Après Séance : Red Sparrow

Red Sparrow est un thriller américain réalisé par Francis Lawrence.

Il est tiré du roman d’un ancien agent de la CIA, Jason Mattews.

Dominika est une jeune ballerine, dont la carrière est brisée nette après une chute lors d’une représentation avec le Bolshoi. Elle est recrutée contre sa volonté par les services secrets russes. Entraînée à la manipulation comme à la séduction, Dominika devient rapidement l’un des meilleurs agents du service.

Le film raconte l’intégration dans une école russe de formation à l’espionnage de Dominika, jeune ballerine dont le destin de danseuse fut brisé suite à un accident. Manipulée par son oncle qui est bien placé dans l’échiquier de la nomenklatura, elle est formée à toutes les ruses comme à toutes les méthodes de combat. Sa formation achevée, elle est chargée d’approcher un espion américain.

Avant sa sortie, Red Sparrow avait fait l’objet d’une campagne de publicité sans relâche dans les salles UGC en janvier 2018, tellement que cela en était devenu agaçant.

Le film m’a laissé un avis mitigé. Il semblerait que Francis Lawrence qui avait dirigé Jennifer Lawrence dans la saga Hunger Games ait décidé de réagir face aux critiques qui avaient trouvé la saga « mollassonne ». Red Sparrow, interdit en France aux moins de 12 ans avec avertissement, fait le plein de scènes violentes et de tortures et ménage quelques scènes où l’on voit Jennifer Lawrence dans le plus simple appareil.

Le long métrage s’appuie sur un casting international assez impressionnant: Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Mathias Schonaerts, Charlotte Rampling, Jeremy Irons, Ciaran Hinds et Joely Richardson.

Red Sparrow dure 2 heures et 21 minutes, c’est beaucoup…. c’est même trop réflexion faite. L’histoire est cousue de fil blanc et nombre des rebondissements qui la jalonne également. Le film a pour atouts principaux l’action et la violence. On est dans un film d’espionnage qui compte de nombreuses trahisons ainsi que des coups tordus et quelques bons mots.

L’attachée parlementaire d’un sénateur américain qui est en poste à l’ambassade avoue au chef russe de l’antenne de Budapest (l’intéressé est plutôt Robert que Redford): « Je n’ai jamais compris comment les femmes russes peuvent être si belles et les homme si laids« . Je me suis souvent fait la réflexion dans la vraie vie…

Red Sparrow est aux antipodes des films d’espionnage inspirés des livres de John Le Carré comme La Taupe dont la complexité scénaristique est inversement proportionnelle à l’action, quasi inexistante. Ce thriller constitue une nouvelle célébration de l’actrice. Si Francis Lawrence n’a aucun lien familial avec Jennifer Lawrence, le réalisateur rend une nouvelle fois hommage à la plastique de l’actrice comme à l’esprit retors qui l’anime dans le film jusqu’au dénouement final.

Dagrey.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Salut ! Très bon article. Nous aussi on a été voir Red Sparrow, n’hésites pas à venir lire notre critique. Bonne soirée !
    Clo & Am.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s