Blade II (2002)

BLADE(S)

Certains vont se demander si, avec cette critique, je ne serai pas passé du côté obscur (c’est le cas de le dire, quand il s’agit d’un film sur les vampires) de la Force.
Eh bien… NON, rassurez-vous, c’est un plaisir coupable.

Donc voilà, en cet après-midi et après une semaine passé à regarder du Fellini, du Manckiewickz et un peu de Jack Arnold, j’ai pensé : après tout, pourquoi pas un petit Del Toro ?

Car après tout, le type est quand même l’auteur respecté du sublimissime « Labyrinthe de Pan » et du beau et troublant « El espinazo del diablo » et nous a prouvé que, même avec un blockbuster bien musclé (« Pacific Rim »), il pouvait rendre les choses intéressantes.

Mais revenons donc à ce Blade 2, suite s’il en est du film éponyme sorti en 1998, série B kitsch, à la limite du grotesque parfois mais divertissant, qui a pourtant remporté son petit succès et que certains historiens du Septième Art le citent souvent comme étant l’un des films qui a relancé la vague des super-héros au cinéma. Cependant, remettons les pendules à l’heure. Blade premier du nom est un film de qualité plus que discutable et même pris au second degré, les failles de la réalisation ne passent pas inaperçu. C’est même d’ailleurs grâce à ce genre de produit que l’on reconnaît (même les gros détracteurs de films de super-héros vous le diront) la qualité de films comme le Spider-man (2002) de Raimi et le « X-men » (2000) de Singer, tous deux sortis à la même époque (2-3 ans d’écart, quoi).

Bref, le fait de revoir ce deuxième opus, même avec Del Toro à la réalisation, ne me réjouissait guère. Et pourtant, ce deuxième opus, s’il n’est pas un chef d’oeuvre, est néanmoins… un film divertissant et meilleur que son prédécesseur.

La principale qualité est que le gaillard, dès la première image, impose son style : clair-obscur sombre de chez sombre, ambiance glauque et tendue (limite dérangeante). On est déjà bien loin de l’ambiance kitsh et grotesque du premier opus. De même, les scènes d’action, de par leur ambiance nocturne, sont mieux maîtrisé, nettement plus stylisés. A ce niveau-là (et c’est là aussi que le film séduit), on peut aussi souligner ce coup de folie (ou de génie, c’est selon) de la part de Del Toro; à savoir celui d’avoir osé parodier (je pense que c’est le bon mot le style James Cameron et surtout son « AlienS » (vous aurez d’ailleurs remarquer dans le titre de cette critique un ptit clin d’oeil à ce sujet : « AlienS-BladeS ». En effet, le commando de vampires se substitue à celui des marines du film de Cameron. De même, les prédateurs de la nuit (auquel Del Toro y a également prêté sa griffe au niveau des visages et des corps) remplacent les aliens et que, clin d’oeil ultime, la relation sentimentale discrète et naissante entre Ripley et le caporal Hicks laisse la place à celle de Blade-Nyssa.

Del Toro assume pleinement ces références pour justement mieux les tourner en dérision, en les rendant plus horrifiques mais aussi plus trash et nettement plus poisseux. L’antagoniste principal incarne parfaitement cette vision plus horrifique, et donne un ennemi vraiment de taille pour Blade. A côté, Deacon Frost est un enfant de cœur.

Blade 2 est aussi un film sale, dans lequel la crasse, la puanteur et l’inquiétude de la nuit noire règnent en maître; ce qui achève de faire oublier définitivement le risible et surtout impersonnel premier opus. De film de seconde zone, Blade s’érige, avec ce deuxième volet, en série B de luxe réjouissante car délicieusement irrévérencieuse et incorrecte, ne se prenant jamais trop au sérieux, assumant son deuxième degré. Bref, un plaisir coupable certes, mais pas désagréable…

François B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s