Bienvenue à Zombieland (2009)

Bienvenue à Zombieland est une comédie horrifique américaine réalisée par Ruben Fleischer.

À la suite d’une mutation du virus de la vache folle, la plupart des humains ont été transformés en zombies. Colombus (Jesse Eisenberg) et Tallahassee (Woody Harrelson), deux survivants que tout oppose, sillonnent les routes et affrontent les zombies qui grouillent aux quatre coins du pays. Au cours de leur périple, ils font la connaissance de deux jeunes femmes, Wichita (Emma Stone) et Little Rock (Abigail Breslin), qui ont décidé de rejoindre un parc d’attractions sur la côte ouest des États-Unis.

Le budget du film était de 23,6 millions de $, qui a rapporté au total plus de 102,3 millions de $ à travers le monde. Bienvenue à Zombieland a été l’une des grosses surprises au box-office américain avec 25 millions de $ de tickets de cinéma vendus lors de la première semaine de sa sortie.


Dés l’ouverture, Ruben Fleischer donne le ton de son long métrage. Ambiance apocalyptique où l’horreur s’entremêle efficacement avec l’humour trash et décalé. Évidemment, on pense à Shaun of the Dead d’Edgar Wright, dans la manière de complexer l’horreur et le chaos. La mise en scène est assez bien articulée, notamment par ses effets « fun » et sa structure narrative. Le spectateur a pour guide Colombus, c’est à partir de sa personne que tout va dérouler et se construire.

Passé le premier quart d’heure, le film prend clairement la direction du road movie/survival. Colombus et Tallahassee foncent à toute blinde, vers nul part, puisqu’ils cherchent tous les deux à fuir leur passé et surtout survivre. Les deux personnages sont totalement opposés, ce qui rend le duo atypique et délirant à souhait. Woody Harrelson et Jesse Eisenberg sont impeccables, drôles et attachants. Pour continuer sur le casting, Emma Stone et Abigail Breslin campent deux petits bouts de femmes malignes, qui ne font confiance à personne d’autres qu’à elles-même. Les deux actrices font le job, mais elles passent clairement au second plan. Colombus et Tallahassee sont beaucoup plus développés, aussi bien dans l’écrit que sur l’interprétation.

A travers le point de vue de Colombus, le réalisateur orchestre sa narration avec efficacité pour nous présenter chaque protagoniste, cela donne du rythme et de la fluidité à l’intrigue. Ruben Fleischer nous propose un film de zombie singulier, qui flirt avec le jeu vidéo par certains aspects. Le montage est efficace, et s’accorde aisément avec la scénographie de Fleischer. Ce dernier s’autorise quelques petits clins d’oeil bien sentis, comme le côté geek (Warcraft)ou bien le banjo de Délivrance. Les décors et le maquillage offrent le relief nécessaire pour ressentir une atmosphère chaotique.

Au niveau de l’écriture, on peut parler d’originalité. Bien que les personnages soient stéréotypés, les scénaristes et les interprètes apportent le grain de folie qu’il faut pour rendre les protagonistes hors normes. Sur l’intrigue en elle-même, Paul Wernick et Rhett Reese font preuve d’audace en alternant les moments trashs, drôles et tendres. Encore une fois, ils amènent la touche décalé pour mieux surprendre le spectateur. On ne va pas vous spoiler, mais ceux qui l’ont déjà vu, vous savez de quoi ou plutôt de qui on parle en terme de surprise. En revanche, la dernière partie n’a rien de bien folichonne. Limite, elle plombe le long métrage. Ça devient lisse et lourd, alors qu’on en était loin dans la première heure.

Pour ce qui est de la bande originale, on retient avant-tout le son de Metallica en intro-générique. Pour le reste, David Sardy signe un score léger et oubliable.

En résumé, Bienvenue à Zombieland est un film de zombie qui se démarque des autres. Ruben Fleischer joue la carte du trash et du déboulonné pour un road movie/survival bourré d’idées scénaristiques et de mise en scène. Dommage que le dernier acte soit bien trop sage, par rapport à tout ce qui se passe avant. Woody Harrelson livre une interprétation inoubliable !


Pour info, sachez qu’une suite est en développement. Les deux scénaristes et le réalisateur ont annoncé leur désir de remettre le couvert, avec le même casting. Pour le moment, aucune date de tournage n’a été fixée.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Sweet Judas dit :

    Et ça fera bientôt dix ans que j’attends impatiemment sa suite 😀
    #TeamTallahassee

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s