Batman, quand Burton redéfinit le super-héros sur grand écran.

Batman est un film de super-héros réalisé par Tim Burton, sorti en 1989.

Ce qu’il faut savoir sur le film :

– Le personnage de Dick Grayson alias Robin aurait du être présent dans le film. Kiefer Sutherland avait été sélectionné, puis à décliné l’offre. Les scénaristes décidèrent de supprimer le personnage du scénario. Pour l’anecdote, sachez que Matt Damon et Ben Affleck avaient également postulé pour le rôle.

– Tim Burton a imposé Michael Keaton au studio pour le rôle de Bruce Wayne/Batman. La Warner souhaitait voir un acteur plus bankable comme Mel Gibson, Kevin Costner ou encore Sylvester Stallone. Le réalisateur a eu finalement le dernier mot.

– Pour le rôle du Joker, Tim Burton envisageait au départ, Ray Liotta et Brad Dourif (Vol au dessus d’un nid de coucou). Le premier refusa le rôle et les studios n’étaient pas convaincus par le second choix. Ils souhaitaient voir un acteur plus connu pour le rôle du méchant, c’est pourquoi Jack Nicholson a été appelé. Ce dernier accepta après de multiples négociations financières (gros salaire, un pourcentage sur les recettes et le merchandising).


Presque 30 ans après sa sortie en salles, ce (désormais) classique du film de super-héros (voir du cinéma tout court) demeure encore et toujours du grand art. A l’époque vendue comme la production américaine la plus chère de son temps (50 M$), ayant bénéficié d’une énorme et tonitruante campagne promotionnelle à faire pâlir le moindre film Avengers, Batman aura avant tout réussi l’exploit de s’imposer comme l’un des films les plus attendus du moment.

Et pourtant, rien n’était gagné d’avance. Ayant osé le pari de confier son film le plus coûteux à un jeune réalisateur encore peu (re)connu à l’époque (l’introverti et gothique Tim Burton), qui s’est lui-même battu pour imposer un comédien très peu familier des films d’action (le « comique » Michael Keaton), la Warner aura quasiment misé toutes ses cartes sur cette première véritable adaptation (en ne tenant pas compte du film dérivée de la série télé « Batman » de 1966 avec Adam West) du ténébreux Chevalier Noir de Gotham.

Bien lui en a pris, tant le succès (tant critique que commercial) sera au rendez-vous et permettra d’ailleurs au dénommé Tim Burton de s’imposer rapidement comme un auteur à suivre et comme le très grand créateur et cinéaste qu’il demeure encore aujourd’hui. Sinon, « quid » du film en lui-même ?

Eh bien, en évitant toute forme de « fanboyisme » ou de vague sentiment subjectif, ce Batman premier du non est (et demeure encore et toujours) une réussite sous (presque) tout rapport.

Ayant pris le parti d’ancrer son film dans une profonde noirceur tendance néo-gothique et funèbre, Burton s’éloigne volontairement du « parfait film familial » vendu par les publicitaires et autres promoteurs.

Sans pour autant verser dans une atmosphère pessimiste finie à la Nolan (dans le bon sens du terme), ce premier opus des aventures de l’homme chauve-souris ne respire pas non plus la joie de vivre, insistant d’ailleurs énormément sur la psychologie tourmentée de Bruce Wayne/Batman, interprété de manière sobre, calme et mystérieuse par Michael Keaton. Évoluant seul tel un animal solitaire dans un environnement noir et coupé du monde (le manoir), paraissant perturbé dès qu’une personne le questionne sur son nom ou sur les origines de sa famille, Bruce Wayne, montré par Burton apparaît comme un homme profondément affecté, meurtri et blessé, auquel l’image publique de « riche play-boy festif » sert avant tout de couverture, de facette.

Cette vision de héros tourmenté par ses démons du passé qu’il ne peut pas oublier va à l’encontre des canons classique du cinéma de divertissement hollywoodien classique et montre déjà l’intérêt de Burton pour les « héros » marginaux, paumés, exclus pour une quelconque raison.

D’un autre côté, telle la seconde facette d’une même pièce, le Joker, soit l’ennemi intime, le double maléfique de Batman, celui qui, dans un pur esprit de provocation, s’amuse à jouer l’inverse de celui-ci. Faisant tout pour se faire remarquer (à l’inverse total de Batman), constamment en train de rigoler et habillé de manière très coloré, le Joker version Burton s’impose en quelque sorte comme le « moi » refoulé, celui que le héros, même s’il le souhaitait, ne pourrait jamais devenir. Incarné par un Jack Nicholson en très grande forme et à l’énergie sur-développée, le Joker s’impose comme un méchant d’anthologie, celui que l’on adore détester et qui ne peut s’empêcher, malgré ses méfaits criminels, de nous faire rire. Crevant littéralement l’écran à la moindre de ses apparitions, le Joker impose au film un degré de folie supplémentaire qui suffit à enterrer définitivement la mention « film pour toute la famille ».

L’une des grandes qualités de ce film réside dans la capacité de Burton à avoir réussi à créer (et ce malgré les nombreux différents artistiques auxquels il a dû faire face au moment du tournage) ce qu’il souhaitait, à savoir un duel d’ego, de personnalité abîmés, défigurées par l’acide ou par une tragédie familiale moralement insurmontable, dans lequel le Bien (vêtu pourtant de noir des pieds à la tête, peu souriant, taiseux et monotone) et le Mal (délirant, festif, constamment de bonne humeur, coloré) s’affronte dans un décor triste et profondément tragique (rarement Gotham City n’aura été montré de manière si poisseuse et noire), le tout renforcé par une partition à la fois chevaleresque et mélancolique magnifiée par le maestro Danny Elfman, désormais attitré « compositeur fétiche » de ce cher Tim.

Malgré le temps qui passe et les multiples autres adaptations ayant suivies ou à venir, pour le pire (« Batman forever », « Batman et Robin »), comme pour le meilleur (la trilogie « Dark Knight ») et le futur « The Batman » que prépare actuellement l’acteur-réalisateur Ben Affleck, ce « Batman 1er du nom à la sauce Tim Burton demeure encore et toujours un spectacle de très haut niveau, servi par de très bons comédiens (mention spécial au génialissime cabon Nicholson), par des scènes d’actions bien fichues pour l’époque, et par des envolées grotesques (la jubilatoire séquence du musée de même que les meurtres commis par le Joker) et lyriques que peu de films de super-héros de l’époque actuelle arrive en transcender.

Presque 30 ans après sa sortie en salles, Batman reste encore et toujours du grand art, et l’un des premiers coups de maître du grand Tim !

François B.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Un très grand film. Je l’ai beaucoup aimé ainsi que son petit frère (Le défi). Les grandes envolées lyrique devenues si cultes. Et le duel le plus fou et le plus charismatique de l’histoire des Comics ^^ Là c’est du fanboymes 😉 mais j’assume ! Très bon article.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s