Après Séance : Les Crevettes pailletées

Les Crevettes pailletées est une comédie française écrite et réalisée par Cédric Le Gallo et Maxime Govare.

Voici un film que je ne serais jamais allée voir si je n’avais eu une carte UGC illimité. La bande-annonce me faisait penser à une sorte de mauvais remake de la Cage aux Folles. J’imaginais un film bien lourd, plein de clichés et surtout homophobe. Rien ne m’attirait dans cette bande-annonce, si ce n’est la BO ce qui est très peu pour donner envie d’aller voir ce film.

Vendredi soir donc, alors que je tenais absolument à voir un documentaire sur la philosophie. Je me dis qu’un peu de détente avant ne pouvait pas me nuire. Surtout qu’entre temps, certains de mes amis homosexuels qui l’avaient vu me disaient qu’il n’y avait pas d’homophobie et que le film était plus fin que je ne le pensais. Comme je suis curieuse, j’ai fait d’une pierre deux coups et je suis allée voir « Les Crevettes pailletées ». Au pire, j’aurais perdu 1h40 en voyant quelques beaux mecs assez peu vêtus.

Pour les beaux mecs en maillot, il y en avait parmi les acteurs principaux (plus que dans le grand bain). Mais il n’y avait pas que ça. Je vous dévoile immédiatement ma réaction de fin de film : J’ai pleuré à chaudes larmes. Rassurez-vous j’ai aussi beaucoup ri pendant le film et aussi réfléchi. C’est rare qu’un film propose toutes ses options. Je trouve donc important de le signaler. Cédric le Gallo (Scènes de Culte diffusée sur ciné + Club) et Maxime Govare (Toute première fois et Daddy Cool) ont vraiment réussi leur premier film en duo. Cédric le Gallo s’est d’ailleurs fortement inspiré de son équipe de water-polo qui a vraiment participé aux gay games et qui s’appelle vraiment Les Crevettes Pailletées.

Le film commence par une séance d’entraînement d’un sportif, dans son appartement. Il s’agit de Mathias le Goff (Nicolas Gob) qui attend une décision de la fédération française de natation quant à sa participation ou non aux jeux olympiques. Il a une carrure d’athlète ce qui n’est pas désagréable à l’œil mais c’est un nageur qui commence à se faire vieux pour son sport, il est prétentieux, impulsif et surtout homophobe. Après avoir tenu des propos homophobes (sous le coup de la colère), contre un journaliste sportif particulièrement agaçant par ses questions concernant son âge et ses contreperformances, la fédération lui met un marché en main : Soit il entraîne une équipe de water-polo gay pour qu’elle participe aux gay games soit il dit adieu aux courses de sélections pour les jeux olympiques ce qui signifiera, compte-tenu de son âge la fin de sa carrière. Mathias n’a pas le choix. Il accepte donc ce marché, mais à contrecœur.

Il va donc rencontrer l’équipe des crevettes pailletées avec leur vedette, Jean (Alban Lenoir),Cédric (Michaël Abitboul), un jeune papa marié qui a du mal à s’adapter à sa nouvelle situation « hétéronormée » (selon ses coéquipiers), Joël (Roland Menou), un ancien membre d’Act-up qui milite toujours pour les droits des gays et qui a du mal à accepter de vieillir, Alex (David Baiot), ex de Jean, un homme amoureux qui ne comprend pas pourquoi son ami l’a plaqué, Xavier (Geoffrey Couët), un serial-dragueur adepte de grinder, Damien (Romain Lancry), garçon assez discret. Bientôt se joignent à eux Fred (Romain Brau), un ancien de l’équipe qui s’est fait opérer pour devenir une femme et Vincent (Félix Martinez), jeune serveur de café, récemment débarqué à Paris, qui n’assumait pas son homosexualité jusqu’à ce qu’il rencontre cette équipe déjantée. L’équipe étant au complet on comprend que la cohabitation ne va pas être facile entre eux et leur nouveau coach.

