Critique : Love, Death & Robots (2019)

Love, Death + Robots est une série américaine de dix-huit courts métrages animés.

Après House of Cards et Mindhunter, David Fincher signe une nouvelle collaboration avec Netflix en produisant, avec Tim Miller (Deadpool) la toute première anthologie d’histoires courtes animées. L’idée de cette série est née il y a dix ans, lorsque David Fincher et Tim Miller se sont rencontrés pour la première fois. L’ambition première était d’offrir une plateforme de travail aux scénaristes et créatifs de talent basés aux quatre coins du monde, sans contrainte de temps afin de produire des histoires originales et bien construites. Deux studios français (Studio La Cachette et Unit Image) ont participé au projet en signant respectivement « Un vieux démon » (épisode 5) et « Derrière la faille » (épisode 7).


On en redemande déjà !

Le premier épisode s’intitule Sonnie’s Edge, et on est immédiatement embarqué dans le concept. Visuellement, on se rapproche des cinématiques de jeux vidéos. Les couleurs et l’animation enveloppent à merveille cette première histoire, qui se révèle passionnante et originale. Ce premier film nous donne envie d’en voir plus. On sent le potentiel scénaristique qui laisse entrevoir une possibilité de long métrage. C’est de là que la série tire déjà sa force, et accroche instantanément le spectateur. Les références sont également affichées, portant notamment sur Alien et la science-fiction japonaise.

Et au final, ça donne quoi Love, Death + Robots ?

On ne peut que remercier l’ensemble de l’équipe pour nous avoir offert une si savoureuse expérience. Ce melting-pot jongle intelligemment avec les genres, tout en arborant des thématiques communes. On parcoure aisément entre anticipation, horreur, science-fiction et comédie noire, sous la couverture de la science-fiction et du fantastique. Chaque spectateur trouvera chaussure à son pied, tant les épisodes sont différents et de qualité.

On baigne dans une cohérence artistique totale, que ce soit sur chaque épisode ou en prenant la série dans son ensemble. On nous offre un véritable spectacle qui fait écho à notre société, et qui ne cesse de faire bouillonner notre imagination. L’animation est riche et variée, on passe par la motion capture, du dessin plus traditionnel ou encore du manga. La traversée secoue autant qu’elle fascine. Le rythme est d’une redoutable efficacité, car on ne voit jamais le temps passer.

Du point de vue scénaristique, chaque épisode se révèle distrayant, même si la qualité est nuancée. Les genres et les thèmes s’entrecroisent dans des intrigues plus ou moins captivantes. Sur l’ensemble, on se doit de saluer l’originalité et l’audace des épisodes. Les dialogues et les personnages sont intelligemment composés. Les repères sont initiés par les références, ce qui permet l’immersion rapide pour chaque histoire.

En résumé, Love, Death + Robots est une nouvelle pépite qui s’ajoute au catalogue Netflix. C’est à la fois percutant, original et intelligent que l’on en redemande encore. Nous avons une affection particulière pour Derrière la barrière et Sonnie’s Edge.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s