Or Noir (2011)

Or Noir est un film d’aventure franco-qatario-italien co-écrit et réalisé par Jean-Jacques Annaud. Il s’agit de l’adaptation cinématographique du roman La Soif noire de Hans Ruesch, publié en France en 1961.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Un long métrage de Jean-Jacques Annaud inspire toujours de la curiosité, surtout quand ils véhiculent de l’ambition comme c’est le cas de Or Noir. Pourtant, le film a connu un échec cuisant à travers l’Europe. Malgré ça, du cinéma d’aventure avec une telle distribution, ça ne se boude pas.

Un petit mot sur l’histoire ?

Cette grande fresque épique située dans les années 30 au moment de la découverte du pétrole, raconte la rivalité entre deux émirs d’Arabie et l’ascension d’un jeune Prince dynamique qui va unir les tribus du royaume du désert.

Les premières minutes ?

Dans ce premier quart d’heure, Jean-Jacques Annaud nous dresse efficacement l’environnement, son contexte et les portraits des différents personnages. La scène d’ouverture pose subtilement les choses, on assiste à un compromis assez particulier  pour favoriser la paix entre deux sultans. On passe ensuite très (trop?) vite sur l’enfance d’Auda, Saleeh et Leyla.

Le réalisateur nous gratifie de magnifiques images, on reconnait déjà le sens du spectacle visuel propre à Jean-Jacques Annaud. Ce dernier pose le cadre de l’Arabie en rapport avec l’Occident à travers les deux visions des sultans, l’un voulant épouser la modernité pour rendre sa cité riche, tandis que l’autre inspire à un esprit plus conservateur. Une opposition instable entre les tribus de montagnes et ceux vivants dans la cité qui risque de dégénérer avec la découverte du pétrole dans le désert nommé le Corridor Jaune.

Malgré un aspect assez classique, on est bordé par le voyage, l’aventure et le spectacle !

Le casting ?

Jean-Jacques Annaud dirige une nouvelle distribution internationale pleine de charme et talent. En tête d’affiche, le réalisateur français a placé sa confiance sur Tahar Rahim. L’acteur prouve qu’il est à sa place de par son interprétation nuancée du prince Auda. Les échanges qu’il a avec Antonio Banderas et Mark Strong reflètent une véritable intensité, le courant passe à merveille.

Justement, l’acteur espagnole se montre très convaincant dans la peau de l’émir Nesib. Sa composition est l’une des plus intéressantes de sa carrière. Bien qu’il soit un peu plus en retrait, Mark Strong dégage lui aussi de la prestance et la conviction dans son rôle. Jean-Jacques Annaud a jeté son dévolu sur l’acteur britannique après avoir revu sa prestation dans Mensonges d’État.

Freida Pinto est sublime, mais son personnage manque présence et de réel intérêt. Pourtant, le potentiel saute aux yeux mais son traitement reste beaucoup trop classique à mon goût. En revanche, Liya Kebede apporte vraiment quelque par sa courte apparition, elle sème le trouble chez Auda et lui insuffle de la force.

Riz Ahmed (Rogue One) amène du booste et de l’humour dans cette histoire. Son personnage est très intéressant, de par son parcours identitaire et de son intelligence.

Et au final ça donne quoi ?

Avec Or Noir, Jean-Jacques Annaud revient à un cinéma qu’on a un peu perdu avec le temps, celui qui fait voyager avec de véritables décors avec une période et un sujet très intéressant. Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi ce film s’est ramassé au box-office. Même si cette fresque n’est pas aussi grandiose qu’un Lawrence d’Arabie, elle dégage tout de même de la passion, de l’amour, du spectacle et de véritables réflexions sur le monde et l’Homme.

Pour ce film d’aventure, le réalisateur livre une mise en scène qui se veut épique et ambitieuse. Malgré des qualités apparentes, Jean-Jacques Annaud dépeint son histoire et ses personnages de manière beaucoup trop classique et quelque peu expéditive. Cela a des conséquences sur le développement de certains protagonistes ainsi que la romance entre Leyla et Auda. En dehors de ça, c’est d’une beauté remarquable. Le travail de reconstitution apporte un réel cachet au film, tout comme le fait que tout a été tourné sans effets spéciaux. Un saveur ancienne qu’on ne boude pas, à l’image de la scène de bataille est impressionnante, pleine d’énergie et de moyens. Sérieusement, il ne manque vraiment pas grand chose à ce film pour qu’il se hisse à un grand niveau de cinéma. On a connu Jean-Jacques Annaud plus subtile dans sa manière de conter des histoires, c’est tout de même dommage.

Sur le plan scénaristique, on regrette le manque d’application sur les personnages de Saleeh et Leyla. On a du mal à s’y attacher. En revanche, l’opposition entre Amar et Nesib est intelligemment orchestrée avec notamment au centre le personnage d’Auda. Celui-ci véhicule des valeurs comme le vivre ensemble et la tolérance dans un monde qui est à l’aube d’une nouvelle ère, qui oppose justement la modernité et le conservatisme religieux . Il s’agit clairement du maillon fort du scénario. Comme il a déjà été souligné ci-dessus, la romance n’est pas traitée plus sérieusement, pourtant il s’agit du réalisateur de L’Amant et Stalingrad. Pour le reste, c’est plutôt bien écrit que ce soit les péripéties, les enjeux, l’évolution des personnages et la finalité. Les dialogues sont dans l’ensemble bien travaillés, mais parfois on frôle le niais.

James Horner collabore une nouvelle fois avec Jean-Jacques Annaud, et propose une bande originale adaptée à l’aventure et à l’environnement. Ça manque tout de même de thèmes mémorables, on a l’impression d’avoir déjà entendu ce type de sonorité dans d’autres films. Là encore, on est dans un aspect classique.

En résumé, Or Noir est une œuvre imparfaite mais divertissante. Il lui manque de la personnalité et de l’ampleur pour vraiment se hisser au rang de grand film et se démarquer de son aspect classique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s