Critique : Point de chute (1970)

Point de chute est un film polar français co-écrit et réalisé par Robert Hossein.

Sortie Blu ray  4K : 5 juin 2018.

Lui, Vlad « le Roumain », est un jeune voyou, dur, sans scrupules. Elle, Catherine, une toute jeune fille, une lycéenne, d’une famille de la haute bourgeoisie. Ils n’ont rien en commun l’un et l’autre. Catherine est enlevée par des gangsters, et Vlad est chargé de la garder dans une cabane isolée au bord de la mer. Un monde les sépare, ils n’ont rien à se dire et ce n’est pas la situation qui va les rapprocher. Pourtant, en dépit de tout, au fil des heures qui s’écoulent dans l’attente de la rançon, des liens silencieux et invisibles se créent entre eux…

Après avoir tourné sous la houlette de Sergio Corbucci, Johnny Hallyday se pose devant la caméra de Robert Hossein (Les Misérables) pour un polar romantique. Dés les premières scènes, le réalisateur impose une ambiance et un rythme. Le choix du noir et blanc pour le présent et la couleur pour le passé symbolise la vision singulière de Robert Hossein sur cette polar semi-dramatique et poétique. Autre particularité, il mise sur les silences et les regards pour souffler son atmosphère et son propos.

Au delà du premier quart d’heure, le huis clos s’embourbe et s’étire sur bon nombre de scènes. Même si cela favorise l’aspect poétique du récit, on a l’impression que l’on assiste à du remplissage. Le réalisateur tente d’allier film d’auteur et polar grand public, malheureusement le mélange peine à prendre. Pourquoi ? La réponse est peut être au niveau de l’écriture, qui est se révèle faiblarde compte tenu de l’ambition de Robert Hossein.

En effet, le scénario ne nous offre pas de grandes péripéties, ni de réels mouvements. On ne peut pas non plus se raccrocher à des dialogues savoureux. C’est certainement ce qu’il manque le plus à ce film, un vrai dialoguiste (bien que les personnages parlent peu). En ce qui concerne les protagonistes, là aussi c’est léger. Bien que le relationnel entre Vlad et Catherine soit intéressant, ça manque d’originalité dans leur conception. Les personnages secondaire sont risibles, ce qui affaiblit cruellement le côté polar.

Au niveau du casting, Johnny Hallyday arrive à être convaincant ravisseur, sans pour autant mémorable. A ses côtés, Pascale Rivault propose une interprétation plus solide, ce qui donne lieu à un duo attachant. Le reste de la distribution ne propose pas grand chose pour relever niveau. Une faiblesse qui dessert le film et son propos.

En résumé, Point de chute est polar romantique au goût d’inachevé, et à la limite du téléfilm. Les idées sont posées, mais les carences scénaristiques rendent le long métrage pompeux.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s