Critique : Marathon Man (1976)

Marathon Man est un thriller américain réalisé par John Schlesinger.

Il s’agit de l’adaptation du roman éponyme de William Goldman, publié en 1975.

À New York, par un été caniculaire, un violent accident de voiture cause la mort de deux personnes, dont le frère d’un ancien criminel nazi caché en Amérique du Sud, Christian Szell, qui se trouvait aux États-Unis afin d’y récupérer un vieux trésor de guerre. Cet accident va avoir des répercussions collatérales sur le quotidien tranquille de Thomas Levy, brillant étudiant en histoire surnommé « Babe » par son entourage, et qui s’entraîne d’arrache-pied en vue de courir un marathon. En effet, son grand frère Henry « Doc », membre d’une organisation secrète du gouvernement américain, est dans la ligne de mire de Szell. Dès lors, « Babe » va devoir courir pour sauver sa peau, tout en cherchant à comprendre pourquoi il est lui aussi devenu une cible à éliminer.


Le long métrage s’ouvre sur des images d’archives concernant le champion olympique Abebe Bikila qui court. L’athlète éthiopien apparait comme le modèle à suivre pour Thomas Levy (Dustin Hoffman). La musique inquiétante de Michael Small donne déjà le ton du film. Le réalisateur travaille cette ambiance de manière efficace. En effet, il entrecroise deux actions, le footing matinal de Thomas et Christian Szell. Tout va assez vite, le spectateur ne doit pas en perdre une miette.

John Schlesinger instaure une atmosphère sombre et hostile, en jonglant entre New York et Paris. La capitale française se voit occuper par une importante manifestation contre le réchauffement climatique et la pollution. Ce qui est le plus triste, c’est que rien n’a changé aujourd’hui.Le réalisateur laisse planer le mystère sur chaque personnage, et cela s’intensifie avec l’attentat visant Henry Levy (Roy Scheider).

Parlons un peu du casting à présent. Dustin Hoffman se montre très convaincant en étudiant dépassé par les évènements. La peur qui habite son personnage est contagieuse pour le spectateur. Nous sommes autant perdu que lui, que l’on se demande si tout cela est bien réel.

Face à lui, Laurence Olivier est époustouflant en vieux criminel de guerre nazi. Sa composition glaciale domine le long métrage, et intensifie la sensation de cauchemar pour Thomas. Sa gestuelle et son élocution sont inoubliables.

Roy Scheider et William Devane font de très bons seconds rôles, à la différence de Marthe Keller. L’actrice suisse manque de prestance, et son personnage ne bénéficie pas d’assez de présence et d’approfondissement pour semer le doute chez le spectateur.

Et au final, ça donne quoi Marathon Man ?

John Schlesinger n’était pas loin de nous offrir un chef d’oeuvre du genre. Marathon Man est un thriller habilement monté et rythmé, jusqu’à un certain point. En effet, on est quelque peu déçu par le final. Le réalisateur maitrise le suspens et l’atmosphère cauchemardesque, avant de tomber dans l’expéditif et la facilité.

Pourtant, tout était s’y bien agencé. Une bonne couche d’énigmes au départ, avec une atmosphère qui devient de plus en plus sombre. Les choix de décors favorisent l’immersion dans le film, et renforce également la sensation d’angoisse chez le spectateur. Le réalisateur britannique s’est approprié le propos en y insufflant son savoir-faire. Dommage que l’épilogue ne respire pas la même vista. D’autant qu’il y avait clairement la place pour conclure le film en apothéose. La dimension politique et le mélange des codes cinéma d’horreur et de l’espionnage étaient réactualisés, et auraient pu donner une conclusion digne de ce nom.

En résumé, Marathon Man brille, éblouit et voit malheureusement sa flamme s’éteindre. Il en reste pas moins qu’il s’agit d’un thriller divertissant avec des acteurs très convaincants.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s