Après Séance : La Vie Scolaire

La Vie Scolaire est une comédie dramatique française écrite et réalisée par Grand Corps Malade et Mehdi Idir.

L’avantage, quand on a une carte illimité au cinéma c’est qu’on peut être invité à des avant-premières, des avant-premières avec acteurs et/ou réalisateurs et même plus. Cette fois, nous avons été invité pour donner notre avis sur un « film mystère » afin de lui décerner (ou pas) le label des spectateurs, gage de qualité d’un film. Le principe est simple, nous sommes invités à venir voir un film dont nous ne savons rien, ni le titre, ni les acteurs, ni le réalisateur ni même le thème.

Imaginez une salle remplie de cinéphiles et de cinéphages. Toute la salle est en ébullition La lumière s’étaient, plus un bruit et …. Le film commence. On entend des voix sans visages et sans image, des voix de personnes assez dissipées. Ça parle fort de tous les côtés, un énorme brouhaha, une voix de femme qui essaye de prendre le dessus sur les autres. On se rend enfin de compte qu’on est dans une salle de classe, mais on ne voit pas les personnes. L’angoisse m’étreint : « Ouhlala ! On va assister à un remake des sous-doués. Pitié ! Pas ça ! je ne tiendrai pas une heure et demie ! ». La caméra tourne et on voit enfin les personnages et nous nous rendons compte que nous assistons à la réunion de pré-rentrée des professeurs d’un Collège Franc-Moisin.

Une nouvelle CPE vient d’arriver d’Ardèche pour y travailler et diriger une équipe de 4 surveillants et on imagine aisément qu’on va suivre son parcours sur une année. Très vite, avant le générique, on comprend qu’on va être à des millions d’années lumière de l’esprit potache de bon nombre de films sur l’éducation nationale. Finalement, le parcours de cette jeune femme n’est pas le seul que nous allons suivre. Mais c’est sa présence bienveillante qui va nous amener à mieux comprendre les difficultés rencontrées par tous les acteurs de la vie d’un collège (profs, élèves, surveillants et…. le système, la vie, la rue, le quartier). Il sera beaucoup question, lors de cette réunion de la classe de 4° SOP (ce qui veut dire Sans Option). Nous sommes dans un collège en REP (Réseau d’Éducation Prioritaire).

Il y a quelques semaines, j’ai donc vu le dernier film de Grand Corps Malade et Mehdi Idir, les réalisateurs du film « Patients » qui traitait de l’histoire de Fabien Marsaud, jeune sportif qui a la suite d’un accident va devenir le slameur, Grand Corps Malade, après avoir perdu l’usage de ses jambes (1 300 000 entrées) .

Ce film traite du problème de l’école dans les « quartiers » et s’appelle « La Vie Scolaire ». Rien à voir avec le film « la Lutte des Classes » qui traitait de l’intégration des bobos dans les écoles de quartiers sensibles avec plus ou moins de finesse (plutôt moins que plus, d’ailleurs). Ce film est écrit à partir des souvenirs de collège de Mehdi Idir. J’ai retrouvé, avec bonheur, le ton de « Patients ». Celui qui permet de traiter avec humour de sujets sensibles sans les édulcorer pour autant.

La distribution devait être sans « star du box office ». Les réalisateurs préfèrent travailler avec des « gens du réel ». Mais la fragilité associée à la force tranquille de Zita Hanrot (César du meilleur espoir féminin pour « Fatima ») a fait apparaître comme une évidence (subtile allusion à un titre du slameur/réalisateur) qu’elle obtiendrait le rôle de Sonia la jeune CPE venue d’Ardèche pour travailler en Seine St Denis pour des raisons mystérieuses qu’on découvrira au cours du film. C’est une jeune femme charmante, issue d’une famille aisée contrairement aux élèves qu’elle va devoir côtoyer. Elle est le « candide » de l’histoire. C’est ce contraste, sans doute, qui va la rendre plus attentive aux élèves jusqu’à ce qu’elle se rapproche de Yanis (Liam Pierron) dont l’histoire est plus proche de la sienne qu’elle ne le pense et qui, à mon sens, a quelques longueurs d’avance sur elle dans la compréhension de certains problèmes …

Liam Pierron a été, comme la plupart des enfants, recruté lors de castings de jeunes issus du quartier et des alentours. C’est La Révélation du film. Il joue le rôle de Yanis, un jeune garçon qui est en quatrième SOP. Cet enfant est passionné de cinéma ce qui lui a apporté une certaine culture ce qui n’est pas pour déplaire à Sonia. Elle se prend d’affection pour ce gamin persuadé qu’il ne réussira rien dans la vie parce qu’on ne réussit jamais quand on est Franc-Moisin.

