Après Séance : Blade Runner 2049

Blade Runner 2049 est un thriller de science-fiction réalisé par Denis Villeneuve, qui fait suite au premier film réalisé par Ridley Scott (producteur de cette suite), sorti en 1982 et adapté du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick.

Un long et périlleux projet de suite :

Ce n’est pas d’aujourd’hui que Ridley Scott a envisagé de donner suite à son chef d’oeuvre de 1982, l’américain s’est attelé à la tâche dés 1999. Il commande différents scénarios s’inspirant du roman Blade Runner 2: The Edge of Human de K. W. Jeter, un ami de Philip K. Dick.

Dix années se passent pour que Ridley Scott annonce une préquelle de Blade Runner qui se déroulerait en 2019 sous forme d’une série de courts métrages. Une idée qui tombe à l’eau en raison d’une demande de financement trop élevée. Ridley Scott revient finalement au projet initial, qui était de faire une suite au cinéma. Sous sa casquette de producteur, il souhaite voir Christopher Nolan à la réalisation.

C’est en 2015, que le projet prend enfin un véritable élan avec l’arrivée de Denis Villeneuve aux commandes. Ryan Gosling et Harrison Ford sont annoncés au casting. Le tournage est programmé à l’été 2016 et d’autres noms prestigieux viennent se greffer à la distribution comme Robin Wright, Jared Leto, David Bautista ou encore Ana de Armas.

Il aura fallu attendre plus de 17 années pour voir ce projet arriver dans les salles obscures. La question reste à savoir si ça en valait la peine ou non.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ? 

Un suite de cette envergure attise forcément la curiosité, dotant quand on voit que Denis Villeneuve est derrière la caméra. Il s’agit clairement de ma plus grosse attente de l’année. Le réalisateur canadien a promis une vraie suite au chef d’oeuvre de Ridley Scott, tout en soulignant qu’elle n’atteindra le niveau de son prédécesseur. Son objectif premier est d’offrir une œuvre respectueuse à Blade Runner ni plus, ni moins. Voyons à présent si le défi a été relevé. Que la séance commence !

Un petit mot sur l’histoire ?

À Los Angeles, en 2049, l’officier K du LAPD, un blade runner, mène une enquête qui l’oriente vers Rick Deckard, disparu depuis trente ans.

Les premières minutes ?

L’immersion est immédiate ! Denis Villeneuve et ses scénaristes nous posent efficacement le cadre de l’intrigue, à travers l’agent K, sans oublier la beauté visuelle et sonore qui nous imprègne instantanément. La mise en scène et l’atmosphère reflètent clairement la patte du cinéaste canadien.

C’est simple, je n’ai pas vu le premier quart d’heure passé. J’ai été littéralement plongé dans cette histoire qui montre déjà des attraits originaux, puis la réalisation est somptueuse et laisse entrevoir un mystère profond. Vous l’avez bien compris, ça démarre sur de très bons rails.

Le casting ?

Ryan Gosling est tout simplement impeccable dans le rôle de l’agent K. Un rôle sur mesure où il apporte son talent d’acteur. Le côté émotionnel et froid de son personnage sont travaillés avec justesse. Même si le temps le confirmera, je pense que c’est l’une des plus belles performances de sa carrière.

On retrouve Harrison Ford dans la peau de Rick Deckard usé et retiré du monde. Évidemment, l’acteur se montre à son aise et en plus de ça, son personnage n’est pas là pour décorer.

Ana de Armas apporte une dimension poétique inattendue et magnifique au long métrage. Elle colle comme il faut à son personnage si particulier, je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découvrir.

Dans la peau de la redoutable méchante, Sylvia Hoeks se révèle au fur et à mesure de ses scènes complètement taillé pour le rôle.

Robin Wright, Jared Leto, David Bautista, Mackenzie Davis et Carla Juri sont aussi convaincants et intéressants.

On attendait de cette distribution qu’elle soit performante, et ça a clairement été le cas. Bravo à eux et à Denis Villeneuve pour la direction.

Et au final ça donne quoi ?

Une claque ! Clairement, l’ensemble de l’équipe du film a fait un travail intelligent et audacieux. Je n’ai pas vu un blockbuster aussi puissant au cinéma depuis Interstellar. Blade Runner 2049 est une véritable expérience cinématographique, et je ne m’attendais pas à être aussi transcendé par cette suite dont j’avais une attente toute particulière. Il est clair que Denis Villeneuve a pleinement rempli son contrat de nous offrir une suite respectueuse au premier film, tout en s’en démarquant.

Premièrement, sa mise en scène est somptueuse et s’accorde parfaitement avec la photographie de Roger Deakins. Cela nous offre un visuel à coupe le souffle. Denis Villeneuve impose un rythme lent et travaille comme à son habitude sur la sensation additionné à l’émotion. Les silences qui contrastent avec la puissance des effets sonores et les différents mouvements de caméra, en sont les instruments. Le réalisateur apporte son identité cinématographique, tout en prenant en compte le travail de Ridley Scott sur le premier film. Le montage de Joe Walker est toujours en adéquation avec la vision de Denis Villeneuve, même j’avoue que ça sonne un peu le déjà vu, notamment au niveau des rebondissements de l’intrigue. En ce qui concerne les effets spéciaux, on atteint un nouveau palier à l’image de la direction artistique.

Au niveau du scénario, on est dans la continuité du premier film avec des différences notables dans la manière d’amener les personnages et les émotions. Les différents arcs narratifs de chacun sont complets, personne n’est oublié. Les thématiques sont nombreuses, on retrouve notamment la quête identitaire, l’évolution, le temps, ou encore l’amour. Tout comme pour le premier film, le script s’approprie les codes du polar noir et traite aussi de la place de la technologie, de l’illusion et des émotions qu’elle peut entrainer. Pour cela, il y a des scènes absolument fortes qui résonnent aussi sur la réalité. La symbolique et les figures de style sont composées avec sérieux. Ne vous inquiétez pas, on n’est jamais dans le réchauffé. Les scénaristes ont réussi à offrir une véritable évolution à ce qui a été abordé dans le premier film.

Pour ce qui est de la musique, Hans Zimmer, Benjamin Wallfish et Deva Anderson livrent une bande originale parfaite. On retrouve la marque sonore de Vangelis, on assiste tout simplement à une résurrection. Là aussi, nous sommes dans la continuité.

En résumé, Blade Runner 2049 est plus qu’une grande suite, c’est une œuvre magistrale ! Denis Villeneuve et son équipe ont relevé le défi d’offrir une suite digne de ce nom au monument de la SF au cinéma qu’est Blade Runner.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Monsieur R. dit :

    Merci pour cet article qui illustre et critique ce film sans révéler son contenu, ni en dévoiler l’intrigue ! J’ai hâte de le voir …

    Aimé par 1 personne

  2. nico nsb dit :

    Même si je ne partage pas totalement ton enthousiasme, Denis Villeneuve a fait un très bon travail. Et je suis très curieux de le voir s’attaquer à la série « Dune » de Frank Herbert.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s