Critique : Itinéraire d’un enfant gâté (1988)

Itinéraire d’un enfant gâté est un film dramatique français de Claude Lelouch.

Enfant trouvé, élevé dans le milieu du cirque, Sam Lion a dû faire une reconversion forcée après un accident de trapèze. Il se marie, deux fois, et a un enfant de chacune de ses deux femmes. Il devient aussi chef d’une entreprise, appelée Victoria en l’honneur de sa fille et des chutes Victoria, concevant et fabriquant des machines de nettoyage. Mais la cinquantaine passée, il se lasse de ses responsabilités et de son fils, Jean-Philippe, dont la collaboration ne lui est pas d’un grand secours. Il décide alors de faire croire qu’il est mort en mer à l’occasion d’une croisière. Mais son passé va le rattraper en la personne d’Albert Duvivier, un de ses anciens employés, qui le reconnaît alors que Sam se trouve en Afrique.


Que l’aventure commence !

Le long métrage démarre par les premiers souvenirs marquants de Sam Lion. Claude Lelouch met en scène de manière classique avec des flashbacks. L’impact chez le spectateur, grâce notamment à la prestance de Jean-Paul Belmondo qui séduit par sa mélancolie. Une aura qui épouse à merveille le mystère autour de son personnage.

Il faut également souligner l’importance du compositeur Francis Lai , qui avec sa musique, colle parfaitement à la vie de Sam Lion.

Bref, le premier quart d’heure du film souffle un vent cinématographique propre à Claude Lelouch.  On tombe assez vite sous le charme de la mise en scène et de Jean-Paul Belmondo.

Un duo éternel !

Claude Lelouch nous offre l’un des plus beaux duos du cinéma français. On assiste à une véritable rencontre de cinéma, comme on en voit rarement de nos jours. D’un côté, Jean-Paul Belmondo est impérial en mentor rincé de son train de vie d’hier et d’aujourd’hui. De l’autre, Richard Anconina se montre toujours aussi inspiré par ses personnages et ses partenaires, comme c’était le cas pour Tchao Pantin !, Gangsters ou encore La Vérité si je mens.

Les deux acteurs sont complices de la première à la dernière minute, une alchimie qui reflète le plaisir et la passion. Claude Lelouch fait une nouvelle fois preuve d’intelligence et de malice dans sa direction et son écriture.

Et au final, ça donne quoi Itinéraire d’un enfant gâté ?

N’y allons pas par quatre chemins, Claude Lelouch signe là l’un de ses plus beaux longs métrages. Itinéraire d’un enfant gâté m’a littéralement embarqué par son propos, ses images, ses dialogues et ses acteurs. Un délice !

Comme à son habitude, le cinéaste chamboule le spectateur en cassant les repères, ce qui est en adéquation avec l’état de Sam Lion. Sa mise en scène a rarement été aussi lumineuse, que ce soit dans le cadrage, le montage ou encore la photographie de Jean-Yves Le Mener. Les couleurs sont adaptées à chaque situation, et surtout à chaque souvenir de Sam Lion. Claude Lelouch filme ses acteurs avec admiration et plaisir, et ils lui rendent à merveille.

Le scénario nous raconte l’histoire d’un homme qui semble avoir la vie de rêve, mais qui est passé d’autres vies, et avec l’envie d’en vivre une autre. Les moments de bonheur et de malheur accompagnent la quête identitaire de Sam Lion. Les dialogues sont sublimes et encore plus dans la bouche de Jean-Paul Belmondo et Richard Anconina.

La bande originale appuie parfaitement le propos et les textes sont aussi forts que les dialogues, c’est dire. Le Blues du businessman colle à merveille à Sam Lion, par exemple.

En résumé, Itinéraire d’un enfant gâté respire la simplicité et l’amour d’un cinéaste pour son art et ses acteurs. Un petit bijou à la française.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s