5 films cultes pour 15 anecdotes croustillantes ! « Chapitre 4 »

Quatrième volet de notre rubrique  « 5 films cultes pour 15 anecdotes croustillantes » qui vous donne rendez-vous un dimanche sur deux. Secrets et Anecdotes de vos films préférés vous attendent, et aujourd’hui c’est une nouvelle fois du lourd !

Au menu aujourd’hui, nous vous proposons une ballade macabre dans une Abbaye en compagnie de Sir Sean Connery, une enquête âpre et obscure avec Daniel Auteuil, une magnifique aventure dans l’Ouest sauvage américain avec Kevin Costner, un petit saut dans le futur avec Luc Besson et Bruce Willis, et pour finir une île déserte avec Tom Hanks et un fameux Wilson. Découvrez sans plus tarder les secrets que vous ignoriez peut-être sur des œuvres cultes du Septième Art.

Le Nom de la rose (1986) réalisé par Jean-Jacques Annaud

En 1986, Jean-Jacques Annaud livre son quatrième long métrage qui se révèle être le thriller gothique par excellence. Le Nom de la Rose est l’adaptation cinématographique du roman éponyme d’Umberto Eco. Un film qui a été couronné d’éloges à sa sortie, pourtant le film a bien failli ne pas voir le jour et surtout Sean Connery n’était pas du tout envisagé pour le rôle de Guillaume de Baskerville.

ANECDOTES :

Au début des années 1980, Jean-Jacques Annaud tombe totalement sous le charme du roman D’Umberto Eco. Le réalisateur français rencontre l’écrivain italien pour le convaincre d’adapter le livre au cinéma, et de lui faire confiance pour orchestrer le projet. Le romancier accepte et estime que c’est autour de Jean-Jacques Annaud d’apporter autre chose à cette histoire, à travers le Septième Art. Umberto Eco affiche une confiance aveugle envers le réalisateur français.

Pour cette adaptation, Jean-Jacques Annaud ne souhaitait pas avoir des acteurs trop connus dans sa distribution. Pourtant, l’agent de Sean Connery contacte le réalisateur car l’acteur britannique est très intéressé par le rôle de Guillaume de Baskerville. Le réalisateur reste sur ses positions et refuse le fait de voir un acteur d’une telle renommée incarner le personnage principal.  L’agent a plusieurs fois relancé le réalisateur sans succès. Alors, Sean Connery débarque à Munich dans le bureau de Jean-Jacques Annaud et lit le texte de Baskerville. A la troisième page, Jean-Jacques Annaud est totalement bluffé par sa manière de lire les dialogues, une lecture qui colle parfaitement avec la vision du cinéaste. Immédiatement, Annaud demande au producteur de l’engager. Sauf qu’à l’époque, Sean Connery n’est plus un acteur bankable, il tourne peu et le peu de fois qu’il tourne c’est dans des films très moyens.

Umberto Eco n’était pas très enjoué par ce choix, mais il a très vite changé d’avis lorsqu’il a vu le travail de Sean Connery. Ce qui n’est pas le cas du président de Columbia (agent de Jean-Jacques Annaud à l’époque), qui considère l’ex James Bond comme un ringard. Il décide donc de déchirer le contrat liant le projet à la société américaine de distribution devant le réalisateur et le producteur allemand Bernd Eichinger. Finalement, c’est la 20th Century Fox qui misera sur le projet et le distribuera aux États-Unis.

Quand à Christian Slater, il a auditionné dans un état second sans savoir son texte. Jean-Jacques Annaud lui a quand même donner le texte à lire et c’est là qu’il a été une nouvelle fois conquis. Comme quoi, le réalisateur n’était pas au bout de ses surprises.

Mr 73 (2008) réalisé par Olivier Marchal

Une œuvre obscure et âpre écrite et réalisée par Olivier Marchal. Daniel Auteuil retrouve le réalisateur pour une seconde collaboration après 36 Quai des Orfèvres.  A sa sortie en salles, le film a divisé, mais il faut bien admettre qu’Olivier Marchal et Daniel Auteuil se sont tous les deux dirigés sur une voie plus sombre et glauque, ce qui porte un réel intérêt à ce long métrage. D’autant plus qu’il s’agit d’une histoire inspirée de faits réels et vécus par Olivier Marchal.

ANECDOTES :

Le titre du film fait référence à l’arme de poing calibre 357 Magnum sortie des ateliers de Manurhin en 1973. Ce revolver à six coups d’une précision excellente est utilisé par plusieurs unités d’élite comme le GIGN ou le Raid. Pour Olivier Marchal, il symbolise une police révolue et son passé d’inspecteur à la brigade criminelle.

