Après Séance : My Beautiful Boy

My Beautiful Boy est un drame biographique américain coécrit et réalisé par Felix Van Groeningen.

Le long métrage est basé sur les mémoires du journaliste David Sheff (Steve Carell) et de son fils Nic (Timothée Chalamet). Leurs récits racontent la descente aux enfers de Nic, un jeune homme brillant, sportif, à l’esprit vif et cultivé. De consommateur occasionnel, Nic devient accro à la méthamphétamine. Plus rien ne semble possible pour le sortir de sa dépendance à la drogue. Réalisant que son fils et devenu avec le temps un parfait étranger, David décide de tout mettre en œuvre pour le sauver, quitte à se confronter à ses propres limites et à celles de sa famille.


Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Pour la première fois de sa carrière, Felix Van Groeningen (Alabama Monroe, Belgica) quitte ses terres belges pour les États-Unis. Le cinéaste se lance un nouveau défi avec ce sixième long métrage, tourné en anglais avec des acteurs américain. My Beautiful Boy a été présenté au festival de Toronto au Canada et de San-Sébastien en Espagne. Dans l’ensemble, les échos sur ce film sont positifs. En premier lieu, c’est l’interprétation de Timothée Chalamet qui est mise en avant, et qui pourrait lui valoir une nomination à l’Oscar du meilleur acteur.

Admiratif du cinéma que propose Felix Van Groeningen, on a une certaine attente envers ce premier « américain ». En plus de ça, la distribution est alléchante avec notamment un retour au premier plan d’actrices malheureusement oubliées comme Maura Tierney (Urgences) et Amy Ryan (Gone baby gone).

Les premières minutes  ?

Felix Van Groeningen propose une forme assez classique pour le moment, mais l’intimité relationnel entre le père et le fils apportent une touche sincère et émouvante. La structure narrative s’articule dans la simplicité avec des flashbacks qui tracent la relation entre Nic et David, et le cheminement qui a conduit du jeune homme à la méthamphétamine. La complicité entre Steve Carell et Timothée Chalamet frappe d’entrée. Les deux acteurs interagissent  avec une certaine pudeur qui fait mouche.

Le premier quart d’heure est accrocheur, mais on espère un peu plus de relief dans la mise en scène pour favoriser l’intensité émotionnelle du père et de son fils.

Le casting  ?

Comme il a été annoncé par de nombreuses critiques américaines, Timothée Chalamet signe une interprétation émotionnellement forte. Il incarne parfaitement l’adolescent qui a tout pour lui, et qui voit son avenir et sa famille sombrer à cause de son addiction pour la méthamphétamine.

A ses côtés, Steve Carell est étincelant dans le rôle du père. A la fois fragile et humaniste, son personnage lui colle à la peau. Une nomination aux Oscars est une éventualité, et cela serait amplement mérité.

Maura Tierney signe une interprétation solide, qui favorise l’impact émotionnel découlant de la situation tragique de Nic.

Et au final, ça donne quoi My Beautiful Boy ?

Avec ce premier film américain, Felix Van Groeningen signe une mélodrame touchant, mais qui manque d’originalité. Le cinéaste belge nous a habitué à des œuvres plus inspirées, comme La merditude des choses et Alabama Monroe. Bien que sa mise en scène nous offre de beaux plans et des moments touchants, le scénario reste assez plat dans son ensemble. Les personnages sont intéressants et formidablement interprétés et dirigés, mais ça manque de punch et d’imprévu. Le rythme et l’empathie du spectateur s’en font notamment ressentir. Felix Van Groeningen manque d’audace, alors que tous ses précédents longs métrages avaient l’étincelle qui les rendait vraiment uniques.

Malgré ses défauts, My beautiful boy arrive à émouvoir grâce à la place importante donné aux acteurs. Steve Carell décoche l’une de ses plus belles compositions. Felix Van Groeningen a tenu à faire une adaptation cinématographie qui respecte à la lettre le vécu des deux hommes, une ambition louable qui obscurcit la flamme artistique du cinéaste.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je pense que le fait de ne pas avoir vu les précédents films du cinéaste m’a rendu un peu moins critique, même si je saisis bien ce que tu essaies d’exprimer ici. 🙂 En tout cas je partage ton enthousiasme vis-à-vis du jeu des acteurs, le duo principal est parfait. J’ai beaucoup aimé la construction du récit et la capacité à ne pas se limiter à la problématique de la drogue pour aller plus loin.

    Aimé par 2 personnes

  2. MrBurns dit :

    J’ai beaucoup aimé ce film.

    Aimé par 2 personnes

  3. princecranoir dit :

    Chalamet encore plus près des étoiles d’Hollywood grâce à ce film si je comprends bien. Tant mieux pour ce jeune prodige Français dont ignorait le nom ici il y a encore un an.

    Aimé par 1 personne

    1. Perso, je l’avais remarqué dans Interstellar et j’avais fait un petit tour sur sa (petite) bio.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s