Frankenstein, « HE’S ALIVE !!!!! »

Frankenstein est un film fantastique américain réalisé par James Whale, sorti en 1931.

Après avoir récemment évoqué le cas de L’homme invisible, revenons un peu en arrière pour évoquer une autre figure non moins légendaire de la littérature fantastique mais aussi du cinéma d’épouvante des années 30, symbolisé par le « cycle de monstres » mis au point par le producteur Carl Laemmle Jr et qui fit les beaux jours du studio Universal Pictures.

Quelques années avant L’homme invisible donc, le même James Whale mettait donc en scène le célèbre roman fantastico-horrifique de Mary Shelley, le bien nommé Frankenstein.

Disposant d’un budget assez confortable pour l’époque, Whale choisit de construire son film de manière singulière.

A la fois film d’aventures fantastiques à rebondissements (chaque plan du film débouche automatiquement sur une péripétie narrative, par ailleurs l’un des traits du cinéma de Whale) et réflexion mesurée sur les limites de la science et la mégalomanie non contrôlée des hommes (il s’agit tout de même d’un scientifique ne voulant rien moins que rivaliser avec Dieu le Père), « Frankenstein » est donc un film clairement en avance sur son temps, tant son traitement narratif (le film passe du fantastique à l’horreur au mélodrame avec crédibilité et efficacité) et son rythme rapide relève ni plus ni moins que du génie.

La force du film de Whale réside dans son parti pris de privilégier une ambiance sombre, lugubre, et même par moment franchement désespéré (la séquence entre le monstre et la fillette ou encore celle du moulin à vent, en fin de film en sont quelques unes des preuves les plus subtiles), plutôt que d’opter pour un traitement théâtral et kitsch privilégiés par Tod Browning pour son Dracula, autre film du « cycle de monstres » de la Universal .

Mais si « Frankenstein » dispose encore et toujours à l’heure actuelle d’une telle aura auprès des cinéphiles comme des amateurs de fantastique et d’épouvante, cela tient aussi à la performance impressionnante de son génial comédien, Boris Karloff. Quasi méconnaissable dans la peau de la créature, Karloff parvient à lui insuffler vulnérabilité, fragilité et peur avec un naturel et une sobriété assez désarmante. Ainsi, les cris du monstre ont cette particularité d’être à la fois effrayants et désespérants, ce qui fait que l’on finit par croire à cette pauvre chose complètement désorienté car incapable de faire la différence entre Bien et Mal, impression une fois de plus renforcé par la mise en scène subtile et sobre de James Whale, utilisant l’ensemble des ressorts narratifs et formels du mélodrame, du fantastique et de l’horreur à bon escient et quand il le faut.

Donc, en un peu plus de 80 ans d’existence, Frankenstein de James Whale n’a donc rien perdu de son pouvoir d’émotion et de séduction, capable de passer d’un registre à l’autre avec fluidité, le tout servi par une interprétation solide (Boris Karloff en tête), des décors qui à eux seuls suffisent à en dire long sur le ton du film et une atmosphère à la fois poétique, lugubre et dramatique, qui ne manquera pas d’inspirer un certain Tim Burton, qui d’ailleurs, ne manquera pas, dans la plupart de ses films (de « Edward aux mains d’argent » en passant par Sleepy Hollow et Frankenweenie), de rendre hommage à ce qu’il considère à titre personnel comme l’un de ses films préférés. Un grand grand classique du septième art, à voir et à revoir !

François B.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. roijoyeux dit :

    J’adore les classiques du cinéma, à découvrir pour moi !!

    Aimé par 2 personnes

  2. Un film qui a marqué son époque et a durablement marqué le cinéma. Une histoire sur la marginalité, un film devenu culte, dans la lignée de l’excellent Fantôme de l’Opéra, moins connu.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s