Les Kaïra (2012)

Les Kaira est une comédie française écrite et réalisée par Franck Gastambide.

Mousten, Abdelkrim et Momo sont trois potes d’enfance qui ont toujours vécu dans leur cité de Melun. Casquettes enfoncées sur la tête et baskets aux pieds, tous les trois ont le même problème : désespérément célibataires, ils passent leurs journées à laisser s’écouler leurs vies, sans motivation ni ambition. Jusqu’au jour où ils découvrent une annonce dans un magazine porno qui propose un casting pour devenir une « Star du X ». En galère de filles et d’argent, la quête de ce qui leur semble être alors le meilleur métier du monde va se transformer en un parcours initiatique et devenir la plus importante aventure de leurs vies.

Sous les encouragements et conseils de Mathieu Kassovitz et du collectif  « kourtrajmé production » (Kim Chapiron et Romain Gavras), Franck Gastambide se lance dans le cinéma. Sa mini-série Kaïra Shopping rencontre le succès, ce qui lui donne envie de passer à la vitesse supérieure et d’être derrière la caméra et la plume pour son premier long métrage. La société Mandarin Cinéma (OSS 117, Brice de Nice, Potiche, La Conquête) finance le projet, tandis que Gaumont  se charge de la distribution. Les Kaira rencontre un joli petit succès en salles avec plus d’un millions de spectateurs, pour un budget évalué à 4 millions d’euros. Le film devient d’ailleurs le film le plus rentable du cinéma français en 2012.

Après les mauvais Pattaya et Taxi 5, je trouvais intéressant de revenir sur Les Kaira car il s’agit d’une comédie assez pétillante, et qui reste le seul film convenable de la part de Franck Gastambide.

Les premières minutes nous amènent au cœur d’un trio peu commun vivant dans la cité de Melun. Franck Gastambide reste fidèle à sa mini-série, tout en hissant efficacement son concept pour le cinéma. Il tient un bon rythme pour un enchainement efficace des sketchs/péripéties. Le scénario s’articule autour de dialogues clichés et vulgaires, mais les personnages restent toutefois distrayants. Les situations abracadabrantesques font sourire et vont même jusqu’à nous arracher quelques rires.

Pourtant après la première partie, on sent une baisse de régime dans le rythme et l’écriture. Le propos s’aseptise de plus en plus, notamment à cause de humour répétitif et une intrigue qui sombre dans la facilité, ce qui casse un peu le délire.

Toutefois, il faut souligner que la mise en scène est plus que satisfaisante. Franck Gastambide utilise son cadre de manière efficace, en prenant réellement compte l’environnement dont il est familier. Bon attention, ne voyez pas dans mes propos un très grand réalisateur. Tout est évidemment perfectible, mais pour un premier long métrage, c’est convenable. Le réalisateur fait également des clins d’oeil à ses amis en parodiant La Haine et Sheitan.

Côté scénario, il manque à cette comédie une réelle intrigue. Cette faiblesse se fait ressentir après la première demi-heure. On nous présente un trio de pieds nickelés attachants et drôles, qui partent dans des aventures tantôt délirantes, tantôt sans intérêt. Les grandes comédies françaises (celles de Poiré, Leconte ou encore Weber) ont toujours un minimum d’enjeux pour embarquer son spectateur vers le fun, le burlesque et la tendresse. C’est clairement ce qui manque aux Kaira pour hissé au rang des comédies cultes de l’hexagone. La composition des dialogues alterne entre naturel divertissant et du réchauffé.

En ce qui concerne le casting, Medi Sadoun et Franck Gastambide collent plutôt bien à leur personnage, malgré quelques brides de surjeu. Jib Pocthier est convaincant et participe à la singularité du trio. Pom Klementieff et Alice Belaïdi sont sublimes, dommage que les personnages ne soient pas plus originaux. On retient les caméos de François Damien, Ramzy et François Levantal.

Lorsqu’on regarde Les Kaira aujourd’hui, je me dis que Franck Gastambide n’a jamais réellement réussi à s’en détacher. Pattaya et Taxi 5 réchauffent constamment les gags de ce premier long métrage. Une fainéantise et un manque d’originalité qui a déjà montré ses limites.

En résumé, Les Kaira est une comédie sympathique, qui souffre toutefois d’un manque de relief et d’originalité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s