Olivier Marchal considère le personnage de Louis Schneider comme une ombre de lui-même. Il écrit ce personnage et cette histoire pour évacuer toutes les horreurs et les traumatismes qu’il a vécu quand il était inspecteur. Le film veut transmettre au réel message au spectateur, celui de lui montrer qu’une vie de flic peut ressembler à ça et que ça laisse de véritables cicatrices à vif.

Jean-Paul Belmondo a été contacté par Olivier Marchal pour incarner un flic à la retraite avec un gros passif derrière lui. L’idée était de rendre hommage à l’acteur et à sa carrière de « flic » au cinéma.

Au départ, le rôle de Louis Schneider a été propose Gérard Depardieu. Ce dernier était déjà engagé sur 11 projets rien que pour l’année 2007-2008. Finalement, Daniel Auteuil s’est montré très intéressé par le personnage et l’histoire car il n’avait jamais exploré ce type de long métrage.

danse avec les loups (1990) réalisé par Kevin COstner

Danse avec les loups symbolise la première réalisation de Kevin Costner mais aussi le plus gros succès d’un western au cinéma. En effet, il  a été récompensé par sept Oscars, trois Golden Globes et l’Ours d’argent au Festival International du film de Berlin. Il a rapporté au box-office plus de 424 millions de dollars et a réalisé plus 7 millions d’entrées en France. Kevin Costner a signé un véritable chef d’oeuvre du genre, une mise en scène magnifique et une histoire passionnante et bouleversante. Du grand cinéma comme on l’aime et c’est souvent derrière les grands films que se cachent de beaux secrets.

ANECDOTES :

Lorsque Kevin Costner a acheté les droits d’adaptation du roman de son ami Michael Blake, l’acteur cherche des financeurs pour porter l’histoire de Danse avec les loups à l’écran. Kevin Costner envoie le script à tous les grands majors hollywoodiens par deux fois, et aucun ne répond favorablement. Le projet est vu comme risqué, le western est considéré comme un genre qui s’essouffle. Finalement, l’acteur démarche à l’étranger , et parvient finalement à convaincre Orion Pictures (producteur de Terminator et de Robocop, entre autres) de participer.

Le tournage démarre malgré que le budget ne soit pas totalement bouclé, Kevin Costner hypothèque alors sa maison et met 3 millions de dollars de sa poche pour que son film voit le jour. Le gratin hollywoodien plaisante sur le projet en le comparant à La Porte du paradis de Michael Cimino qui avait connu un tournage chaotique et un échec cuisant. Danse avec les loups était surnommé à l’époque « La Porte de Kevin ». Un moquerie et un mépris qui énormément touché Kevin Costner, ce qui a certainement été quelque part une motivation pour que le film soit aussi grandiose. Un grand succès commercial et critique a couronné le long métrage dés sa sortie.

Saviez-vous qu’une suite est toujours dans les tiroirs ? En 2001, Michael Blake signe The Holy Road, qui raconte la vie de John Dunbar 11 ans après le film original. Alors qu’il est toujours marié à Dressée avec le poing, cette dernière est enlevée avec l’un de leurs enfants par des rangers américains. John doit alors partir à leur secours. L’adaptation de cette suite au cinéma devait être portée par Viggo Mortensen à la place de Kevin Costner, mais finalement le projet n’a jamais pris son envol et reste au point mort depuis près de quinze ans. Peut être que Kevin y reviendra un de ses jours…

Le cinquième élément (1997) réalisé par Luc Besson

Le Cinquième Élément figure comme l’un des films les plus ambitieux du cinéma français. Luc Besson, Bruce Willis, Gary Oldman, Milla Jovovich, Ian Holm et Chris Tucker pour un film de science-fiction français, voila qui en impose. Aujourd’hui, le film divise toujours autant qu’à l’époque de sa sortie, certains le considèrent comme un chef d’oeuvre incontournable du genre, tandis que d’autres le voient comme un simple divertissement qui n’a rien de révolutionnaire. Malgré ça, le long métrage a été un succès commercial avec près de 264 millions de dollars engrangés à travers le monde. En revanche, le film n’a pas vraiment marché aux États-Unis, pourtant la distribution anglo-saxonne était plus que prestigieuse.

ANECDOTES :

Luc Besson a commencé à écrire le scénario du Cinquième Élément lorsqu’il était encore lycéen. Il était déjà un grand passionné de bandes dessinées et aimait particulièrement la saga Valérian dessinée par Jean-Claude Mézières, et Blueberry, de Moebius. Il rêvait déjà à l’époque qu’ils fassent les décors du Cinquième Élément. Finalement, ce sont eux qui ont en effet réalisé les dessins du film : personnages, décors et objets futuristes.

