X-Men : L’affrontement final (2006)

X-Men : L’Affrontement final est un film de super-héros américano-britannique réalisé par Brett Ratner.

Au vu de l’énorme succès critique et public remporté par les 2 films X-Men, un troisième opus se révélait inévitable, d’autant plus que la fin ouverte d’X-Men 2 laissait sous entendre qu’on en avait pas encore tout à fait terminé avec nos amis mutants.

Le hic, c’est que Bryan Singer, qui en toute logique devait boucler la boucle en réalisant ce troisième opus, courtisé par la Warner, s’en est allé ressusciter Superman (« Superman returns », 2006), laissant donc vacante la place de réalisateur. La Fox, désireuse de s’en mettre plein les poches le plus rapidement possible avec ce qui s’annonce à l’époque comme l’ultime film de la saga, part donc à la chasse aux réalisateurs. Après moult consultations (dont Mathew Vaughn, futur réal de « X-men First Class »), c’est finalement le modeste tâcheron Brett Ratner (« Rush hour », « Red Dragon ») qui est choisi. D’emblée, les fans s’inquiètent de ce changement brutal et inattendu, craignant un symptôme à la « Batman Forever » (Tim Burton étant censé au départ réaliser le troisième volet de la saga Batman des années 90 avant d’être remplacé par Joël Schumacher avec le résultat que l’on connaît!).

Le pire, c’est que… la catastrophe annoncé a finalement bien lieu. Autant le dire tout de suite, ce troisième opus, artistiquement parlant, n’a absolument rien à voir avec ses deux illustres prédécesseurs. Exit donc la psychologie des personnages chères à Bryan Singer, place à la surenchère d’action, action par ailleurs foutraque, se limitant le plus souvent à de la surenchère pyrotechnique, qui ferait presque passer Michael Bay et Roland Emmerich pour des amateurs. C’est dire !

Brett Ratner ne suit en aucun cas la ligne directrice de Bryan Singer. Sa mise en scène est axée principalement sur les effets spéciaux et l’action. Oubliez l’intime qui se mêle au spectaculaire, Brett Ratner a du fric dans les mains et il vous montre ce qu’il peut en faire. Le résultat est indigeste, et même irrespectueux des fans et de ce qui a été produit auparavant. On a l’impression que la Fox et le réalisateur en n’ont rien à cirer de leur film. Un budget colossal de 210 millions de dollars pour la mauvaise poudre aux yeux, et engendrer plus de 459 millions de dollars. Quel triste constat ! Le spectateur est pris (comme souvent) pour un simple « con »sommateur.

En terme de scénario, c’est également le foutoir. Sur base d’une idée servant avant tout de prétexte à trouver une fin définitive coûte que coûte (un traitement spécial conçu pour permettre aux mutants qui le souhaitent d’abandonner leur pouvoir, concept qui ne manquera pas de mettre une fois encore le feu aux poudres entre le professeur X et son meilleur ami-ennemi Magnéto), le récit se limite à une succession de grosses bagarres mutantes allant même parfois jusqu’à frôler la parodie (mais qui a eu l’idée insultante de faire de l’imposant Juggernaut un type aussi débile ???). Les dialogues sont d’une faiblesse déconcertante…

En résumé, X-Men : L’Affrontement final est un ratage complet ne devant son salut qu’à une simple séquence de pont soulevé par Magnéto (relativement impressionnante, faut quand même le reconnaître) et qui suffira à plomber la saga pendant un bon moment jusqu’à (ô miracle) une certaine année 2011…

François B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s