Top 5 des films avec Louis de Funès à voir absolument !

On le surnommait «l’homme aux quarante visages par minute». Il nous a quitté à 68 ans, le 27 janvier 1983, et a laissé un grand vide dans le cinéma hexagonal. Louis de Funès restera l’une des grandes figures de la comédie française au cinéma. A l’image de Charlie Chaplin (son idole), l’acteur tire son jeu du burlesque et du comique visuel. Aujourd’hui, on revient sur les 5 films incontournables où l’acteur français a été le plus grandiose.

La traversée de Paris (1956)

Le chef d’oeuvre de Claude Autant-Lara réunit trois immenses acteurs. Bien que Louis de Funès n’apparait moins de dix minutes à l’écran, son interprétation est aussi culte que celles de Jean Gabin et Bourvil. La scène de la cave est mythique, et fait naître un trio magique et complice. « Jambieeeeer !!!! »

Le gendarme de Saint-Tropez (1964)

Il s’agit clairement d’un des films qui a participé à la consécration de l’acteur au cinéma. Pourtant pour le rôle du maréchal Ludovic Cruchot, les producteurs souhaitaient engager Darry Cowl ou Francis Blanche. C’est le réalisateur, Jean Girault qui a imposé Louis de Funès. Et on peut dire que le résultat reste exceptionnel. Plus de 7,8 millions de spectateurs se sont déplacés dans les salles pour cette comédie. Louis de Funès interprète un rôle sur mesure où il peut exprimer tout son savoir-faire. Sa composition reste inoubliable.

Le Corniaud (1965)

Dés le début du projet, Gérard Oury souhaitait réunir Louis de Funès et Bourvil à l’écran. Les deux acteurs se connaissaient très bien et prenaient toujours plaisir à se retrouver ensemble sur un tournage. Le Corniaud a connu un succès incroyable à travers le monde, avec notamment plus de 30,9 millions d’entrées en URSS. Louis de Funès y incarne un mafieux qui charge Antoine Maréchal (Bourvil), le fameux corniaud, de conduire une cadillac d’Italie jusqu’à Bordeaux. Le véhicule dissimule de l’or, des diamants et de la drogue. Une histoire incroyable pour un duo exceptionnel. C’est sur le tournage de ce film, que Gérard Oury aborde l’idée d’un autre film d’aventure sur fond de Second Guerre Mondiale avec le même binôme devant la caméra.

Les aventures de Rabbi Jacob (1976)

Comment ne pas mettre cette magnifique comédie dans notre sélection ?! Les aventures de Rabbi Jacob brille par la complicité et l’amitié entre Louis de Funès et Gérard Oury. Chacun prend du plaisir chez l’autre, cela se ressent tout au long du film. L’acteur livre une interprétation hilarante, que lui seul pouvait composer comme cela. Que ce soit les gags ou bien les dialogues, il est impérial. Le rôle de cet industriel complètement dépassé par les évènements lui convient à merveille.

La Grande Vadrouille (1966)

Il a été pendant plus de trente ans le meilleur score du box-office français toutes nationalités confondues (avant d’être dépassé par Titanic en 1998) et durant plus de quarante ans le plus grand succès d’un film français sur le territoire français, avant d’être dépassé par Bienvenue chez les Ch’tis de Dany Boon en avril 2008. La Grand Vadrouille reste sans conteste le film avec Louis de Funès, le plus connu à travers le monde. Comme pour quasiment tous ses grands rôles, l’acteur interprète un bourgeois caractériel, précieux et odieux. Une prestation grandiose qui vient parfaitement épouser celle de son complice et ami, Bourvil. Ce fût leur dernier film ensemble. Et quel film !


MENTIONS HONORABLES

L’aile ou la cuisse

Fantômas

La folie des grandeurs

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    68 ans ! J’avais oublié combien il était parti trop tôt le Loulou. 😔
    Il faut dire que le succès était venu tard pour lui.
    Rabbi Jacob, c’est quand même le chef d’œuvre du lot.

    Aimé par 1 personne

  2. belette2911 dit :

    Fantomas, je n’ai jamais aimé, mais la folie des grandeurs, j’adore, mieux que le corniaud, même 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. princecranoir dit :

    A noter qu’il s’est invité indirectement cette année dans le magnifique film de Cuaron primé à Venise, dans une scène toute en contraste. Fufu dans un film d’auteur, l’eût il cru de son vivant ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s