Critique : Le 13e guerrier (1999)

Le 13ème Guerrier est un film d’aventure américain réalisé par John McTiernan.

Contraint a l’exil par son calife, pour avoir séduit la femme d’un autre, Ahmed Ibn Fahdlan est envoyé comme ambassadeur en Asie mineure. Une prophétie l’oblige à devenir le « 13e Guerrier » d’un groupe de Vikings partant porter secours au seigneur Rothgar, dont le village est régulièrement attaqué par une horde de démons, mi-humains mi-animaux. Au cours de ce long périple vers le nord de l’Europe, Ahmed apprend la langue de ses compagnons et le maniement des armes. Sur place, il devra affronter ses propres peurs.


Le 13ème Guerrier a marqué profondément John McTiernan et sa carrière. Il s’agit de son huitième long métrage, et certainement l’un de ses plus ambitieux. Pourtant, le tournage et sa post-production ont été cauchemardesques pour le cinéaste américain. Ce dernier a été en conflit permanent avec Michael Crichton (scénariste et producteur). Considéré comme un grand film malade, Le 13ème Guerrier n’a rapporté que 61 millions de dollars pour un budget avoisinant les 160 millions de dollars.

Malgré mon admiration pour John McTiernan, je découvre aujourd’hui Le 13ème Guerrier sans préjugé, ni même sans avoir lu son synopsis. Que la séance commence !


Pas de perte de temps !

Malgré une ouverture quelque peu brouillonne et expéditive, on se passionne peu à peu pour cet ambassadeur arabe. Ce dernier apparait comme un homme assez craintif face à l’inconnu, et encore plus face à des vikings dont il croise la route. Une rencontre dont il apprend d’anciennes coutumes et  langage scandinave.

Le premier quart d’heure roule sur des rails classiques, le duo Ahmed/Melchisidek (respectivement interprété par Antonio Banderas et Omar Sharif) est assez attachant. On comprend très vite que le héros va se révéler par la suite, car pour le moment ce n’est pas un homme de batailles. Les choix scénaristiques et scénographiques sont déjà discutables. Un rythme empressé vient gâcher l’immersion dans le film. John McTiernan et Michael Crichton aurait gagner à poser l’histoire à partir de la romance entre Ahmed et la femme mariée. Bien sûr, le long métrage aurait atteint la durée de 2h30-3h00. Une vraie odyssée était possible.

Une distribution sous-exploitée

Bien avant Or Noir de Jean-Jacques Annaud, Antonio Banderas rêvait d’interpréter un personnage arabe. John McTiernam lui a permis de le réaliser. L’acteur espagnol livre une prestation convaincante, malgré un personnage assez malmené dans son traitement scénaristique.

Vladimir Kulich et Dennis Storhøi sont tous deux impeccables en vikings. Encore une fois, il manque quelques petits ingrédients pour en faire des héros encore plus iconiques.

Omar Sharif n’apparait malheureusement qu’une poignée de minutes, et c’est tout simplement un véritable gâchis. L’acteur égyptien apparait investi et passionné par son personnage, mais il passe à la trappe après vingt minutes de film. Diane Venora (Heat, Roméo + Juliette) ne prend que très peu la lumière.

Et au final, ça donne quoi Le 13ème Guerrier ?

Comment passer à côté de faire un grand film d’aventure ?! John McTiernan a très certainement la réponse, tout comme Michael Crichton a emporté la sienne. Le 13ème Guerrier est l’exemple type du film qui peut ardemment te séduire quand tu as une dizaine d’années, et ainsi devenir ta madeleine de Proust. Pour moi, ce n’est clairement pas le cas. Le long métrage a de réelles qualités et quelques intentions, qui sont ternies par deux visions qui s’entrechoquent. Il en ressort une œuvre boiteuse, qui parvient tout de même à divertir.

Pourtant, la mise en scène ne reflète pas totalement le savoir-faire de John McTiernan. On se demande même si c’est vraiment lui qui est derrière la caméra lors des affrontements, tellement c’est apathique. Le montage est épileptique et crée des ellipses et certaines incohérences. Les seules qualités que l’on retient c’est la photographie et la direction artistique. Visuellement, il y a vraiment du relief pour souligner une atmosphère sombre, fiévreuse et imprévisible.

Au niveau de l’écriture, c’est un sacré bric-à-brac. Entre les nombreux raccourcis et le manque d’approfondissement des vikings, des légendes, des enjeux… On se demande encore si c’est au montage que tout ça est passé à la trappe ou bien si les scénaristes ont complètement bâclé leurs travaux. Surtout que quatre ans auparavant était sorti Braveheart. Le spectateur n’était plus novice en matière d’aventure historique.

La bande originale de Jerry Goldsmith sauve également les meubles pour ce qui est de l’ambiance du film. Pour info, le compositeur est arrivé à la dernière minute sur le projet pour remplacer Graemme Revell, viré par Michael Crichton.

En résumé, Le 13ème Guerrier avait les armes pour être un grand film épique. Malheureusement, la bataille interne entre l’auteur et le réalisateur a conduit le film au rang du petit divertissement.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    Intéressante lecture qui met des bémols à l’encensement généralement admis pour ce film. J’aime énormément le McTiernan de Die Hard, ainsi que celui de Predator. Pourtant, j’ai eu les mêmes réserves en voyant « le 13e guerrier » pour la première fois. Quelque chose dans le principe ne colle pas, sans doute pas aidé par les problèmes de production. Sur ce prétexte, on a tendance à beaucoup pardonner à ce métrage. Je compte bien le revoir un jour en le confrontant aux autres films majeurs du cinéaste. Reste effectivement une impression mitigée pour le moment.

    Aimé par 1 personne

  2. belette2911 dit :

    Je ne sais pas si je l’apprécierais autant si je le revoyais maintenant, mais à l’époque, j’avais aimé le pitch, la jolie gueule d’Antonio et l’action du film, le côté horreur, les disparitions, des créatures affreuses qui vivaient dans la forêt…

    Bref, pas le film de l’année, mais il m’avait diverti et j’en garde un bon souvenir. Mais je ne le regarderai sans doute plus jamais… 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s