Critique : The Highwaymen (2019)

The Highwaymen est un drame policier américain coécrit et réalisé par John Lee Hancock.

La traque de Bonnie Parker et Clyde Barrow par les deux enquêteurs légendaires Frank Hamer et Maney Gault. Devant l’impuissance des techniques d’enquête de l’époque et du FBI, les deux Texas Rangers sortent de leur retraite et s’en remettent à leur instinct et leurs méthodes traditionnelles pour arrêter les criminels les plus recherchés d’Amérique. Si les hors-la-loi ont fait les gros titres, les hommes de loi sont entrés dans l’Histoire.


Ce qu’il faut savoir sur ce film :

– Paul Newman et Robert Redford avaient été approchés dans les années 1960 pour interprétés respectivement Frank Hamer et Maney Gault. Le projet ne s’est pas concrétisé, car la Warner et Arthur Penn ont signé le film culte « Bonnie & Clyde » en 1967.

– Le budget du film est estimé à 49 millions de dollars, soit le même budget qu’une saison de Boardwalk Empire.

– Le réalisateur, John Lee Hancock est un habitué des longs métrages biographiques. Il a notamment réalisé The Blide Side, Dans l’ombre de Mary ou encore Le Fondateur.


Entre True Detective et Les Hommes sans Loi

Après The Dirt, on enchaine avec The Highwaymen qui apparait comme un True Detective dans les années 1920. C’est en tout cas ce que nous vend l’affiche et les premières minutes du film. John Lee Hancock pose tranquillement la chronologie, le contexte social et politique autour du fléau Bonnie & Clyde. Sa mise en scène surfe sur les codes du genre, rien de bien transcendant. On s’accroche à Kevin Costner, rejoint ensuite par Woody Harrelson.

Au bout d’une demi-heure, on entrevoit déjà les limites du long métrage. Le réalisateur joue la carte de l’académisme pur. Son cadre n’a rien de réellement ambitieux, et c’est bien dommage.

Quand l’expérience prend le dessus

Sans réellement nous surprendre, Kevin Costner et Woody Harrelson incarnent solidement deux vieux briscards de Texas Ranger Division. Les deux acteurs imposent leur savoir-faire, ce qui facilite la complicité à l’écran. Cependant, John Lee Hancock n’exploite qu’une petite partie du potentiel qu’affiche le duo. Pourtant, il a coécrit le scénario avec John Fusco (Cœur de Tonnerre) et Scott Frank (Logan).

Kathy Bates n’apparait qu’une poignée de minutes, mais son charisme naturel et sa gouaille collent parfaitement à la personnalité de Ma Ferguson. William Sadler (Les Évadés) signe lui aussi une interprétation remarquée en moins de quelques minutes.

En somme, le casting est expérimenté et sous-utilisé. Pourtant, John Lee Hancock s’était révélé comme un très bon directeur d’acteurs.

Et au final, ça donne quoi The Highwaymen ?

Comme pour The Dirt, The Highwaymen n’a été fait que pour garnir le catalogue de Netflix. Une simple commande qui a été exécutée de la manière la plus simple qui soit. Voila ce que John Lee Hancock peut nous offrir avec un budget de 49 millions de dollars. A nos yeux, il n’était pas l’homme de la situation. Le réalisateur américain reste trop propre, alors que le sujet ne l’est pas du tout.

Sa mise en scène pourrait être confondue avec celle d’un épisode lambda de Boardwalk Empire. Pas une once d’originalité dans les déplacements du cadre, ni même dans le montage. C’est lent et lisse au possible. Pourtant, l’investigation des deux rangers avait le potentiel pour être trépidante. L’absence d’intensité et de virtuosité scénographique rendent ce film totalement oubliable.

Aucune prise de risque dans le script non plus. Que ce soit au niveau des dialogues ou des personnages, on n’a rien à se mettre sous la dent. Heureusement que les acteurs font parler l’expérience, sinon le film ne vaudrait vraiment pas qu’on s’y intéresse.

La bande originale de Thomas Newman n’est pas plus inspirée, mais reste tout même agréable.

En résumé, The Highwaymen ne vaut pas vraiment le coup, malgré son équipe et son sujet. Netflix se doit d’être plus exigeant que ça. Autant regarder un documentaire, ou bien vous refaire Bonnie & Clyde d’Arthur Penn.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    Dommage, le tandem d’acteurs faisait sacrément envie.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s