Blade Runner 2049 : Rutger Hauer donne son avis sur le film.

A l’heure où Blade Runner 2049 sort en DVD et Blu-ray, il est à nouveau l’objet d’observations. Après Ridley Scott, le producteur et Denis Villeneuve, c’est au tour de l’interprète du plus célèbre des réplicants de remettre en cause cette suite.

Au micro d’Hollywood Reporter lors de la Berninale, Rutger Hauer s’est exprimé sur Blade Runner 2049, et il y va sans langue de bois :

« Je l’ai reniflé et gratté. Il est magnifique mais je n’arrive pas à comprendre en quoi il était nécessaire. Je pense que si quelque chose est aussi beau [que le premier film], vous devez juste le laisser tranquille et faire un autre film. Ne vous reposez pas sur quelque chose qui a gagné son statut ces 30 dernières années. De bien des façons, Blade Runner ne parlait pas des Réplicants, mais de la question de savoir ce qui faisait de nous des humains. C’est comme le film E.T., mais je ne suis pas vraiment sûr de la question que posait le nouveau film. Ce n’est pas un film de personnages, il n’y a aucun humour, aucun amour, aucune âme. Vous pouvez y voir un hommage à l’original, mais ça ne me suffit pas. Je savais que ça n’allait pas fonctionner. Mais je pense aussi que, ce que je pense, ce n’est pas très important. »

L’acteur néerlandais en a profité aussi pour donner son opinion sur le système hollywoodien d’aujourd’hui :

« Les gros films sont une telle industrie aujourd’hui que l’argent qu’il coûte doit être remboursé le plus vite possible. Avec un petit film, vous avez plus de place pour bouger. Dans les gros films, le point du vue du réalisateur a énormément souffert ces dernières décennies. Moi, ce que je recherche, ce sont des grosses couilles. Et je n’en vois pas dans la plupart des films d’aujourd’hui. »

Même si Rutger Hauer ne nous apprend rien, son avis confirme que Hollywood donne de moins en moins carte blanche aux cinéastes. Les producteurs tiennent une place supérieure, dont le seul objectif est de faire des grosses recettes par tous les moyens. Ce qui conduit à des décisions sur le montage, la durée du film, la classification… Malheureusement, ses méthodes ne sont pas nées d’aujourd’hui et continuent à se propager. Un système que l’on peut également ressentir chez les grosses productions françaises depuis quelques années.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s