The Room (2003)

The Room: Quand l’Incompétence Engendre le Génie

The Room est un film américain écrit, produit, réalisé et ayant pour vedette Tommy Wiseau. Il ne s’agira pas d’une critique ordinaire, aujourd’hui je vous présente un film tout simplement unique. Un film qui rend tous les adjectifs cinématographique obsolètes ou inadéquates. Un film dont la réputation n’est plus à refaire mais il est tout de même important de raconter la petite histoire de Tommy et de son film. Tommy Wiseau est un homme dont on ne sait presque rien, si ce n’est qu’il est immensément riche qu’il a vécu en France et qu’il a réalisé The Room avec ses propres fonds. Je ne vais pas m’attarder sur le mystère entourant Tommy Wiseau, il y a des centaines d’enquêtes et contre-enquêtes sur internet. Je vais rapidement expliquer l’histoire de The Room une histoire déjà assez extraordinaire en elle-même.

The Room sort en 2003 donc, dans l’anonymat le plus compliqué. Le film est présenté comme un désastre complet, une purge. Ayant coûté 6 millions de dollars, le film n’en rapporte que 1800 oui 1800 petits dollars. On peut donc penser qu’il s’agit juste d’un énième navet qui a sa place dans les oubliettes de l’histoire.

Mais, oui il y a un mais, The Room est devenu culte. Des années après, les gens sont prêts à payer pour revoir ce film au cinéma. Tout une fanbase s’est créée autour de ce film, les séances de minuits sont généralement complètes, les billets se vendent comme des goodies Star Wars etc… Pourquoi ? Comment ? C’est ce à quoi j’essaye de répondre dans cette critique, parce que oui The Room est tout sauf un film ordinaire, un simple navet, ou juste un mauvais film. Non, The Room est plus que ça. Surnommé le “Citizen Kane des mauvais films”; The Room a, à sa manière, marqué l’histoire du cinéma américain.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

J’ai eu la chance de voir The Disaster Artist au début du mois, le biopic de James Franco sur Tommy Wiseau, adapté du livre du même nom écrit par Greg Sestero; un des acteurs principaux de The Room qui dépeint le tournage calamiteux du film. Ma première intention était d’écrire une critique sur le film de James Franco, mais je me suis assez vite rendu compte qu’il était difficile de le faire sans au préalable avoir parlé de The Room.

Un mot sur l’histoire ?

Johnny (Tommy Wiseau), est un banquier qui vit à San Francisco et pour qui tout semble aller pour le mieux. Il gagne bien sa vie, est fiancé à une splendide femme avec qui tout semble aller pour mieux etc… Mais plus important, Johnny est aimé de tous. Ses amis ne cessent de vanter sa bonté, et Johnny dans son incommensurable bonté a même plus ou moins (ce n’est jamais vraiment explicité dans le film) adopté un jeune adolescent orphelin du nom de Denny.

Derrière ce bonheur apparent, la vie de Johnny est sur le point de basculer en effet alors que le mariage approche; sa fiancée Lisa commence à avoir des doutes et entame une relation avec le meilleur ami de Johnny: Mark (Greg Sestero).

Derrière ce scénario simple se cache tout un tas d’incohérences, de sous intrigues démarrées par des dialogues pour être aussitôt enterrées dans la scène suivante. Certaines sous-intrigues sont mêmes introduites pour ne jamais réapparaître, comme le fameux “I definitely have breast cancer !”. Il y a même des personnages qui apparaissent sans aucune explication pour disparaître sans aucune raison, explication ou logique. Pour résumer l’histoire de The Room n’a aucun sens, mais à son crédit elle arrive tout de même à maintenir un semblant de cohérence. Je ne vais pas m’étendre sur toutes les incohérences, et les moments incompréhensibles qui nécessitent de la gymnastique cérébral pour garder son sérieux devant le film. Je vous laisse le plaisir de tous les découvrir par vous mêmes.

Le casting ?

C’est là que ça se gâte, ou plutôt c’est là que le film prend sa dimension légendaire… Commençons par le commencement, avec le légendaire Tommy Wiseau. Ici, on a un homme dont l’âge se situe entre 40 et 50 ans, qui a un accent extrêmement prononcé et qui ressemble à un vampire… Cependant durant tout le film, il est fortement souligné que Johnny est un homme séduisant, jeune et dont la vie est couronnée de succès. Alors forcément, quand l’acteur principal ne correspond pas au rôle et qu’il ne fait aucun effort pour être un minimum crédible, c’est problématique. Je pourrais écrire une centaine de lignes rien que sur le jeu d’acteur de Tommy Wiseau, tantôt dans la nonchalance tantôt dans l’excès. Je n’ai le souvenir d’aucune scène ou le dosage est correct, où Tommy Wiseau joue juste. Ajoutez à tout cela, les fameux “Oh Hi…” et les petits rires malsains et vous obtenez une performance inexplicable, à la limite de la parodie. Le seul problème, c’est que l’intention elle-même n’était pas de faire une parodie de cinéma.