Lui, est élevé, avec ses frères et sœurs, par sa mère alors que son père est en prison. Le samedi c’est parloir et la semaine, après les cours, il traîne en bas de l’immeuble, avec son meilleur ami qui est dealer. Cet ami joue un rôle extrêmement important dans la vie de Yanis, le rôle du grand frère de quartier. Certes, il est dealer, mais il parle avec Yanis, le protège et lui donne de bons conseils comme celui de ne surtout pas faire comme lui. Son rêve, c’est de gagner assez d’argent, pour ouvrir un restaurant avec un Yanis qui aurait fait des études de « cuistot » parce que « c’est important l’école. Ne fait pas comme moi, Frère ». Sa philosophie c’est un peu « J’ai fait des erreurs. Je ne peux pas sortir de ce système dans lequel je suis moi-même entré volontairement. Mais je peux éviter à ceux que j’aime d’en faire autant »..

Ce film dessine toute une galerie de portraits, tous plus intéressants les uns que les autres, et tous interprétés avec la même jouissance et la même véracité. Du côté des professeurs, nous avons Soufiane Guerrab qui joue Messaoud, le prof de maths et professeur principal de cette classe de 4° SOP. C’est un homme doté d’une formidable empathie qui croit en l’avenir de ses élèves. Il y a aussi le prof d’histoire fatigué par son métier et un prof de gym particulièrement imaginatif.

Chez les surveillants qui ne sont pas tous aussi irréprochables qu’on serait en droit de l’attendre, c’est Alban Ivanov (Alban) et Moussa Mansaly (Moussa) qui sont les plus présents, toujours partants pour vanner les uns et les autres, tant enseignants qu’élèves. Leur jeu préféré, avec leurs deux autres collègues, s’appelle le Bart Simpson challenge. C’est un jeu vraiment hilarant que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Les jeunes recrutés pour jouer les élèves sont tous totalement investis dans leur rôle. Ils sont tous d’une vérité époustouflante. De vrais acteurs en devenir. Ce sont les rois de la « tachtche » et de la vanne. Je parle de la vanne des cités celle qui n’est pas vraiment méchante car elle se pratique comme un sport de l’esprit plutôt que comme une machine de guerre. Ces graines d’acteurs sont tous vraiment touchants. De mémoire, il y a Sékou, le musicien, joué par Bakary Diombera, Farid le « mytho » attachant, joué par Hocine Mokando qui a tourné la scène de la rencontre parent-professeur avec sa propre mère, Kevin l’imitateur, joué par Gaspard Gevin Hié et l’inénarrable « gamin à la gomme volée» ainsi que son comparse (un duo qui me fait penser à Laurel et Hardy).

Bref, on rit de bon cœur dans ce film qui ne laisse jamais oublier la détresse qui habite ces jeunes gens dans leur présent et qui crée une terrible angoisse vis à vis de leur avenir. Angoisse que les réalisateurs ne cherchent ni à minimiser, ni à résoudre.

Le fin du film est d’ailleurs totalement dans cette optique. Elle laisse le spectateur libre de la voir comme une réussite ou une défaite. Le film se termine sur un sourire échangé qui peut avoir tellement de significations qu’il m’a fallu quelques heures de recul pour admettre qu’elle laissait libre cours à mon seul avis de spectatrice pour la percevoir. Pour moi, c’est une fin sombre que ce sourire éclaire de quelques notes de gris et de pourquoi pas… Le générique de fin est un slam de Grand Corps Malade « Je viens de là » écrit en 2008 qui dépeint la vie de quartier. Elle illustre merveilleusement le film et son état d’esprit.

Pour finir, je n’aurais qu’une chose à dire : « La Vie Scolaire est un film solaire, qui va sortir le 28 Août 2019. Courrez le voir dès sa sortie.  »

Béatrice Lascourbas.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s