C’est essentiellement Jean qui fait le lien entre cet homme bien borné et qui ne pense qu’à sa dernière chance de se qualifier pour les jeux olympiques et cette bande d’hommes aussi fous que bienveillants. Évidemment, il y a des gags plus ou moins réussis. Évidemment, il y a des clichés. Mais on sent une telle cohésion dans ce groupe qu’on se laisse embarquer dans leur histoire. Les moments d’émotions sont comme les moments de réflexions, ils arrivent quand on ne les attend pas. Un grand moment d’émoflexion (néologisme personnel mêlant émotion et réflexion) est une scène où Mathias, lors d’une soirée, observe ses nageurs d’un air agacé et où Jean lui explique ce qui se cache derrière chacun de ses hommes et les blessures qu’ils essayent de cacher derrière certains comportements. On prend une belle leçon de vie à ce moment-là. On comprend que même si on a l’esprit ouvert, on oublie souvent les difficultés de la vie des autres.

C’est valable pour toutes les minorités mais aussi tout simplement pour tout le monde. Est-ce que je m’inquiète de savoir pourquoi mon voisin du dessus est si grincheux envers tout le monde ? Est-ce que je peux imaginer ce qui se cache derrière l’attitude ultra-charmeuse de ma collègue de travail ? Merci à ce film de nous rappeler que nous jugeons trop souvent « le livre sur sa couverture » Il est aussi intéressant d’apprendre ce que les gays pensent des hétéros, des lesbiennes, des transsexuels. On n’imagine pas que tout le monde a des aprioris sur les autres. On juge tous les autres différents et les autres nous-même. L’essentiel c’est de ne pas s’arrêter à cette apparence.

Et, en cela, les crevettes Pailletées nous montrent l’exemple. Leur solidarité, leur connivence malgré toutes leurs différences dans leur mode de vie fait plaisir à voir. Le seul fait d’accepter comme entraîneur un homme accusé d’homophobie est un geste d’une grande valeur que tout un chacun n’aurait pas forcément fait. Le voyage jusqu’en Croatie dans un bus au drapeau arc-en-ciel est encore une occasion de nous faire rire, réfléchir et faire notre « mea culpa » au nom de tous les hétérosexuels homophobes même si nous n’en faisons pas partie.

Comment peut-on avoir un esprit aussi limité qu’il nous amène à insulter et à frapper des gens juste parce qu’ils sont différents ? Ce que j’ai apprécié dans ce film, c’est aussi l’évolution de Mathias aidé par sa fille, Victoire (Maïa Quesemand). Une évolution sur sa vision des « pédés » mais surtout une évolution sur sa façon de voir la vie en général et le sport en particulier.

La participation aux gays games n’est pas si attendue qu’on pourrait le penser. Peu importe le résultat, du moment qu’on est ensemble et qu’on affirme sa différence.La scène finale est pour moi un enchantement. Elle est originale, pleine d’émotion, de repentir pour certains et d’émotion.

Je suis sortie de la salle en larmes par cette fin vraiment touchante et originale bien qu’attendue. Ce qui est surprenant c’est toutes les émotions qui en ressortent, des émotions qui s’ajoutent et se mêlent en nous pour finir par déborder dans nos yeux.

Comment finir cet article sans parler de la BO avec des reprises simples, des reprises réadaptées et des musiques originales. Elle colle parfaitement au film. J’adore l’adaptation de Boys, boys, boys de Sabrina dans un style épuré qui la sublime. Côté musique originale, les deux thèmes principaux sont celui des Crevettes et celui de Mathias. Ces deux thèmes se mélangent petit à petit, au fur et à mesure des acceptations/collaborations des personnages.

Un film donc que je conseillerai vivement et que j’ai même déjà vivement conseillé à plusieurs amis. Un film qui nous ouvre l’esprit sans violence en passant juste par notre cœur. Et je le répète, ne vous fiez pas à la bande-annonce !

Béatrice Lascourbas.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. belette2911 dit :

    Je ne connaissais même pas ce film, je n’aurais pas été tentée non plus, mais là, ma curiosité est éveillée !! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. namejastin dit :

    Un film sur les réalisations en leadership? Vous aimez ce https://voirfilmstreaming.org/7687-aladdin-2019.html film?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s