Après Séance : Mais vous êtes fous

Mais vous êtes fous est un film dramatique français coécrit et réalisé par Audrey Diwan.

Que faire par une belle journée du 1er Mai ? Une belle ballade précédée d’un repas entre amis proches. Mais pourquoi ne pas aller au cinéma avant. A la séance de 11h. Celle où il n’y a pas grand monde et où, de fait, on se sent presqu’à la maison. Mon cinéma préféré est près d’un magnifique parc et les restaurants alentours sont très sympathiques. C’est donc parti pour voir un film « à débat » afin de continuer à décortiquer l’histoire et nos émotions pendant le repas.

Notre choix s’est alors porté, de façon unanime, sur « Mais vous êtes fous » d’Audrey Diwan. Le premier long métrage de cette journaliste, écrivain, scénariste, dialoguiste et adaptateur. Une histoire d’amour avant tout mais sur fond de drogue ce qui change clairement la donne.

Roman (Pio Marmaï) est dentiste, il est marié à Camille (Céline Salette) et ils ont deux adorables petites filles, Lucie et Bianca. Leur vie est celle d’une famille ordinaire jusqu’à ce que…


Le film démarre par une présentation du cabinet de Roman. Il travaille beaucoup, a l’air de se plaire dans ce qu’il fait mais il téléphone beaucoup à une personne qui ne lui répond pas. On sent la tension monter chez Roman qui voudrait absolument le (ou la) voir avant de rentrer chez lui car il ne veut pas « mêler ses enfants à ça ».

Il rentre chez lui sans avoir vu la mystérieuse personne. Il est très tendu pendant son dernier appel en donnant l’autorisation de venir, à titre exceptionnel, jusque chez lui.

Évidemment, on pense à une maîtresse. Un homme marié depuis une dizaine d’années, qui a une bonne situation et deux enfants, l’adultère est une situation classique au cinéma pour ce genre de personnage.

On suit Roman avec ses deux petites filles puis, pendant le repas, on sonne à la porte. Roman fonce ouvrir et on découvre que le fameux personnage-mystère est un homme, son dealer. La discussion est courte mais tendue et Roman (après un court passage par la salle de bain pour prendre un rail de coke et la cacher, hors de portée des enfants) reprend son rôle de papa modèle et accueille son épouse qui rentre du travail.

Noud voilà installé dans la vie de cette petite famille modèle. Tout le monde paraît parfaitement heureux et on se demande pourquoi et comment Roman est tombé dans cette addiction. On ne le saura malheureusement jamais. Mais ça ne gâche pas le film. Le film ne porte pas sur l’addiction de Roman (enfin si quand même mais ce n’est pas la clé de voûte de l’histoire).
Les décors et les personnages étant en place, un drame survient pendant la nuit, la petite Bianca fait des convulsions importantes et les pompiers, appelés par les parents, l’emmènent à l’hôpital. On y découvre qu’elle a été en contact avec de la cocaïne et les deux parents sont soupçonnés.

Le film tourne alors sur la relation entre ces deux parents dont l’un avoue être drogué alors que l’autre reste stupéfaite et s’inquiète pour ses enfants. Personnellement, je trouve cet angle intéressant. L’amour, la famille, l’amitié peuvent-ils survivre à ce genre de séisme ?

Dans un premier temps, les fillettes sont placées chez leurs grands-parents maternels (puisque leur père n’a pas de famille), les époux se séparent afin de permettre à la mère, Camille, de récupérer la garde de ses filles au terme de l’enquête. Et Roman commence son sevrage.

Les parents de Camille ne veulent plus entendre parler de Roman qu’ils appréciaient beaucoup auparavant. Pour eux, il est mort. Ses amis deviennent méfiants envers lui. Ils ne voient plus en lui le copain qu’ils appréciait mais un toxicomane qui peut à tout moment les trahir ou les voler. La justice mène l’enquête : « Comment cette enfant a-t-elle été intoxiquée ? Son père lui aurait-il fait consommer de la drogue ? Aurait-il laissé traîner imprudemment un sachet ? Les autres membres de la cellule familiale sont-ils aussi intoxiqués ? »

Je ne peux pas raconter la suite car le suspens est un élément important de ce film. Pendant la projection tournaient, dans ma tête, trois questions : « La mère et le père seront-ils blanchis (jeu de mot toujours amusant quand on parle de cocaïne) des accusations d’intoxication portées contre eux ? Combien de temps tiendra Roman sans repartir vers sa Blanche ? Le couple, Camille et Roman, résistera-t-il à cet ouragan ? »

On peut voir tout au long du film qu’ils s’aiment vraiment, qu’ils ne peuvent pas se passer l’un de l’autre. Cet amour est d’ailleurs le principal sujet du film. Mais même un amour si fort peut-il résister à ce genre de trahison, à ce risque encouru par les enfants à travers l’addiction de leur père ? Et la question la plus épineuse : l’amour maternel est-il plus fort que romantique ? Comment vivre en permanence avec le doute concernant son conjoint ?
J’ai regretté le rythme assez lent de ce film et le manque d’une scène nous expliquant comment Roman a plongé dans cette addiction, et surtout d’une scène nous montrant qu’il était pris en charge de façon physique et psychologique pour cette désintoxication. La fin ne me convient pas vraiment mais, comme il s’agit d’une histoire vraie, elle correspond à la réalité de la vie des deux héros.

Quoiqu’il en soit, mes critères principaux (une bonne histoire, des personnages attachants joués par des acteurs habités et des émotions sincères) sont respectés. Et je suis sortie ravie de cette projection. Je ne vous raconterai pas comme la discussion, pendant le repas qui a suivi, a été animée. Je dirais seulement que c’est un film à double effet (ce qu’on voit, ce qu’on ressent et comment on l’aurait vécu si l’on avait été Camille).

Béatrice Lascourbas.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s