Les plus grosses inexactitudes historiques au cinéma « partie 1 »

Les films biographiques sont des œuvres cinématographiques de fiction, basées sur des faits authentiques. Pourtant, il arrive que certains scénaristes prennent des libertés sur certains faits historiques. Même si certains sont des chefs d’oeuvre, ils ne sont pas exempts d’erreurs dans les dates et dans les faits réels. La preuve avec ce petit classement sur les plus grosses fautes historiques au cinéma.

Un biopic reste une fiction, qui doit se rapprocher le plus possible des faits réels. Une tâche qui parait facile, pourtant il arrive que certains faits soient déformés pour le bien du long métrage (sa narration, son rythme, ses enjeux…). 

 The Doors réalisé par Oliver Stone

En 1991, Oliver Stone s’est attaqué à deux biopics ambitieux. Le premier était centré sur Jim Garrison qui a mené l’enquête sur l’éventuel complot autour de l’assassinat de John F. Kennedy. JFK reste à ce jour une œuvre marquante et importante aussi bien sur le plan sociologique, cinématographique et politique. Même si ce film entretient quelques erreurs historiques, nous allons nous intéresser au second biopic du réalisateur, à savoir The Doors.

Bien qu’Oliver Stone ait voulu retranscrire au maximum la réalité dans son long métrage biographique sur le groupe américain de rock acide et psychédélique, le réalisateur a tout de même pris mal de distance avec la réalité.

LE FILM —-> LA RÉALITÉ

  • Jim Morrison quitte son école de cinéma suite à de mauvaises notes et aux moqueries de ses camarades. —-> Jim Morrison a bel et bien terminé ses études de cinéma mais ne s’est pas présenté à la remise des diplômes. Seuls les professeurs se moquaient de ses courts-métrages.
  • Un plan montre Jim Morrison boire une bière Genuine Draft de la marque Miller. —-> La Genuine Draft ne fut mise sur le marché qu’en 1985, soit 14 ans après la mort de Morrison.
  • Le groupe The Doors assistent à une soirée chez Andy Warhol. —-> Jim Morrison n’était pas accompagné par les autres membres du groupe à cette soirée.
Gladiator réalisé par Ridley Scott

Gladiator est l’un des meilleurs longs métrages de Ridley Scott. Ce dernier s’est entouré de plusieurs historiens afin d’être le plus authentique possible par rapport aux faits réels. Cela n’a pas empêché les multiples écarts historiques injecté par les scénaristes pour favoriser un peu plus l’intérêt du public et la cohérence narrative.

  • L’Empereur Commode est tué par Maximus dans une arène. —-> L’Empereur Commode a été assassiné par strangulation dans son bain des mains de son esclave Narcisse.
  • Commode s’est vu refusé le trône par son père L’Empereur Marc-Aurèle, ce qui entraine l’assassinat de ce dernier. —-> L’Empereur Marc-Aurèle serait probablement mort de la peste ou d’épuisement en Pannonie.
  • Lorsque Maximus revient à sa ferme, on peut voir des ornières de tracteur —-> Le tracteur n’est apparu qu’au début des années 1900.
Le pont de la rivière kwaï réalisé par David Lean

Grand classique du cinéma hollywoodien des années 50, Le Pont de la rivière Kwaï repose sur de véritables faits historiques. Pourtant, cela n’a pas empêché les différents scénaristes de chambouler la réalité des faits de cette fameuse histoire en Birmanie lors de la Seconde Guerre Mondiale.

  • Le sabotage du pont est effectué par un commando – d’une Force 316 – commandé par Shears/ William Holden. —-> La Force 136 est l’auteur du sabotage, l’écrivain Pierre Boule faisait partie de cette unité spéciale.
  • Le colonel Nicholson (inspiré par le véritable lieutenant colonel Philip Toosey) collabore avec les japonnais pour la construction du pont reliant la Birmanie à la Thaïlande. —-> Le lieutenant colonel Toosey n’a jamais collaboré avec les japonnais.
  • Le colonel Nicholson meurt des suites d’une fusillade en s’écroulant avec le détonateur à la main en explosant le pont. —-> Le pont a été détruit par un raid aérien.
Amadeus réalisé par Milos Forman

En 1984, Milos Forman nous offre l’un des plus beaux biopics musicaux du Septième Art. Un chef d’oeuvre incontournable qui rend magnifiquement hommage au génie autrichien qu’était Wolfgang Amadeus Mozart. Amadeus est un biopic très riche, qui prend quelques libertés par rapport aux faits réels.

  • Salieri commande le Requiem à Mozart. —-> Le Requiem a été commandé par le comte Franz de Walsegg, grand amateur de musique.
  • Au moment de sa mort, Salieri est aux côtés de Mozart et l’assiste dans l’écriture de sa messe funèbre. —-> Salieri n’était pas présent au moment de la mort de Mozart, ce dernier était entouré de sa femme et de ses deux élèves. Salieri n’a jamais composé avec Mozart.
  • Lors des obsèques de Mozart, son corps est glissé hors du cercueil et écrasé dans la fosse commune. Le compositeur était ruiné et n’avait pu s’offrir des obsèques traditionnelles. —-> Mozart avait bel et bien été enterré avec son cercueil.

Nous espérons que cet article vous a plu. A très bientôt pour la deuxième partie des inexactitudes historiques au cinéma.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. LydiaB dit :

    C’est toujours riche d’enseignement. Merci.

    Aimé par 1 personne

  2. Sweet Judas dit :

    J’adore le coup des traces de tracteur dans Gladiator… J’avais jamais fait attention avant ce billet, ahah !

    Aimé par 1 personne

    1. belette2911 dit :

      Jamais pris attention non plus, si on ne me l’avait pas dit, je n’aurais pas vu les roulènes de tracteurs. Comme le coup de la montre dans les 10 commandements (si je me souviens bien).

      Merci d’avoir éclairé ma lanterne 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s