Critique : Hellboy II – les légions d’or maudites (2008)

Hellboy II : les légions d’or maudites est un film de super-héros américain écrit et réalisé par Guillermo Del Toro.

Noël 1955. Le professeur Trevor Bruttenholm raconte à Hellboy, son fils adoptif, l’histoire de la guerre des débuts des temps. Elle a opposé l’alliance des elfes, des orques et des gobelins au peuple humain, dont le seul but est de croître et de prospérer au détriment de l’équilibre du monde. Afin de remporter la guerre, les elfes firent forger par les gobelins une armée de soldats d’or contrôlée par une couronne d’or. La guerre prit alors un tournant favorable pour les créatures fantastiques. Mais le roi des elfes, pris de tristesse devant cette victoire sanglante, décida d’une trêve. La couronne fut brisée en trois ; un morceau fut confié aux humains et les deux autres conservés par les elfes, afin que les légions d’or ne soient jamais reformées.

Des millénaires plus tard, un des trois fragments de la couronne est en vente, il est volé par le prince des Elfes, Nuada, qui veut reprendre la guerre contre les humains et reformer les Légions d’Or.


Malgré un succès commercial modéré pour Hellboy avec plus de 99,3 millions de dollars, Revolution Studios souhaite qu’une suite voit le jour et conserver la même équipe que le premier film. Mais le studio fait faillite en 2006, au moment où Guillermo Del Toro triomphe à travers le monde avec Le Labyrinthe de Pan. Universal Pictures se manifeste pour produire et distribuer Hellboy II pour l’été 2008. Après avoir obtenu les droits, le studio lance la production et Guillermo del Toro et Mike Mignola commencent à écrire le scénario en s’inspirant de Presque colosse présent dans le tome Le Cercueil enchaîné .

En dehors de Rupert Evans (John Mayers), tout les membres de l’équipe du premier film rempilent. Guillermo Del Toro exprime l’envie de faire une trilogie Hellboy.


Il était une fois…

D’entrée, on observe la subtilité du cinéaste qui nous fait replonger dans l’univers d’Hellboy. Il nous raconte tout simplement une histoire, formidablement mise en scène. Guillermo Del Toro bénéficie d’un plus gros budget et surtout la confiance aveugle du studio. Le réalisateur va exprimer son talent et approfondir ce qu’il a entrepris dans le premier film.

Bien que la structure soit la même, l’ambition est plus élevée. La scénographie est encore plus soignée, plus fluide. Une nouvelle fois, l’alchimie entre Guillermo Del Toro et Mike Mignola fait mouche ! L’approche heroïc-fantasy apparaît plus marquée que sur le premier opus.

Une distribution plus inspirée que dans le premier film !

Que ce soit Ron Perlman, Selma Blair ou bien Doug Jones, chacun se montre plus à l’aise dans la peau de son personnage, grâce notamment au développement orchestré par Guillermo Del Toro. Les émotions et les événements font que l’on nous montre une évolution chez d’entre eux.

Autre grande satisfaction du casting, c’est Luke Goss qui campe parfaitement le Prince Nuada. Un antagoniste aux antipodes de Raspoutine et ses copains nazis. Ici, cette réplique assumée d’Elric le nécromancien fait naître un certain attachant chez Hellboy (à la fin surtout) et le spectateur. Cela nous offre une opposition plus profonde avec des enjeux plus subtiles.

Le reste de la distribution n’est pas en reste, puisque l’on a les interprétation convaincantes de Jeffrey Tambor, John Alexander et Anna Walton.

A travers cette performance collective, on ne peut que saluer l’intelligence du cinéaste à avoir donner un souffle à ses personnages. Il prend un réel plaisir à combler les carences du premier film.

Et au final, ça donne quoi Hellboy II : les légions d’or maudites ?

Guillermo Del Toro réussit l’alliance parfaite entre le blockbuster et le cinéma d’auteur. Une communion que l’on entrevoyait déjà dans Blade II et Hellboy, mais cette fois-ci c’est beaucoup plus lisible et équilibré. On retrouvera également cet aspect sur Pacific Rim. Hellboy II : les légions d’or maudites s’inscrit clairement dans les meilleures suites de films de super-héros.

Bien épaulé par la photographie de Guillermo Navaro, la mise en scène de Del Toro nous embarque dans un magnifique conte fantastique illustré. A l’image d’une écriture qui exploite pleinement l’univers d’Hellboy, le cinéaste mexicain nous fait voyager à travers les mondes souterrains. Visuellement, c’est encore plus spectaculaire que le premier film. Les effets spéciaux sont moins portés sur le numérique, ce qui donne une certaine authenticité aux décors et aux créatures. La direction artistique est dans la même veine que celle du Labyrinthe de Pan, c’est vous dire la richesse créatrice et visuelle du film.

Afin de mieux approfondir la mythologie « Hellboy« , le scénario s’articule autour des thématiques incontournables du fantastique. L’intrigue reflète de nombreuses références aux classiques du genre, aussi bien littéraires que graphiques. Guillermo Del Toro réitère la recette du monstre profondément humain, qu’il avait déjà composé pour Blade II.

Sur le premier film, Marco Beltrami avait composé un score qui s’imprégnait fortement du travail de Danny Elfman. C’est peut-être pour cela que Guillermo Del Toro a fait directement appel au compositeur fétiche de Tim Burton, pour signer la bande originale de cette suite. Une rencontre qui ne sera pas marquer d’une pierre blanche, puisque les compositions ne sont pas inoubliables, et surtout aucun thème principal ne ressort à la différence de Marco Beltrami.

En résumé, Hellboy II : les légions d’or maudites est un grand film de super-héros que l’on peut ranger aux côtés de X-Men 2, Spider-Man 2 ou encore Blade II. Dommage que Del Toro ne réalisera jamais le chapitre final de ce qui devait être une trilogie.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. restjoy dit :

    aux humains et les deux autres conservés par les elfes, afin que les légions d’or ne soient jamais reformées.

    Aimé par 1 personne

  2. namejastin dit :

    aux humains et les deux autres conservés par les elfes

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s