Après Séance : Halloween

Halloween est un film d’horreur américain co-écrit et réalisé par David Gordon Green.

Une équipe de télévision britannique se rend aux États-Unis pour réaliser un reportage sur le massacre perpétré par le psychopathe Michael Myers lors de la nuit d’Halloween en 1978. Le reportage prend soudain une tournure macabre lorsque Myers parvient à s’évader de l’asile psychiatrique où il était interné. Sa seule préoccupation est de se venger de Laurie Strode, la survivante du massacre. Après le traumatisme qu’elle a vécu il y a quarante ans, Laurie se prépare au retour de Michael Myers, négligeant ainsi sa fille, Karen, et sa petite fille, Allyson, dans le but d’affronter une ultime fois le désormais célèbre tueur d’Halloween.


Il y a quarante ans, John Carpenter nous présentait un certain Michael Myers à la poursuite de la jeune Laurie Strode. A ce jour, la saga compte onze films, et c’est un joli bordel. Entre les remakes, les trois chronologies et le fameux Halloween III, la franchise a pris cher au fil des années.

Halloween (2018) a été en chantier pendant plus de neuf ans, et le projet est passé par tous les stades. D’abord les producteurs voulaient une suite au remake de Rob Zombie, ensuite un reboot, puis un nouvel Halloween III… Bref, encore un sacré foutoir à l’image de ce qu’est la saga depuis quarante ans.  C’est en 2016 que le projet prend véritablement forme. John Carpenter officie comme producteur délégué, tandis que David Gordon Green (Joe) occupera la place de réalisateur et de co-scénariste. Ce nouvel Halloween fera suite direct au premier volet de la saga, avec le retour de Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie.


La saga Halloween ne m’a jamais vraiment passionné. John Carpenter avait frappé fort en 1978, mais les frères Weinstein ont vraiment fait de la merde avec cette saga (James Cameron a fait la même avec Terminator). Dés Halloween III, j’ai lâché ! Aucun film par la suite n’a su réellement atteindre le niveau fixé par John Carpenter.

Difficile de croire à un nouveau souffle avec ce nouvel opus. Pourtant, la confiance de John Carpenter envers David Gordon Green et la production, arrive à attiser ma curiosité. Les premières images nous montrent un retour aux sources, sans la jouer trop kitch.

A présent me voila confortablement installé dans mon siège, et j’espère frissonner de plaisir. Que la séance commence !


D’entrée, David Gordon Green montre la volonté de respecter l’œuvre de Carpenter, tout en lui apportant de nouveaux sillons. Sa mise en scène et sa manière d’aborder les protagonistes sont en adéquation avec ce que l’on pouvait espérer. On a peut-être enfin une vraie suite digne de ce nom. Quarante années se sont passées, et ça le réalisateur en a parfaitement conscience. Le genre a évolué, mais Halloween reste un pilier du slasher. C’est pourquoi, David Gordon Green et ses collègues scénaristes lui apportent une subtile réactualisation. L’Amérique n’a plus le même visage, contrairement au mal qu’incarne Michael Meyers. Celui-ci est une icône du passé…

Au fil des minutes, les codes de la franchise prennent un virage intéressant. Cela touche autant Meyers, que Laurie, et à travers tout ça, la place des hommes et des femmes. Classique mais efficace, Laurie n’est plus une proie mais bel et bien la chasseuse. Un jeu de miroirs qui a été montré dans la bande annonce.

C’est incroyable comment cette première partie souffle à la fois de la nostalgie et de la modernité. Un équilibre casse gueule, comme en témoigne les autres films de la saga. Mais apparemment, David Gordon Green et ses petits copains tiennent la bonne recette pour nous faire trembler de plaisir. Espérons que notre avis soit le même à la fin du film…

Au niveau du casting, on sent que Jamie Lee Curtis a toujours souhaité être cette Laurie Strode. A 59 ans, l’actrice américaine nous montre qu’elle en a encore sous le pied. Elle interprète à merveille la névrosé de service, qui souhaite mettre une fois pour toute un terme à la vie de Michael Meyers.

A ses côtés, Judy Greer (Le Village) est convaincante, mais il est dommage que son personnage ne soit pas plus étoffé. A noter, que Will Patton (Sens Unique, The Postman) est également de la partie.

Un petit mot sur James Jude Courtney, qui incarne Michael Meyers. Même si il est masqué, sa gestuelle et sa manière de déambuler sont diablement efficaces.

Et Au final, ça donne quoi ce nouvel Halloween ?

Il aura fallu attendre quarante années et neuf films, pour avoir une vraie et grande suite au film de Carpenter. Même si la genèse a été chaotique, Halloween est une réussite. David Gordon Green n’a pas pris à la légère ce projet, puisqu’il a apporté du neuf et de l’approfondissement à la mythologie.

La scénographie est totalement maitrisée. On a le droit à des séquences somptueusement angoissante. L’environnement est pris en compte à chaque moment. Le cadre s’y ballade avec intelligence, ce qui donne encore plus de coffre à la violence, à la véracité et surtout au mythe. La direction artistique s’accorde parfaitement avec le propos. David Gordon Green rend brillamment hommage à Carpenter, sans tomber dans le réchauffé ou la surenchère. On se demandait si il allait vraiment faire l’affaire, et il nous a prouvé qu’il était clairement l’homme de la situation. Le réalisateur se verra surement proposer d’autres projets de cette trempe à l’avenir.

Du point de vue de l’écriture, c’est plus que satisfaisant. Comme il a déjà été souligné ci-dessus, la saga évolue enfin ! David Gordon Green, Danny McBride et Jeff Fradley forment un trio assez improbable, mais globalement performant. Ils ont su pondre de nouvelles thématiques, sans pour autant dénaturer totalement les anciennes. Michael Meyers et Laurie Strode tiennent tous les deux une soif de vengeance, une névrose commune alors que tout les oppose normalement. Toutefois, on regrette quelques facilités sur les personnages secondaires.

Pour ce qui est de la bande originale, on a bien sûr le thème principal judicieusement remixé. Le score est convenable dans l’ensemble, et il est signé par Cody Carpenter, le fils du maître de l’horreur, et Daniel Davies.

En résumé, Halloween fera plaisir aux fans autant qu’aux novices. Ce nouvel opus est tout simplement le deuxième meilleur film de la saga.

Publicités

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. couriretlire dit :

    Bonjour, je voulais vous demander : peut on le voir si on a vu que le premier opus ? merci

    J'aime

    1. Il vaut mieux voir le premier film pour saisir toute l’évolution apporté par le réalisateur et les scénaristes.

      Aimé par 1 personne

  2. putridfactory dit :

    Plus je vois les avis sur ce nouvel Halloween et plus j’ai très envie de le voir ! C’est une de mes grosses attentes pour cette fin d’année. Merci pour cet avis !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s