Après Séance : Crawl

Crawl est un film d’horreur américain réalisé par Alexandre Aja.

Sans nouvelles de son père, Hawley décide de se rendre dans la maison familiale, bravant les consignes d’interdiction dues à un violent ouragan qui frappe cette zone de Floride. Elle retrouve son père blessé dans la cave mais il n’est pas seul…


Le thème du crocodile tueur a alimenté une importante filmographie depuis 40 ans, parfois avec bonheur (Solitaire, le crocodile de la mort), souvent maladroitement (Supercroc, Killer crocodile…). Alexandre Aja (La colline a des yeux 2006, Horns, Haute tension…) réussit de nouveau son pari avec un film bien scénarisé et plein de tension. On retrouve également Sam Raimi est à la production.

Après une introduction dans laquelle le réalisateur prend le temps de situer son sujet et ses protagonistes, Crawl démarre véritablement lorsqu’ Hawley investit la cave et y découvre son père blessé. Assiégés par des alligators affamés qui sont comme des poissons dans l’eau avec le niveau de l’eau qui n’arrête pas de monter, le père et la fille vont jouer à « cache cache » avec les prédateurs qui n’ont qu’une idée en tête: les dévorer. Hawley est une nageuse de compétition qui va leur donner du fil à retordre…

Le film réserve son lot de saillies horrifiques avec quelques victimes savamment mises en situation avant d’être « croquées » sans ménagement par les bestioles. Sans être gore, les séquences sont tout de même efficaces. Aja tourne quelques affrontements en contreplongée également vraiment bien vus, ce qui donne une idée de la taille des crocodiles, de leur rapidité…et de leur appétit.

L’environnement des 2 survivants est tout simplement infernal: les protagonistes essaient de rester en vie dans une ville de plus en plus immergée, sous une pluie battante et un ciel de fin du monde avec des vents de plus de 150 kms/heure.

Coté casting, on voit surtout Kaya Scodelario (Hawley) et Barry Pepper (Dave Keller), tous les deux convaincants.

Même s’il est bâti sur un format court (88 minutes), Crawl est un film horrifique efficace et parfaitement maitrisé, le contraire m’aurait étonné de la part d’Alexandre Aja.

Bien que tourné dans les conditions d’un ouragan, le film est garanti sans « requins volants ».

Dagrey.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. MarionRusty dit :

    Très grande fan de Aja, qui est un cinéphile pur et dur. J’étais tendu tout le film, à mes yeux c’est que c’est réussi. Seul bémol… Les bandes annonces en montrent toujours trop, très dommage du coup d’avoir montré la meilleure scène à mes yeux, celle de la salle de bain.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s