X-Men 2 (2003)

X-Men 2 est un film de super-héros américain réalisé par Bryan Singer.

Succès critique et public oblige, on lance la suite ! Avec plus de budget (115 M$ contre 75M$ pour le 1er opus), plus d’effets visuels, des comédiens entre-temps devenu superstars (Halle Berry fraîchement Oscarisée à l’époque, sir Ian McKellen en pleine mode « Seigneur des anneaux« , Hugh Jackman élu homme le plus sexy de l’année), le même réalisateur (Bryan Singer) qui a si bien su manier sa barque précédemment…

Bref, on fait pareil mais en mieux, comme le veut l’adage de la suite, la sequel comme disent si bien nos amis d’Outre-Atlantique. Oui sauf que… pas tout à fait en fait .

En gros, X-Men 2 reprend l’intrigue là où le premier l’avait laissé : Magnéto est en taule (de plastique), Logan/Wolverine part à la recherche d’une mystérieuse base militaire qui pourrait lui remettre de se rappeler de son passé, le professeur X et ses protégés continuent de vivre dans leur école, la vénéneuse Mystique cherche par tous les moyens à faire évader son maître Magnéto. Et voilà qu’un mutant téléporteur à la peau bleue (encore un) attaque frontalement le président des États-Unis en personne, ce qui relance sur le tapis le décret de fichage anti-mutants, dirigé cette fois-ci par le redoutable colonel William Stryker.

Parti sur ses bases, le film en profite aisément pour montrer la plus grande liberté financière et artistique dont il a pu disposer. Ainsi, dès l’ouverture, Bryan Singer se fait plaisir (et nous fait plaisir) en concoctant une scène d’action aux petits oignons visuellement époustouflante et très épique. Diablo le téléporteur attaque donc le président; la tension est palpable, le mystère aussi (on ne sait encore quasiment rien de ce nouveau mutant); ce qui rend la scène d’autant plus laconique. Une fois celle-ci terminé, le ton du film est donné : X-Men 2 sera un film plus sombre que son prédécesseur, mais aussi plus profond, plus mélancolique pour ne pas dire franchement tragique.

La tristesse est de mise chez nos amis mutants au point que certains (coucou Jean Grey) ne savent plus où donner de la tête, la peur du rejet, la tentation du côté obscur (le jeune mutant Pyro séduit par les éloges vénéneuses de Magnéto) les gagnent un peu tous, tout comme la volonté d’être accepté pour de bon par ses pairs (sur ce plan-là, la scène où Bobby/Iceman révèle à ses parents qu’il n’a jamais cherché à dissimuler le fait qu’il était un mutant constitue le parfait exemple).

En optant pour une mise en scène plus espacée, dans lesquelles les rapports intimistes entre personnages succèdent aux scènes d’actions spectaculaire, Singer offre d’avantage qu’une simple suite étoffée; X-Men 2 se veut avant tout un divertissement ambitieux de haute qualité, voulant divertir mais pas que, s’offrant même le luxe de prôner un message en faveur de la tolérance et de l’acceptation de l’autre malgré ses « différences » (je hais ce mot!). On sent que le réalisateur prend encore plus de plaisir à diriger son équipe pour cette nouvelle adaptation.

L’ensemble de la distribution prend encore plus de relief, chacun se montre à l’aise dans son personnage et cet univers. Bryan Singer a vu juste dés le départ en engageant ce casting, et il montre encore une fois des choix judicieux avec les nouveau arrivants. Brian Cox est impeccable dans la peau de William Stryker, il fait subtilement parler son expérience et son charisme naturel. Cet aspect là, on l’avait déjà senti avec Patrick Stewart et Ian McKellen.

Alan Cumming est excellent en Diablo, l’acteur britannique démontre qu’il est un bon acteur, malgré que sa filmographie ne le reflète pas tellement. De son côté, Kelly Hu apporte ce qu’il faut pour faire de Lady Deathstrike, une antagoniste de taille pour Wolverine.

La musique de John Ottman succède comme il faut à Michael Kamen (décédé d’une crise cardiaque l’année du film). Il reste dans la même dynamique sonore que le premier film, en apportant un petit côté sombre et mystérieux à la Danny Elfman.

En résumé, X-Men 2 est une excellente suite ! Bryan Singer confirme qu’il est le précurseur d’une nouvelle ère dans le cinéma de super-héros.

François B.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. MrBurns dit :

    j’adore le deuxième volet de la saga et j’adore aussi le prequel x-men first class de Matthew Vaught.

    Aimé par 3 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s