Sixième Sens (1999) de M. Night Shyamalan en 5 anecdotes

En 1999, Sixième Sens, avec Bruce Willis et Haley Joel Osment, faisait sensation au cinéma. 20 ans après, le film a n’a rien perdu de sa superbe et reste un incontournable du cinéma fantastique. Aujourd’hui, nous revenons sur ce chef d’oeuvre à travers 5 anecdotes croustillantes.

Sixième Sens compte parmi les meilleures œuvres du cinéaste M. Night Shyamalan. Bruce Willis y interprète l’un des plus beaux rôles de sa carrière, tout comme Haley Joel Osment. Comme chaque grand film, il y a toujours quelques secrets de tournage ou de production.

Le Twist Final spoilé par Le compositeur

Lors de la conception de la bande originale, James Newton Howard a divisé son score en 11 pistes. La dernière correspond à la fameuse révèlation finale qui a marqué toute une génération. Pourtant, le titre de cette dernière piste gâche l’effet de surprise puisqu’elle est intitulée « Malcolm Is Dead » (« Malcolm est mort »).

A la découverte du set-list, M. Night Shyamalan a immédiatement appelé le compositeur en lui soulignant qu’il venait de donner la clé de l’énigme… Heureusement, cela n’a pas affecté grand succès du film et son twist final.

« Je vois des gens qui sont morts« 

Une scène inoubliable tant par l’interprétation de Haley Joel Osment, que l’impact qu’elle a au sein du film. Une séquence intense donne le frisson au spectateur, et ce n’est pas un hasard. En effet, M. Night Shyamalan voulait être le plus réaliste possible concernant le froid et la chair de poule qui envahissent le jeune acteur. C’est pourquoi, le réalisateur et son équipe technique ont conçu une chambre froide uniquement destiné à cette scène. Haley Joel Osment s’en souvient très bien :

« Ils ont placé de gros emballages plastiques tout autour du set, puis ils ont balancé de l’air gelé pour que la température aille dans le négatif et qu’on puisse véritablement avoir froid, pour que ce soit plus réaliste. On ne pouvait rester dans cette installation que pendant un temps très limité seulement parce qu’il faisait vraiment trop froid et que j’étais souvent en petite tenue lors de ces scènes. C’était difficile mais en même temps plus simple à tourner, car je n’ai pas eu à faire croire que j’avais froid : c’était vraiment le cas. »

Dj Bruce Willis ?

Après les journées de tournage, il est arrivé parfois que Bruce Willis et M. Night Shyamalan fassent la fête jusqu’au petit matin. L’acteur américain se chargeait de remplir des shots et mettre de la musique pour détendre le réalisateur. Interviewé par Variety pour les 20 ans du film, le réalisateur est revenu sur cette incroyable anecdote :

« Bruce Willis m’a fait découvrir comment faire la fête et lâcher prise. À l’époque, après les tournages, il faisait le DJ et nos soirées étaient géniales. C’est lui qui m’a fait prendre ma première cuite ! Il me gardait des shots qu’il me vendait comme des ‘douceurs’ et il n’arrêtait pas de m’en refiler. Le lendemain, je ne pouvais même plus me lever du canapé et la première fois, je ne savais même pas pourquoi j’avais mal à la tête. Ça le faisait tellement rire. »

Scott Pilgrim et Tante May au casting ?

Quoi ? Mais qu’est ce qu’il raconte ? Hey oui ! Michael Cera et Marisa Tombeï ont auditionné respectivement pour le rôle de Cole  et de sa mère. M. Night Shyamalan a finalement été conquis par les essais de Haley Joel Osment et Tony Colette.

étrange, vous avez dit étrange ?

Toni Collette, la mère de Cole Sear donc, a souvent déclaré avoir été victime de phénomènes très bizarres pendant lors du tournage. Et ces phénomènes se sont manifestés de nouveau sur celui de Hitchcock dix ans plus tard… Comme elle l’a expliqué à Slant Magazine :

« Pendant qu’on tournait Sixième Sens, des trucs vraiment bizarres me sont arrivés. Dans l’hôtel dans lequel je séjournais à Philadelphia, j’ai tenté la méditation pour ne pas trop y penser, car je me réveillais chaque nuit et voyais que l’horloge indiquait toujours les mêmes heures : 1h11 du matin, 3h33 ou 4h44. J’ai vraiment eu très peur. Surtout quand j’ai vu que ça recommençait de nouveau sur le tournage de Hitchcock ».


Source : Konbini – HuffingtonPost

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. belette2911 dit :

    Un film qui m’avait troué le cul avec son twist final ! Je me demandais où j’avais été bernée ! Une fois qu’on le revoit, on comprend ce qu’on a loupé, mais purée, ça reste toujours du très très bon film !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s