l’étranger, alors que manger du poulpe vivant est banal en Corée, même si il est habituellement d’abord découpé en tranches. L’acteur Choi Min-sik est pourtant végétarien, c’est dire à quel point l’épreuve a dû être éprouvante pour lui.

Park Chan-Wook n’était pas très emballé à l’idée qu’un remake de son film soit réalisé. Justin Lin (saga Fast & Furious), Steven Spielberg et Danny Boyle ont été envisagés pour être aux commandes. Le projet a finalement attendu 10 ans avant que le cinéaste sud-coréen donne son accord à Spike Lee.

Il était une fois en Amérique (1984) réalisé par Sergio Leone

Il était une fois en Amérique est l’ultime chef d’oeuvre de Sergio Leone, le troisième volet de sa saga « Il était une fois… » portant sur plusieurs périodes clés de l’histoire américaine. Le maître italien signe une magnifique fresque sur le ghetto juif de New-York étalée sur près de quatre décennies, tout ça dans un bijou cinématographique de quatre heures. La distribution est étincelante, Robert De Niro et James Woods ont tous deux soulignés qu’ils ont interprété le rôle de leurs carrières dans ce film.

ANECDOTES :

Sergio Leone a travaillé près de quinze ans autour du projet. Entre temps, Le cinéaste italien s’est vu proposé la réalisation du Parrain mais refuse pour se consacrer totalement sur dernier chapitre sur l’histoire de l’Amérique.

Avant que James Woods ne soit engagé pour le rôle de Max, Sergio Leone propose le rôle à Gérard Depardieu et à Jean Gabin pour incarner Max plus vieux. Les deux grands acteurs français refusent pour cause qu’il faut travailler intensivement l’accent new-yorkais.

Pour sa sortie en salles aux États-Unis, la Warner décide de tronquer la durée du film. Au lieu de 4h25, le film est projeté avec une durée de 2h45. Bien évidemment, le film connait un échec cuisant ne rapportant que 2,5 millions au box-office pour un investissement évalué à 40 millions. Les européens sont les seuls à avoir bénéficier de la version intégrale du long métrage. Le succès et les éloges sont alors au rendez-vous.

Les Tontons flingueurs (1963) réalisé par George Lautner

Film culte des années 60, un incontournable du cinéma hexagonal signé George Lautner et Michel Audiard. Ce film symbolise la consécration pour les deux hommes, et ce malgré quelques critiques assassines lors de la sortie en salles. Pourtant, près de 50 ans plus tard, cette comédie demeure comme une œuvre intemporelle. Comment oublier cette bande de « tontons » composée de Bernard Blier, Lino Ventura, Francis Blanche, Jean Lefebvre ou encore Robert Dalban. Bien évidemment, un tel monument cinématographique a des petits secrets à nous conter.

ANECDOTES :

Dans le film, face à Lino Ventura, on retrouve l’acteur et cascadeur Henri Cogan. Ce lutteur gréco-romain avait affronté Lino en mars 1950 dans un combat de catch au cours duquel il lui avait involontairement fracturé la jambe, l’obligeant à abandonner sa carrière de sportif. Une blessure que Ventura transforme en chance puisque c’est « grâce » à elle qu’il se dirige alors vers le cinéma. Pas de quoi être rancunier donc et il n’oublie pas Cogan, devenu cascadeur, lors du casting des Tontons flingueurs. Pour les besoins du film, il lui donne un crochet : « En souvenir de ma jambe ! », dira avec malice le monstre sacré du cinéma.

À la fin du long métrage, les observateurs auront remarqué un homme avec un monocle noir venu saluer Lino Ventura. Il s’agit de Paul Meurisse, qui fait là un clin d’oeil au film Le Monocle noir, que Georges Lautner avait réalisé trois ans plus tôt. Cette comédie policière avait permis au réalisateur d’obtenir un grand succès commercial, et ses aventures avec Meurisse en agent secret plaisent tant au public qu’il leur donnera deux suites (L’Œil du monocle et Le monocle rit jaune

Bien que Georges Lautner le lui ait demandé, Jean Lefebvre n’arrivait pas pleurer lorsque son personnage goûtait l’alcool « bizarre » qui lui était servi. L’équipe lui a alors donné, sans qu’il en soit informé, un mélange bien poivré de cognac, de poire et de whisky… Il a ensuite versé quelques larmes très naturelles.

Drive (2011) réalisé par Nicolas Winding Refn

L’un des merveilles cinématographiques de l’année 2011 ! Drive respire la virtuosité sur tous les plans, un croisement de violence et de tendresse qui ne laisse pas le spectateur indifférent (qu’on aime ou pas le film). Nicolas Winding Refn obtient une reconnaissance internationale, tout comme Ryan Gosling qui démontre qu’il a un réel talent d’acteur. Les deux hommes se sont investis pleinement sur le projet, le résultat final est sans appel !

ANECDOTES :

Au départ, le projet a été confié à Neil Marshall (The Descent) avec Hugh Jackman comme acteur principal dans l’optique d’établir une franchise. En février 2010, ils se retirent tous les deux du projet. C’est alors que Ryan Gosling se montre intéressé par le rôle du driver, les producteurs signent immédiatement l’acteur qui à l’époque en pleine ascension. Ce qui est plus inattendu, ce que la production demande conseille auprès de Gosling pour trouver le réalisateur idéal pour mettre en scène cette histoire. L’acteur propose le danois Nicolas Winding Refn, dont il est un grand admirateur. Sauf qu’à l’époque, le cinéaste n’est pas très emballé. Son projet d’adaptation de L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde vient de tomber à l’eau. Ryan Gosling décide alors de diner avec le réalisateur pour le convaincre de travailler sur Drive.

Le repas ne s’avère pas très concluant, Gosling a peu de conversation ce qui gêne énormément Nicolas Winding Refn. L’acteur raccompagne le réalisateur chez lui en voiture et c’est pendant le trajet que l’inspiration vient percuter l’esprit de Refn. Gosling allume la radio pour casser le silence entre les deux hommes; celle-ci passe Can’t Fight This Feeling de REO Speedwagon est c’est là que Refn se met à pleurer et dit à Gosling : « on va faire un film sur un type qui conduit dans Los Angeles en écoutant de la musique pop parce que c’est sa soupape émotionnelle ! » Une révélation aussi bien pour le cinéaste que pour l’acteur, désormais ils sont liés d’une grande amitié et les sujets de conversations ne manquent pas. Comme quoi, le cinéma ça se joue à peu de choses.

Lors du tournage, Ron Perlman s’est réellement blessé. L’acteur jouait une scène où il se fait tabasser sur une plage sauf que dans le feu de l’action, il s’est véritablement fracturé la rotule et ses cris de douleur à l’écran sont réels. Pauvre Ron !

Voila c’est fini pour aujourd’hui! Nous espérons que vous avez apprécié ce deuxième volet de « 5 films cultes pour 15 anecdotes croustillantes » N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez en commentaire. A dimanche prochain pour de nouveaux petits secrets croustillants sur vos films préférés.

Source : Wikipédia, Allociné et Première

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. LydiaB dit :

    Merci pour ces anecdotes !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s