Critique : Dragon Ball Z – La Résurrection de « F » (2015)

Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’ est un film d’animation japonais réalisé par Tadayoshi Yamamuro.

Après le combat avec Beerus le Destructeur, Son Goku et Vegeta s’entraînent dans le monde de Beerus, sous la direction de son assistant, Whis. Pendant ce temps, la Terre étant de nouveau en paix, Sorbet et Tagoma, deux membres survivants de l’armée de Freezer, sont à la recherche des Dragon Balls. Leur but est de ressusciter Freezer afin de revitaliser leur armée. Le pire souhait dans l’histoire de l’univers est exaucé et Freezer, ressuscité, commence à préparer sa vengeance contre Son Goku et les Saiyans. La nouvelle armée de Freezer arrive sur Terre, obligeant Son Gohan, Piccolo, Krilin et ses amis à se battre contre plus de 1000 soldats. Son Goku et Vegeta défient Freezer lors d’une confrontation inéluctable, mais Freezer a désormais un pouvoir écrasant.


Dragon Ball Z reste assurément l’une des plus grandes sagas de l’animation japonaise. Des centaines d’épisodes et près d’une vingtaine de films ont entretenu la mythologie depuis 1985. Comme toutes les grandes franchises, il y a eu des hauts et des bas. En ce qui concerne le personnage de Freezer, on peut dire qu’il s’agit d’un des plus grands adversaires de Goku et de ses amis.

L’idée de son retour peut être alléchante, sauf qu’Akira Toriyama semble beaucoup moins bien inspiré que par le passé. Les derniers OAV et Dragon Ball Super ne m’ont pas réellement convaincu. Les histoires et les personnages sont réchauffés à différentes sauces, que je me lasse malheureusement de cette saga. La Résurrection de ‘F’ ne m’inspire pas grand chose, mais je garde un petit espoir d’être agréablement surpris.


Les premières minutes nous présentent deux petits soldats, Sorbet et Tagoma, de l’ancienne armée de Freezer. Ils ont pour objectif de faire ressusciter leur maître, à l’aide des boules de cristal. Un démarrage vu et revu, d’autant que Vegeta et Goku s’entrainent loin de la Terre. Une trame classique qui laisse entrevoir une histoire de vengeance. Akira Toriyama ne donne pas de nouveau souffle à sa franchise, il ne fait que surfer sur la vague de la nostalgie. La panne d’inspiration du créateur s’affiche clairement dans ce premier quart d’heure.

Que ce soit les héros ou bien les antagonistes, on est affligé par la fainéantise de Toriyama. Rien de neuf, à l’image d’une histoire usée, tant on l’a vu et revu à travers la série ou bien les OAV. Freezer ne fait pas preuve d’une grande intelligence, alors que l’on sait qu’il est redoutable sur le plan physique et psychologique. D’ailleurs, Toriyama signe encore des incohérences par rapport à la série et le film « Baddack contre Freezer« . Goku et Végéta ne montrent pas non plus une véritable évolution. Beerus n’est que pour décorer, tout comme son acolyte, Whis. Gohan, Piccolo et Krilin sont relayés en chair à canon. Jaco, le policier galactique est sous-exploité, malgré une séquence sympathique le concernant.

Et au final, ça donne quoi Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’ ?

Suis-je trop vieux pour ces conneries ? C’est la question que je me pose, après avoir visionné ce 19éme film Dragon Ball Z. A part un graphisme soigné, on ne retient pas grand chose de ce long métrage. L’animation est de bonne qualité, dommage qu’elle ne nous offre pas de grandes séquences de combats. On ne sent pas le réalisateur prendre un  vrai plaisir dans la mise en scène. Bien sûr, il n’est pas le seul a blâmer.

Akira Toriyama a perdu ce qui faisait la force d’un bon OAV, à savoir un souffle épique et mystérieux. Le créateur japonais devrait peut être passé la main, car depuis la fin du cycle Boo, il n’a jamais proposé quelque chose d’aussi passionnant. Premièrement, nos héros apparaissent très faibles alors qu’ils ont combattu les plus grands et les plus cruels méchants de l’univers. Gohan se fait coucher en un coup de poing, Piccolo ne fait pas le poids face à un petit soldat de Freezer… On a l’impression que Toriyama a zappé tout ce qui a forgé le mythe Dragon Ball Z. Peu d’éléments sont cohérents, et cela égratigne le fan que je suis, en plus de rendre ce long métrage complétement inintéressant.

En résumé, Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’ nous montre clairement un manque d’audace et d’envie de la part d’Akira Toriyama. Ce dernier doit passer la main à des gens passionnés.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s