Critique : Impitoyable (1992)

Impitoyable (Unforgiven) est un western américain réalisé par Clint Eastwood.

« Ça m’a paru le sujet idéal pour réaliser ce que j’appellerai le « dernier des westerns ». C’est un film qui résume au fond ce que le genre représente pour moi. »

Clint Eastwood.


Clint Eastwood a pris connaissance du scénario au début des années 1980. Il y a mis une option deux jours seulement après que celle de Francis Ford Coppola n’ait expirée. Clint Eastwood laissa couler les années avant de le réaliser et surtout d’interpréter le personnage de William Munny. Impitoyable est dédié à Don Siegel et Sergio Leone, les deux cinéastes qui donnèrent sa chance au jeune Eastwood, alors vedette de Rawhide, une série américaine.

A l’origine, Francis Ford Coppola avait présenté le script à Gene Hackman, qui n’a pas été convaincu. C’est finalement, Clint Eastwood qui a réussi à le faire changer d’avis. L’acteur américain a été récompensé par l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation du terrible Little Bill.


Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Avec Danse avec les loups, Impitoyable a participé au renouvellement du western. Un spectacle articulé par un scénario et une mise en scène plus intimiste et plus viscérale. Clint Eastwood y entrecroise deux sensibilités du cinéma qui l’ont forgé, à savoir celle de Don Siegel et Sergio Leone, d’où l’hommage de l’acteur/réalisateur pour ses mentors. C’est toujours un grand plaisir de redécouvrir ce western crépusculaire qui a ouvert la voie à d’autres films comme Open Range, No Country for old men ou encore Trois enterrements.

Un petit mot sur l’histoire ?

Kansas 1880. William Munny, redoutable hors-la-loi reconverti dans l’élevage va, à la demande d’un jeune tueur, reprendre du service pour venger une prostituée défigurée par un cow-boy sadique.

Les premières minutes ?

Le long métrage s’ouvre avec la musique de Lennie Niehaus et Clint Eastwood. Sous le crépuscule et l’aridité de l’Ouest américain, on assiste aux efforts de William Munny, qui creuse la tombe de son épouse.

Le premier quart d’heure a pour objectif de poser ce cowboy désabusé et père de famille au milieu des grands espaces américains. William Munny et ses deux enfants « sur »vivent avec quelques bêtes et un potager. Une impasse qui entraine l’ancien chasseur de primes à succomber à la proposition du Kid et à reprendre du service.

Le casting ?

Clint Eastwood est comme un poisson dans l’eau. Il impose son expérience et son charisme pour incarner avec justesse ce cowboy usé et tourmenté par son passé de meurtrier. On n’a pas l’habitude de le voir interpréter un personnage ayant autant de fêlures, surtout dans un western. Bref, l’acteur reste fidèle à lui-même en livrant une prestation remarquable.

A ses côtés, Morgan Freeman apporte une touche plus sensible et humaine que son partenaire. Une belle complicité anime ce duo, et on comprend pourquoi les deux hommes se sont retrouvés sur Million Dollar Baby et Invictus.

L’autre grande force de cette distribution, c’est Gene Hackman. Ce dernier est impérial en shérif titanique et borné, ce qui nous donne aussi un grand face à face avec Clint Eastwood.

Richard Harris se montre très convaincant en chasseur de primes anglais. Jaimz Woolvett signe une interprétation solide pour son premier et unique grand rôle au cinéma.

Côté féminin, Frances Fisher et Anna Thomson n’ont pas la même place que les hommes devant la caméra, mais cela ne les empêchent pas de remplir comme il faut leur travail.

Et au final, ça donne quoi Impitoyable ?

N’y allons pas par quatre chemins, Impitoyable est le meilleur western réalisé par Clint Eastwood. Vingt-six années après sa sortie, ce western n’a rien perdu de sa beauté, de sa force et de son intelligence.

Sur un script relativement classique, Clint Eastwood injecte tout son savoir-faire dans la mise en scène. Que ce soit dans le rythme, le montage ou bien la photographie, ils convergent tous vers la même direction. Il en ressort une atmosphère mélancolique et crépusculaire. Le réalisateur américain a laissé murir ce projet pendant des années, et le résultat final est magnifique. Chaque scène est minutieusement composée, les regards, les émotions, les paysages ou encore l’éclairage, Clint Eastwood et son équipe ne laissent rien au hasard. La preuve en est avec les contrastes établis entre l’atmosphère autour du héros et de son terrain et celle de la ville de Big Whiskey.

Les thèmes traités sont des grands classiques du genre, avec notamment la vengeance, le deuil, l’amitié, la rivalité etc… Pourtant, le scénariste David Webb Peoples et Clint Eastwood apportent une dimension à la fois poétique et sombre. Ça baigne dans une cohérence totale avec les personnages, qui sont parfaitement interprétés.

Côté bande originale, Lennie Niehaus et Clint Eastwood mise sur la sobriété pour souffler une vague poétique et sombre, à l’image du thème de Claudia ou bien de Burn his house down.

En résumé, Impitoyable est une pierre angulaire dans la filmographie de Clint Eastwood et un vibrant hommage au western, qui se voit entrain de disparaitre.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    Effectivement, sans doute le meilleur western de Clint. Encore que les autres sont aussi d’un très haut niveau.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s