Après Séance : Alita Battle Angel

Alita : Battle Angel est un film de science-fiction américain réalisé par Robert Rodriguez, et produit et coécrit par James Cameron.

Lorsqu’Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire. Ce n’est que lorsque les forces dangereuses et corrompues qui gèrent la ville d’Iron City se lancent à sa poursuite qu’Alita découvre la clé de son passé – elle a des capacités de combat uniques, que ceux qui détiennent le pouvoir veulent absolument maîtriser. Si elle réussit à leur échapper, elle pourrait sauver ses amis, sa famille, et le monde qu’elle a appris à aimer.


L’adaptation cinématographique du manga Gunnm de Yukito Kishiro date du milieu des années 1990. A l’époque, Jean-Pierre Dionnet (Metal Hurlant) se prend de passion pour l’œuvre japonaise, dont il souhaite acquérir les droits. Cependant, le français s’est fait devancer par James Cameron. En 2003, ce dernier annonce la préproduction d’une adaptation de Gunnm

Avatar et ses suites occupent principalement l’esprit de James Cameron. Cependant, il suit de très près les avancées sur son projet d’adaptation du manga. Les progrès technologiques et les différentes réécritures du script conduisent à la prolongation de la préproduction. James Cameron décide de rester à l’écriture et à la production avec Jon Landau (Solaris, Avatar). Robert Rodriguez (Spy Kids, Sin City) a été le premier sollicité pour la réalisation, et il a accepté à la condition de réduire quelque peu le scénario.


Iron City Express !

Dés les premières minutes, on comprend les raccourcis voulu par Robert Rodriguez. En l’espace de quelques séquences concentrées, le réalisateur pose le décor, les personnages et l’un des enjeux principaux du film. Il ne faut pas être à la bourre à sa séance.

Visuellement,  c’est assez proche de Jupiter Ascending et Elysium. A travers la scénographie de Robert Rodriguez, on constate déjà l’influence de James Cameron et également la ferme intention de ne pas le décevoir. Malgré un premier quart d’heure assez expéditif, on prend plaisir à entrer dans cet univers et on s’attache instantanément à Alita.

Rosa Salazar et les autres

Il y aura un avant et un après Alita : Battle Angel pour la sublime Rosa Salazar. En plus de bénéficier d’un excellent travail visuel, l’actrice livre une interprétation très convaincante. Même si elle a déjà connu le succès avec Labyrinthe, Rosa Salazar se révèle réellement dans la peau d’Alita.

Bien que son personnage soit sous-exploité, Christoph Waltz fait parler son charisme et son savoir-faire, tout comme Mahershala Ali.  A notre grande surprise, Jennifer Connelly apparait comme le maillon faible de cette distribution. Elle ne montre jamais une once de conviction dans son jeu. Une petite déception surtout lorsque l’on connait le talent de cette grande actrice. Pour sa défense, son personnage a été composée à la truelle.

Dans le rôle d’Hugo, Keean Johnson se révèle être un acteur qui a du potentiel. Ed Skrein nous rappelle un certain Peter Greene (The Mask, Pulp Fiction). Toujours affilié aux rôles du petit enfoiré de service.

Un grand acteur fait son apparition, et au combien ça fait plaisir. Dommage qu’il n’apparait que quelques secondes.

Et au final, ça donne quoi Alita : Battle Angel ?

Robert Rodriguez et James Cameron forment un duo aussi étonnant qu’intéressant. Sans être exempt de défauts, Alita : Battle Angel arrive à nous divertir et même faire vibrer par moments. On sort de la salle avec le sentiment d’avoir passé un agréable moment devant un blockbuster à l’américaine. Le budget avoisinant les 200 millions de dollars se fait clairement sentir. Les effets spéciaux et l’action nous offrent un vrai spectacle, dommage que sur le plan scénaristique ce ne soit pas du même niveau. Il est clair que le film se veut tous publics, pour engranger un maximum de recettes auprès des jeunes. Une stratégie louable, mais qui édulcore le propos et les personnages.

La mise en scène se démarque par un visuel qui pioche dans un bon nombre de films et du jeux vidéos du genre (Dark City, Robocop, Blade Runner, Assassin’s Creed…), et par son sens de l’action. Robert Rodriguez et James Cameron ont tenu à nous en mettre plein les yeux pour oublier les carences et les facilités scénaristiques. La direction artistique et les prouesses techniques communient pour nous offrir un univers neuf aux nombreuses influences. Le rythme se veut dynamique, pour ne pas perdre son spectateur dans une ou deux longueurs. Les péripéties s’enchainent en distillant tout de même quelques attraits intéressants sur Alita et la perception de l’esprit qui détermine la véritable humanité chez un être quel qu’il soit.

En ce qui concerne l’écriture, nous n’allons pas nous étendre plus que ça. Le scénario respecte globalement le manga d’origine, malgré une vision plus douce et raccourcie que l’œuvre de Yukito Kishiro. En dehors d’Alita, les personnages sont assez lisses, tout comme les dialogues. On aurait aimé un peu plus d’audace, surtout quand c’est Robert Rodriguez derrière la caméra. Le mystère autour de Nova et de Zalem est un maillon fort du script, puisqu’il laisse l’imaginaire et la curiosité du spectateur travailler.

Au niveau de la bande originale, on retrouve un habitué des blockbusters, puisqu’il s’agit de Junkie XL (Deadpool, Mad Max : Fury Road). Le compositeur néerlandais signe un score entrainant, qui a quelques sonorités à la Hans Zimmer. Il ne faut pas oublier qu’ils ont tous les deux collaborer ensemble sur Batman V Superman.

En résumé, Alita : Battle Angel est avant-tout un hommage à tout ce qui s’est fait dans le cyberpunk depuis plus quarante ans. Des étincelles et des paillettes parviennent à légèrement recouvrir le manque d’originalité du scénario. Rosa Salazar tient peut-être l’un des rôles clés de sa jeune carrière.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s