Côté casting, Luc Besson a failli confié le rôle de Korben Dallas à Jean Reno, avec qui il avait collaboré sur ces précédents longs métrages. Finalement, son choix s’est arrêté sur Bruce Willis qui à l’époque était un acteur qui enchainait les grands succès. Pour le rôle de Leeloo, Elizabeth Berkley s’est vu recalé par les producteurs à cause de l’échec cuisant de Showgirls de Paul Verhoeven où elle tenait le rôle principal. Kevin Costner avait été envisagé pour incarner le général Munro, le rôle échouera finalement à Brion James (Blade Runner, Tango & Cash).

« Leeloo », le nom raccourci du Cinquième Élément (interprété par Milla Jovovich), est le nom de la seconde maison de production de Luc Besson créée en 1992.

Seul au monde (2000) réalisé par Robert Zemeckis

Six ans après Forrest Gump, Tom Hanks et Robert Zemeckis se retrouvent pour un film tout aussi bouleversant et spectaculaire. Seul au monde ne laisse pas indifférent, on éprouve de l’empathie pour le naufragé Chuck Noland et surtout on a jamais éprouvé autant d’émotion devant un ballon de volley. Encore une fois, le duo Hanks/Zemeckis nous fait rire et pleurer, et nous émerveille de leurs talents. Inoubliable !

ANECDOTES :

Comme le rôle le demandait, Tom Hanks s’est énormément investi dans son personnage. Le tournage s’est déroulé en deux étapes et sur deux années, laissant à Tom Hanks le temps pour perdre près de 22 kilos et de se laisser pousser la barbe. Entre ce tournage en deux parties, Robert Zemeckis en a profité pour réaliser son thriller horrifique Apparences.

Chuck Noland, le scénariste du film, a dans un soucis de réalisme décidé de vivre l’expérience pleinement et s’est échoué volontairement durant quelques jours sur une île au large du Mexique. Le scénariste a alors appris a se débrouiller seul, à trouver une source d’eau, à fabriquer des outils, autant d’éléments basiques qu’il a intégré dans le scénario final de Seul au monde.

Tom Hanks est considéré comme quelqu’un de très engagé et surtout de super sympa. Un jour la star est montée dans le taxi d’un fan de « Seul au monde ». Quand le chauffeur a reconnu l’acteur caché derrière une casquette, celui-ci a crié une célèbre culte du film: «  » WIIILLLSSSSOOOOOOON !!!!  » Ce qui eu le don d’amuser Tom Hanks. Les deux hommes sympathisèrent et Tom surnomma le chauffeur « Mister Ferrari ». Les mois suivant, dès que « Mister Ferrari » avait une célébrité dans son taxi, il lui demandait de saluer Tom Hanks de sa part. Un jour, il reçu un texto de l’acteur qui l’inviatait à venir voir la pièce qu’il jouait à l’époque. Il le fit même visiter les coulisses avec son épouse… La grande classe à un nom : Tom Hanks !

Voila c’est fini pour aujourd’hui! Nous espérons que vous avez apprécié ce deuxième volet de « 5 films cultes pour 15 anecdotes croustillantes » N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez en commentaire. A dimanche prochain pour de nouveaux petits secrets croustillants sur vos films préférés.

 

Source : Allociné – Wikipédia

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. MarionRusty dit :

    C’est vrai que Tom Hanks est réputé pour sa gentillesse, il y a quelques mois il a posé avec des mariés alors qu’il faisait son footing. Je dois dire que la plupart du temps les anecdotes sur les films que je lis dans les blogs et sur les sites je les connais déjà et je suis alors très déçue, mais là il y a que du nouveau pour moi alors merci!

    Aimé par 2 people

  2. Bonjour

    j’apprécie beaucoup votre style d’écriture… parfois, je trouve quelques petites fautes de grammaire (« malgré que »), ou de tournure, ou une petite coquille… c’est pareil chez moi (Epiphanies-mag.com)… du coup, je me dis que je pourrais peut être corriger vos articles quand je vois une petite coquille… et je peux vous donner accès à mon site si vous acceptez de me rendre la pareil. je pense qu’on sera gagnants tous les deux, car même en se relisant soigneusement, on ne voit pas ses fautes dans ses propres articles. Cordialement, JMG (j-marc.grosdemouge@bbox.fr)

    Aimé par 1 personne

  3. belette2911 dit :

    Danse avec les loups, magnifique, Leeloo multippass, j’ai adoré, et le nom de la rose encore plus ! Merci 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s