Un mot rapide sur les autres acteurs, Juliette Danielle qui interprète Lisa. Son personnage est tout simplement incompréhensible. Aucune de ses décisions n’ont de sens mais on ne peut la blâmer pour ça vu que le scénariste du film est, vous l’auriez deviné, Monsieur Tommy Wiseau. Pour ce qui est de l’actrice en elle-même, ses expression faciales sont limitées à… une seule à vrai dire. Elle en fait toujours trop, et sa crédibilité est proche du néant. Encore une fois, je ne sais pas si elle est vraiment responsable quand on sait que le réalisateur du film est: Tommy Wiseau.

Je termine rapidement sur les 2 autres rôles importants du film. Greg Sestero, l’interprète de Mark, ne voulait pas jouer dans le film à la base et ça se ressent dans son jeu. Une interprétation totalement paresseuse, il donne l’impression d’être sous morphine dans chaque scène.

Enfin, Denny interprété par Philip Haldiman. Je ne sais pas vraiment quoi dire sur lui… C’est sûrement le meilleur acteur du film, mais son personnage est vraiment incompréhensible, limite flippant par moment. En soi, il s’agit d’un rôle inutile d’un point de vue du scénario mais il fait aussi partie des raisons pour lesquels le film est devenu culte.

Et au final ça donne quoi ?

The Room est le navet ultime, le produit de l’imagination d’un mégalo, d’un véritable passionné du cinéma; d’un Ed Wood des temps modernes. Tommy Wiseau a essayé de faire un vrai drame, un film dans la lignée d’un American Beauty mais au final il a échoué à tous les niveaux. The Room est l’histoire d’un échec total, chaque scène est un échec, chaque plan est raté, chaque ligne de dialogue est ridicule. Le film essaye d’être sérieux, grave même par moment mais c’est tellement raté que le film en devient drôle. C’est pour cela que le film est devenu culte, l’incompétence de son concepteur a engendré un film hilarant. The Room se transforme en parodie, le film devient la démonstration de tout ce qu’il ne faut pas faire quand on réalise un film. Malgré tout, The Room est aussi touchant par certains aspects. On ressent la passion de Tommy Wiseau, l’envie de bien faire même si l’échec est total.

D’un point de vue technique, le film est aussi un échec total avec des erreurs de montage flagrante. Scénaristiquement parlant, on parle d’un film qui enchaîne les incohérences et les gaffes toutes plus ridicules les uns que les autres. J’aimerais ajouter un point assez drôles, le film est aussi très célèbre pour ses scènes de sexe interminables et gênantes. Ces scènes sont photographiées d’une manière semblable à un film pornographique, et durent plus d’une dizaine de de minutes pour certaines. Il y a même des images qui sont utilisées plusieurs fois dans le film. Je termine sur la bande originale du film, composée spécialement pour The Room. Les musiques sont kitsch et digne d’un film érotique du dimanche soir. Je ne vois pas d’autres façon de les décrire.

Mais pourquoi le film est-il devenu culte alors qu’il est aussi mauvais ? Premièrement parce que le film est hilarant à tous les niveaux, le public est assez sadique et aime rire des autres. Les gens aiment rire de la nullité de Wiseau et de son film. Mais il n’y pas que ça, le film est aussi poignant, il communique des thèmes universels. Beaucoup de gens ont été touchés par la sincérité de Tommy Wiseau, le film est sincère dans ses intentions même si il échoue totalement dans son exécution. Le mystère qui entoure Tommy Wiseau, et l’authenticité de sa démarche a créé tout un culte autour du film. Malgré son interprétation calamiteuse, le personnage de Johnny et la persévérance de son interprète à vouloir réussir dans le cinéma malgré son manque de talent a suscité une forme d’empathie chez beaucoup de spectateurs.

En conclusion, The Room est une expérience cinématographique unique, à la limite de l’indescriptible. Au début de The Disaster Artist, Kristen Bell est interviewée et explique: “Demandez aux 5 meilleurs réalisateurs du monde de faire le pire film possible, et aucun d’entre eux ne sera capable de créer un film pareil.” Je pense que cela résume bien The Room, un véritable OFNI cinématographique.

Jérémie A.

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Orikrin dit :

    Étrange histoire… Merci de me l’avoir fait découvrir, quoique la virgule dans « Beaucoup de gens, ont été touchés » m’ait fait sursauter. Mais je suis pointilleux, ou plutôt virgulilleux. ;-p Excellent article !

    Aimé par 2 people

  2. Sans l’avoir vu, je le connais par cœur, grâce à ma fille, étudiante en cinéma. Je n’ai pas encore trouvé le temps de visionner cet OFNI, comme vous le nommez si bien, mais ça ne saurait tarder. Une véritable leçon de cinéma… à l’envers ! Et je terminerai par cette réplique culte: « Hi Doggy ! »

    Aimé par 1 personne

  3. A reblogué ceci sur kirsteen duvalet a ajouté:
    Un navet en passe de devenir un film culte

    Aimé par 1 personne

  4. tinalakiller dit :

    Juste culte et involontairement drôle ! J’attends de pied ferme The Disaster Artist !!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s