21 nuits avec Pattie (2015)

21 nuits avec Pattie est un comédie française écrite et réalisé par Arnaud et Jean-Marie Larrieu. 

En plein été, Caroline, Parisienne et mère de famille d’une quarantaine d’années, débarque avec sa valise dans un petit village du Sud de la France. Elle doit organiser dans l’urgence les funérailles de sa mère, Isabelle, avocate volage, qu’elle ne voyait plus guère. Elle fait bientôt la connaissance de Pattie, une femme de ménage amie de sa mère, qui aime raconter à qui veut bien l’écouter, et avec moult détails et mots très crus, ses aventures amoureuses avec les hommes du coin. Alors que toute la vallée se prépare pour les fameux bals du 15 août, Caroline découvre, le soir même de son arrivée, que le corps de la défunte a disparu…

Le cinéma des frères Larrieu m’intrigue depuis quelques temps, mais je n’ai pas eu l’occasion de le découvrir. Heureusement, la chaine de télévision Arte diffuse leur dernier long métrage. Avant de le voir, je m’attends à un film proche de la nature et des sens. Les cinéastes aiment être au plus près de leurs acteurs, tout en donnant du sens à l’environnement naturel qui les entoure.

Les premières minutes vont immédiatement dans ce sens. On suit Caroline (Isabelle Carré) qui débarque seule dans un petit village occitanien que le soleil réchauffe et fait scintiller. Le charme opère aussi bien sur la parisienne, que sur le spectateur. Il y souffle un vent de liberté, où tout peut se passer. D’ailleurs, Pattie (Karin Viard) véhicule ce sentiment de fraicheur et de liberté. Même la mort de « Zaza » apparait comme douce, enfin jusqu’à la mystérieuse disparition de son corps.

Les frères Larrieu amènent de l’improbable dans ce petit coin sans histoire. Alors que l’on pense se diriger vers un enquête loufoque, les cinéastes choisissent de laisser ce fait mystérieux en fond de toile, pour se concentrer sur le parcours initiatique de Caroline. Celle-ci vit une reconstruction auprès de Pattie, qui raconte ses aventures dans le moindre détail. La mort de la mère contraste intelligemment avec la renaissance de Caroline.

Isabelle Carré et Karin Viard sont rayonnantes ! Elles forment un duo qui fonctionne à merveille. André Dussollier trouve un rôle où on ne l’attendait pas, mais qui lui va comme un gant. Denis Lavant est, à mon sens, trop en retrait, alors que son personnage et son interprétation inspiraient à un peu plus de développement. Sergi Lopez n’apparait qu’une poignée de minutes, et on peut dire qu’il remplit bien sa mission.

Avec 21 nuits avec Pattie, les frères Larrieu nous offrent un conte moderne, flirtant avec le fantastique et l’érotisme. Bien que le film ne soit pas exempt de quelques défauts, on se laisse porter par cette histoire originale, ses personnages et son duo d’actrices.

La mise en scène s’articule autour de deux formats, le 1:33 pour symboliser les songes de Caroline et le 1:85 pour sa renaissance. L’effet est réussi, puisque ce changement est parfaitement justifier. Le reproche principal que l’on peut faire à la forme, c’est le rythme qui s’essouffle. Le comique de situation n’est pas assez utilisé, et certaines scènes trainent en longueur. L’aspect fantastico-poétique est séduisant, mais un peu trop facilement mis en scène.

En ce qui concerne l’écriture, les frères Larrieu aborde le fantastique de manière métaphorique en prenant en compte la nature. On pense évidemment à Alice au pays des merveilles, à l’image de Caroline qui débarque en plein milieu d’un endroit inconnu qui attise sa curiosité et fait raviver sa flamme. Les notes de tendresse et de poésie sont amenées avec légèreté, tout en ayant de l’impact. L’accent est également mis sur les dialogues, notamment sur ceux de Karin Viard. Celle-ci s’éclate littéralement en les lâchant à la perfection, ce qui donne à son personnage tout son caractère. Le sexe est d’ailleurs traité avec les mots, pour laisser au spectateur imaginer, comme c’est le cas pour Caroline. On peut y voir un partage de fantasmes.

En résumé, 21 nuits avec Pattie est une ode à la vie qui laisse la place à l’onirisme, où la mort, la nature et le sexe ne font qu’un. Isabelle Carré et Karin Viard sont impeccables !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s