Après Séance : The Greatest Showman

The Greatest Showman est un film biographique musical américain réalisé par Michael Gracey.

Ce qu’il faut savoir sur ce film :

– Il s’inspire de l’histoire de la création de cirque Barnum de Phineas Taylor Barnum. Les producteurs et Michael Gracey ont souligné qu’il ne s’agissait pas d’un véritable biopic. Il y a certaines libertés dans la chronologie des évènements, la direction artistique etc… Par exemple, les personnages de Phillip Carlyle, incarné par Zac Efron, et Anne Wheeler, interprétée par Zendaya, sont purement fictifs et ont été inventés pour les besoins du film.

– Le producteur Laurence Mark et le coscénariste Bill Condon ont eu l’idée de The Greatest Showman lorsqu’ils ont vu Hugh Jackman lors de la cérémonie des Oscars de 2009. Son sens du spectacle a immédiatement séduit les deux hommes, qui lui ont soumis le projet d’un film musical sur Phineas Taylor Barnum. Hugh Jackman accepte d’être l’acteur principal et co-producteur.

– La Fox avait fait appel à James Mangold (Logan, Copland) pour épauler Michael Gracey sur les reeshoots et le montage.


Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Malgré les réticences que j’ai eu en voyant la bande annonce, je me suis dit pourquoi pas le découvrir en salle. Hugh Jackman dans un spectacle musical, ajouté au producteur de La La Land, ça peut donner quelque chose de sympa quand même. Je n’ai pas de grosses attentes, mais au moins un long métrage reflétant le sens du spectacle de  Phineas Taylor Barnum.

Un petit mot sur l’histoire ?

Dans les années 1870, l’entrepreneur américain Phineas Taylor Barnum voit ses affaires se développer, notamment grâce aux freak shows. Il crée ensuite son propre cirque, le cirque Barnum.

Les premières minutes  ?

Quelle ouverture ! La chanson en accord avec la mise en scène, et la classe Hugh Jackman nous emportent totalement au milieu de l’univers du spectacle. Il se dégage de la chaleur et un amour pour le genre, c’est indéniable. La transition qui mène à l’enfance de Phineas Taylor Barnum, contraste efficacement avec le show. On accède à son enfance, à son tempérament, son amour et son rêve.

Tout va assez vite, et on retrouve le personnage adulte toujours à la poursuite de son rêve. Les grosses ficelles du genre sont là, le scénario apparait comme classique. Pourtant, on est quand même embarqué dans ce film musical, qui pour le coup, a de très belles chansons.

Le casting ?

La production et Michael Gracey n’ont pas fait les choses au hasard. La distribution est absolument parfaite !

Hugh Jackman est impeccable ! Même si son personnage n’a rien d’original, l’acteur participe au show de la plus belle des manières. On sent sa passion pour le genre et son investissement sur le film. Je pense que si la composition de son personnage avait moins cliché, il aurait été un prétendant très sérieux aux Oscars.

A ses côtés, Michelle Williams amène douceur et élégance. On sent une vraie complicité avec son partenaire. Zac Efron est comme un poisson dans l’eau, en retrouvant un genre qu’il connait bien.

Rebecca Fergusson est lumineuse, à l’image sa première interprétation sur la scène. Zendaya et Keala Settle sont également très convaincantes.

Et au final ça donne quoi ?

Pour son premier long métrage, on peut dire que Michael Gracey nous montre de belles choses. Il fait de The Greatest Showman un sublime divertissement. Sa mise en scène est un tourbillon qui respire l’amour pour le spectacle et la comédie musicale. Visuellement, on sent que les moyens sont là, avec une direction artistique flamboyante et des décors somptueux. La photographie de Seamus McGarvey (Anna Karérine, Mr Wolff) s’adapte comme il faut au genre, et la vision artistique du réalisateur. Le montage participe à ce côté tourbillonnant, et amène un réel dynamisme du long métrage. On peut qualifier la forme d’un très bel emballage, qui vient couvrir les grosses ficelles scénaristiques.

Jenny Bicks et Bill Condon ne font pas dans la finesse. On retrouve tous les clichés du genre, pour élargir son public. C’est du classique, du réchauffé, alors que Phineas Taylor Barnum méritait bien plus de finesse. Il y a ce trop-plein de romance et facilité, qui ne permettent pas au spectateur de faire un minimum travailler ses méninges. Tout lui est servi sur un plateau de manière très explicite.

La bande originale est composée par John Debney avec les paroles de Benj Pasek et Justin Paul. L’alliance de la pop moderne avec les images fonctionne à merveille. Les acteurs et actrices se révèlent être de très bons interprètes.

En résumé, The Greatest Showman ne révolutionne pas le genre, mais nous permet de faire la connaissance d’un réalisateur à suivre (projets en cours : Naruto et le biopic sur Elton John). Hugh Jackman est irrésistible !

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Ce film est juste magnifique, il y a de tout dedans. Je suis tombée amoureuse

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s