Une époque formidable… (1991)

Une époque formidable… est une comédie dramatique française co-écrite et réalisée par Gérard Jugnot.

Ce qu’il faut savoir sur ce film :

– Suite à une enquête de septembre 2014 concernant les 20 films de cinéma les plus regardés par les Français entre 1989 et 2014 lors de leur diffusion à la télévision française, il a été révélé qu’Une époque formidable est un grand succès à chaque diffusion.

– Il s’agit de la quatrième réalisation de Gérard Jugnot. Le long métrage a obtenu 3 nominations aux Césars (Meilleur acteur pour Gérard Jugnot, Meilleur second rôle masculin pour Ticky Holgado et Meilleur espoir masculin pour Chick Ortega).


Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Une époque formidable… fait partie des grandes comédies dramatiques françaises dont on ne se lasse pas. De la finesse et de la sincérité de la part Gérard Jugnot et son équipe, ce qui contraste totalement avec les comédies hexagonales d’aujourd’hui.

Un petit mot sur l’histoire ?

Michel Berthier a tout pour être heureux : une femme, des enfants, un emploi stable. Mais du jour au lendemain, tout s’écroule et il est obligé de fuir le domicile conjugal. Il devient alors sans domicile fixe, aux côtés de Mimosa, de Crayon et du Toubib.

Les premières minutes ?

La musique douce et mélancolique de Francis Cabrel ouvre le long métrage, pour ensuite laisser une première scène chimérique ayant un petit côté prémonitoire pour Michel Berthier. En dehors des petits tracas quotidiens, sa vie semble plutôt aisée avec une sublime femme qui a deux enfants.  Sauf que tout n’est pas si rose que ça, Michel cache à ses proches sa véritable situation. Il est chômage depuis quelques semaines, et fait tout pour sauver les apparences et ne pas passer pour un « raté ». Il s’embourbe dans les mensonges et les dépenses, jusqu’à ce que la vérité éclate, et entraine une séparation du couple.

Gérard Jugnot met en place le contexte et les personnages de manière simple et efficace. On s’attache très vite aux personnages, grâce notamment au travail de Gérard Jugnot et Victoria Abril.

Le casting  ?

Gérard Jugnot flirte habilement entre le stéréotype et l’émotionnel. Il colle à merveille à son personnage, dont le chômage a blessé son orgueil, et conduit à une chute sociale qui parle à tous.

A ses côtés, Richard Bohringer nous fait toujours autant fondre par son charisme naturel. On sent qu’il vibre pour son personnage, et pour le propos du film. Je me demande encore pourquoi il n’a pas été nominé aux Césars à l’époque.

Ticky Holdgado est inoubliable dans le rôle de Crayon, tout comme Chick Ortega dans la peau de Mimosa. Ils sont tous impeccables, et véhiculent comme il faut le comique et le dramatique. A eux quatre, ils forment une team haute en couleurs, terriblement attachante. Victoria Abril montre une belle complicité avec Gérard Jugnot.

A noter que Zabou Breitman, Michèle Laroque, Charlotte de Tuckheim, Chantal Latsou et Patrick Timsit font également leurs apparitions.

Et au final ça donne quoi ?

L’un des meilleurs films de et avec Gérard Jugnot, Une époque formidable… est un conte moderne qui dépeint avec efficacité la société française sous l’ère Mitterand. Malgré quelques attraits caricaturaux, le long métrage aborde avec douceur un sujet dramatique (et intemporel) en l’entrecroisant avec de l’humour.

La mise en scène nous offre du comique de situation, et des moments poignants. Un équilibre qui donne lieu à un bon rythme, et favorise l’attachement pour les personnages et l’empathie. Le cadre urbain glacial contraste efficacement avec la chaleur du foyer et de l’amour des siens. Gérard Jugnot capte (comme son titre l’indique) une époque.

Au niveau de l’écriture, on retient que la composition de chaque personnage, et le travail de chaque acteur et actrice. Le sujet du chômage et de la rue sont établis avec intelligence. Tout n’est pas à cause de la société, car l’individu a lui aussi sa part de responsabilité. Michel se retrouve à la rue à cause de son orgueil face à sa situation. Les dialogues fondent dans la bouche de chaque protagoniste, chacun à sa manière de sortir ses émotions et ses envies. Gérard Jugnot veut montrer que l’on peut s’en sortir, si on est bien entouré, et si on a la volonté.

La bande originale est signée Françis Cabrel, et apporte ce qu’il faut pour faire écho à la mélancolie et aux émotions qui entourent les protagonistes.

En résumé, Une époque formidable… fait rire autant que nous faire pleurer. Tout le sens d’une comédie dramatique est là. Culte !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s